L'Europe angevine

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Europe angevine

                   Le monde angevin

Les domaines angevins, de quoi s’agit-il ? Ces principautés et terres disparates (voir carte Europe angevine) que deux maisons princières gouvernèrent successivement entre 1246 et 1481, issues pour l’une des comtes d’Anjou capétiens et du premier d’entre eux, Charles de France, frère du roi Louis IX (1226-1270), et pour l’autre des ducs d’Anjou Valois, avec Louis, frère du roi Charles V (1364-1380). Charles Ier constitua d’emblée une vaste aire de domination : en épousant Béatrice de Provence en janvier 1246, il devint comte de Provence et de Forcalquier, puis reçut de son frère en août de la même année les comtés d’Anjou et du Maine, obtint la soumission de plusieurs communes italiennes après 1259, le titre de comte de Tonnerre lors de son second mariage en 1268, la sénatorerie de Rome en 1263, coiffa la couronne de Sicile en 1265, acheta celle de Jérusalem en 1277, conquit l’Albanie et acquit la principauté de Morée en 1278. En dépit de la perte de l’île de Sicile en 1282 face aux Aragonais, son fils Charles II, époux de Marie de Hongrie, imposa son fils Charles Martel comme roi de Hongrie en 1290. Il nomma aussi un autre fils, Raymond Bérenger, comte de Piémont en 1304. La branche hongroise s’affranchit de celle de Sicile, et s’imposa elle-même à la tête du royaume de Pologne en 1370. Robert de Naples enfin collectionna les alliances et seigneuries dans le nord et le centre de la péninsule italienne, se fit seigneur à Gênes en 1318, à Florence en 1325, obtint du pape Jean XXII le vicariat impérial en Italie.

La seconde maison d’Anjou, issue de l’adoption par Jeanne de Naples de Louis Ier d’Anjou en 1380, finit par se recentrer sur ses possessions de France et de Provence, tout en reculant dans le royaume de Naples, définitivement perdu après 1442. René, petit-fils de Louis, fut en effet aussi comte de Guise, marquis de Pont-à-Mousson, duc de Bar et duc de Lorraine, devint aussi après la mort de son frère aîné Louis III duc d’Anjou, comte de Provence et de Forcalquier, comte de Piémont, roi de Sicile, roi titulaire de Jérusalem, et prétendit à la couronne d’Aragon.

Au-delà des unions personnelles aléatoires, des titres sans contenu réel, des dominations plus ou moins éphémères, de l’épopée des conquêtes et de l’amertume des défaites, existe-t-il une quelconque unité à cet ensemble qui évolue dans l’aire européenne et méditerranéenne ? Sans doute pas à une échelle de temps et d’espace globale, mais probablement en termes de discours politique, de diplomatie, de représentations et de méthodes du pouvoir, de circulation des hommes, des idées et des goûts. Les études angevines s’attachent, ne serait-ce que comme un prétexte à un travail en commun et de rang international, à démêler l’écheveau de cette histoire longue d’États discontinus, et sans postérité aux temps contemporains ; à comparer les méthodes et les a priori des historiographies nationales ; à mettre en commun sources et savoirs, pour aller de l’avant dans la connaissance de ce qui fit l’État médiéval et l’Europe.


Les origines des deux maisons d’Anjou-Provence-Sicile

 

 

La première maison d'Anjou

 

La maison d’Anjou-Sicile-Hongrie

 

La deuxième maison d'Anjou

 


entre parenthèses = dates de règne pour un souverain, date de décès, dates d’attestation ou de vie
sans parenthèse = date de mariage, dates de vie en couple et veuvage pour un conjoint, date d’accession au titre
Carte Europe angevine

Carte générale Europe angevine

Carte générale Europe angevine
État de l'art

 


Le programme porté par ce portail s’inscrit dans une féconde réflexion mise en œuvre depuis les années 1990 par diverses équipes et générations de chercheurs. Elle a été jalonnée par des colloques internationaux qui ont réveillé les études dites « angevines », restées en sommeil depuis l’après-guerre du fait du découragement qui saisit les chercheurs à la suite de la destruction en 1943 des registres de l’Archivio di Stato di Napoli.

Vue de la baie de Naples depuis le Vésuve, cl. Marion Picker

 

Tout d’abord, grâce au soutien de l’École française de Rome et de l’Institut historique italien pour le Moyen Âge, une première phase de recherches au regard du personnel des institutions centrales angevines fut menée dans un cadre international, dont le volume inaugural consacré à L’État angevin (1996) constitue une pièce maîtresse. Entre 1998 et 2010, d’autres rencontres ont permis de réfléchir et d’améliorer notre connaissance de la monarchie angevine, de la noblesse, des pratiques de gouvernement, de la diplomatie, de la culture cléricale, des échanges personnels et des réseaux qui ont pu se nouer au sein de son aire d’influence politique. Tous ces travaux ont ainsi permis de mettre en évidence avec précision le profil, l’origine et la formation du personnel politique chargé de représenter l’autorité princière dans les territoires sous domination angevine. Mais ils sont souvent demeurés fractionnés, spécifiques à des aires circonscrites, faute d’un outil et d’une démarche d’ensemble.

Ainsi, pour les domaines méditerranéens, la Provence a fait l’objet d’une étude approfondie pour le XIVe siècle : J.-L. Bonnaud a pu reconstituer la circulation des officiers locaux durant les règnes de Robert et Jeanne (entre 1309 et 1382), et analyser les carrières de ce milieu et les structures de ce type d’office. Il a fourni une première base de données exhaustive, mais sous forme statique (pdf sous cd-rom). Ses travaux se prolongent actuellement jusqu’en 1434. Michel Hébert (Université du Québec à Montréal) et Noël Coulet (Université d’Aix-Marseille) ont considéré l’émergence des institutions centrales (Chambre des comptes), en renouvelant une ancienne et féconde tradition historiographique (R. Busquet). Thierry Pécout (Université de Saint-Étienne) a poursuivi en ce sens en considérant le personnel et les méthodes de gouvernement de l’institution centrale (maîtres rationaux, archivaires), tandis que Jean-Paul Boyer (Université d’Aix-Marseille) a prolongé ses analyses jusqu’au Regno (Bartolomeo di Capua) dans une perspective d’histoire culturelle. Mais les officiers centraux demeurent mal connus, malgré l’ancien répertoire de Fernand Cortez (1921), qu’il faudra du reste réviser. Il convient en outre de poursuivre les recherches de Mme M.-R. Reynaud sur le personnel central et local de la seconde maison d’Anjou. Enfin, la réflexion sur les offices eux-mêmes, sur leur élaboration et leur structure, notamment le sénéchalat, mériteront une attention particulière, au regard des recherches récentes menées notamment sur les offices au sein de la monarchie pontificale (A. Jamme).

D’autres recherches se sont davantage intéressées à l’Italie, mais de manière moins systématique (travaux de M.-T. Caciorgna, P. Grillo, S. Morelli, S. Pollastri et R. Rao). Pour la région de Rome, où s’exerce une influence angevine indirecte, il n’existe aucune liste dûment établie des officiers. En revanche, différentes études produites dans le cadre du groupe de recherches coordonné par M. Caciorgna ont mis en évidence la présence d’officiers angevins à divers niveaux de l’administration communale. Il reste que les modalités de leur intégration dans les gouvernements des villes, leurs liens avec les élites locales n’ont pas encore fait l’objet de recherches détaillées qui permettraient de comprendre les processus à l’œuvre à la charnière des XIIIe-XIVe s., moment fondateur de genèse institutionnelle pour la monarchie angevine. De nombreux espaces sous domination angevine demeurent toujours à l’écart. Ainsi faudrait-il engager des travaux sur les officiers et leur mobilité pour la Toscane, l’Anjou et les Balkans. Pour l’espace méditerranéen, une récente étude de G.-L. Borghese a souligné l’activité d’un personnel régnicole nombreux.

Le ciel au dessus du château d’Angers, cl. Thierry Pécout

 

Plus précisément, pour les domaines de l’Italie centro-septentrionale et de la Provence, l’attention portée aux officiers angevins remonte à un siècle au moins, avec les listes données par F. Cortez et L. Bertano qui apparaissent aujourd’hui lacunaires et imprécises. L’intérêt est resté soutenu, comme on le note à propos des grands collaborateurs du prince (voir le Dizionario Biografico degli Italiani), mais il faut attendre ces dernières décennies, avec le réveil des études angevines, pour que les officiers soient à nouveau reconsidérés, au moins partiellement. Les carences de la recherche demeurent cependant nombreuses : la démarche biographique a prévalu sur une prosopographie susceptible de mesurer de manière précise les modalités et les caractéristiques de la circulation des officiers. À l’exception de travaux récents, on s’est surtout intéressé aux officiers centraux, au détriment des officiers locaux (viguiers, bailes, clavaires). On manque encore de travaux systématiques capables de considérer les spécificités régionales et d’intégrer en une réflexion amplement comparatiste les circuits de la fonction publique dans l’ensemble de l’espace angevin.

Pour le royaume de Sicile-Naples, que ce soit pour le répertoire ou la connaissance des sources, ou les enjeux institutionnel, administratif et prosopographique, la recherche a accompli ces vingt dernières années d’importantes avancées dans la connaissance d’une période essentielle pour l’histoire du Mezzogiorno médiéval. Au regard de la documentation, la découverte des fonds de chercheurs (archives Cadier et fonds Sthamer) a donné un nouvel élan, parallèlement à l’acquisition d’archives privées par l’Archivio di Stato di Napoli, à la publication des 50 tomes des Registri ricostruiti della Cancelleria Angioina, à l’exploitation des chartriers monastiques édités chez Carlone, à l’édition des Carte de Léon Cadier par S. Morelli. Les travaux se sont orientés vers plusieurs directions, parmi lesquelles on note le thème de la continuité (administrative, institutionnelle, culturelle) entre périodes staufienne et angevine (Centro di Studi Normano-Suevi), celui de l’enracinement des pouvoirs et de la société politique dans le territoire (S. Pollastri, G. Vitolo), celui de la géographie administrative du Regno (S. Morelli, P. Peduto, F. Somaini). Les résultats sont déterminants pour le premier âge du royaume angevin, qui démontrent la dynamique de ses structures sociales, économiques et administratives, en dépassant les préjugés historiographiques qui reléguèrent le Mezzogiorno dans l’immobilisme du monde féodal. Les champs de recherches qui se sont ouverts sont nombreux et demeurent féconds. En premier lieu, reste peu connu le deuxième âge de la monarchie angevine, qui pâtit encore d’une notable réduction des sources connues à ce jour.

C’est surtout dans cette direction que le présent programme est susceptible d’obtenir des résultats novateurs, selon un double point de vue. Tout d’abord, la méthode prosopographique et la conception de la première base de données sur les officiers angevins permettront de dépasser les limites documentaires de l’histoire du royaume de Naples. En second lieu, la mise en évidence des éléments biographiques et des parcours administratifs d’hommes de provenances géographiques, culturelles et sociales hétérogènes, contribuera à réévaluer l’apport du Mezzogiorno aux réseaux de relations tissés entre les pays sous domination angevine, et à la formation d’une commune culture européenne de gouvernement.

Quant à l’Anjou et ses régions limitrophes, l’historiographie demeure nettement en retrait et tributaire de recherches anciennes. Au XIXe s., des juristes, érudits locaux, archivistes (Ch. Beautemps-Baupré † 1899, L. Gontard de Launay, d'Espinay, Lecoy de la Marche † 1897, Port…) ont produit des travaux (dictionnaire, articles, synthèses, recueils d'actes…) qui permettent d'entrevoir, outre le fonctionnement de différentes institutions administratives, judiciaires, financières ou militaires en Anjou et dans le Maine, le rôle et la place qu'ont pu jouer les officiers de l'entourage des princes angevins. Ces publications, pour utiles qu'elles soient pour le chercheur d'aujourd'hui – elles ont le mérite de montrer qu'il y a des archives et des sources bibliographiques disponibles sur lesquelles travailler et des rapprochements féconds à entreprendre entre toutes ces productions – comportent malheureusement un certain nombre d'erreurs, de lacunes et de limites. À ce jour, on ne dispose pas pour l’Anjou de liste exhaustive des officiers ayant exercé des fonctions en Anjou et dans le Maine et des confusions existent entre les individus, dues à l'homonymie particulièrement présente au Moyen Âge. Certes, des notices biographiques existent bien, mais elles sont souvent partielles (par exemple, les individus ne sont pas systématiquement suivis dès lors qu'ils quittent l'Anjou et le Maine) et ne permettent donc pas en l'état de reconstituer des parcours types avec les passages obligés par certaines fonctions, missions, lieux. Pourtant, l'historiographie récente témoigne de l'intérêt que ce dossier continue de susciter auprès de la communauté historienne (M. Le Mené, J.-M. Matz, F. Comte, I. Mathieu…) mais à ce jour on ne peut que déplorer l'absence d'une belle synthèse générale sur le sujet. Chacun rencontre lesdits officiers dans ses travaux respectifs, débusque les erreurs et approximations anciennes, compile soigneusement des informations les concernant, mais les données restent éclatées entre diverses publications.

La chapelle du château de Tarascon, cl. Thierry Pécout

 

Enfin, les régions d’Europe centrale et balkanique sont concernées par la domination angevine de manière discontinue, entre la fin du XIIIe s. et les dernières décennies du XIVe s. Le personnel des officiers angevins de Hongrie est relativement bien connu. Après quelques études partielles menées aux XIXe et XXe s., Pál Engel a eu le mérite d’en fournir une base de données presque complète. Dans plusieurs publications, il a analysé la structure de la cour royale, les carrières de membres de l'élite laïque hongroise. Il a découvert une institution de gouvernement ignorée des rois de la dynastie angevine, qui présente des analogies proches du féodalisme : le fief relevant de la fonction accomplie, l'honor. Selon son argumentation, le roi confiait à ses barons non seulement une dignité, mais aussi une grande propriété (une ou plusieurs forteresses, avec leur domaine). Enfin, Engel a publié son grand œuvre, L’archontologie laïque de Hongrie, 1301-1457. Depuis sa mort (2001), les possibilités de recherche sur l'histoire du royaume angevin se sont améliorées sensiblement : la matière archivistique est totalement accessible en ligne. De plus, la publication des Documenta res Hungaricas tempore regum Andegavensium illustrantia est en cours (depuis 1990, 34 volumes parus). Ces changements positifs permettront à notre programme d’assurer corrections et ajouts à la base de données d'Engel, sans compter son reformatage et son intégration dans un ensemble plus vaste. En ce qui concerne la principauté de Morée, si la thèse d’Isabelle Ortega (Université de Nîmes) a pu éclairer de façon partielle la présence d’officiers angevins parmi la noblesse moréote, son travail n’avait pas pour objet ce groupe social. Il convient donc d’approfondir cet aspect et replacer cette principauté au cœur du vaste ensemble territorial angevin. La thèse en cours d’Aude Rapatout sur l’Albanie (La présence angevine dans l'Albanie médiévale, XIIIe-XIVe s., sous la direction de M. Balard, Université de Paris I), ou encore celle de Brendan Osswald sur l’Épire (L'Épire du treizième au quinzième siècle : autonomie et hétérogénéité d'une région balkanique, Université de Toulouse II), montrent l’essor récent des recherches pour l’Europe du Sud-Est angevine. Outre la présence de Mme E. Csukovits pour la Hongrie, l’intégration de Mmes Ortega et Rapatout au sein du programme lui confère un périmètre particulièrement novateur, ces régions ayant longtemps été délaissées par l’historiographie.

On trouvera dans l’ouvrage suivant un état de la question pour la première génération de recherches universitaires angevines, entre les années 1880 et 1930 :
Biblio Europe angevine

Outils de recherche bibliographiques

 


Abréviations en usage sur le portail des études angevines


Outils de recherche : mémoires universitaires

 


Les colloques angevins

 


Éditions de sources, regestes

 


Souverains angevins

  • Abulafia D., « Charles of Anjou reassessed », Journal of Medieval History, 26/1, 2000, p. 93-114.
  • Arlot Fl., « Dans la tourmente du XIVe siècle : Marie de Blois, comtesse de Provence et reine de Naples », Provence historique, 56, 2006, p. 53-90 et p. 155-194.
  • Benet J., Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine 1426-1470, Nancy, 1997.
  • Borghese G. L., Carlo I d’Angiò e il Mediterraneo. Politica, diplomazia e commercio internazionale prima dei Vesperi, Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 411).
  • Boutaric Ed., Saint Louis et Alphonse de Poitiers : étude sur la réunion des provinces du midi et de l'ouest à la couronne et sur les origines de la centralisation administrative, d'après des documents inédits, Paris, 1870.
  • Boyer J.-P., « René d’Anjou », Célébrations nationales 2009, M. de Boisdeffre (dir), Archives de France, Paris, 2008, p. 24-25 et 236.
  • Caggese R., Roberto d’Angiò e i suoi tempi, Florence, 1922-1930 (réimpression 1971).
  • Casteen El., « Sex and Politics in Naples : The Regnant Queenship of Johanna I », Journal of The Historical Society, 11-2 (2011), p. 183-210.
  • Casteen El., From she-wolf to martyr : the reign and disputed reputation of Johanna I of Naples, Ithaca, Cornell University Press, 2015.
  • Chaigne-Legouy M., « Reine ordinaire, reine extraordinaire. La place de Jeanne de Laval et d’Isabelle de Lorraine dans le gouvernement de René d’Anjou », Matz J.-M. et Tonnerre N.-Y. (dir), René d’Anjou (1409-1480) : Pouvoirs et gouvernement. Actes du colloque international d’Angers (2009), Rennes, 2011, p. 77-101.
  • Chaigne-Legouy M., Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481), Thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris IV-Sorbonne, 2014.
  • Contamine Ph., « Yolande d’Aragon et Jeanne d’Arc : l’improbable rencontre de deux parcours politiques », Bousmar E., Dumont J., Marchandisse A., Schnerb B. (dir), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, 2012, p. 11-30.
  • Coulet N., Le roi René. Le prince, le mécène, l’écrivain, le mythe, en collaboration avec Alice Planche et Françoise Robin, Aix-en-Provence, 1982 (direction, introduction, 1re partie et conclusion).
  • Cutolo A., Re Ladislao d’Angiò Durazzo, Napoli, 1969.
  • Dunbabin J., Charles I of Anjou. Power, Kingship and State-Making in Thirteenth-Century Europe, Singapore, 1998.
  • Dupouy-Greiner M., « Une reine méconnue : Sancia de Majorque, reine de Jérusalem et de Sicile (1286-1345) », Études roussillonnaises, 2000-2001, 18, p. 117-128.
  • Favier J., Le roi René, Paris, Fayard, 2008.
  • Ferente S., « Joanna II of Anjou-Durazzo, the Glorious Queen », Renaissance Studies in Honor of Joseph Connors, t. 2, Cambridge-Firenze, 2013, p. 24-30.
  • Halecki O., Gromada Th. V., Jadwiga of Anjou and the rise of East Central Europe, Boulder, Colo., 1991 (East European monographs, 308 / Atlantic studies on society in change, 73).
  • Herde P., Karl I. von Anjou, Kohlhammer, Stuttgart et al., 1979.
  • Jehel G., Charles d'Anjou (1226-1285), comte d'Anjou et de Provence, roi de Sicile et de Jérusalem, un capétien en Méditerranée, Amiens, 2005.
  • Kelly S., The New Solomon. Robert of Naples (1309-1343) and Fourteenth-Century Kingship, Brill, Leiden-Boston, 2003 (The Medieval Mediterranean, vol. 48).
  • Kiesewetter A., « Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309) », Archiv für Diplomatik, 43 (1997), p. 85-284.
  • Kiesewetter A., Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1295). Das Königreich Neapel, die Grafschaft Provence und der Mittelmeeraum zu Ausgang des 13. Jahrhunderts, Husum, 1999.
  • Lecoy de La Marche A., Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, 1875, 2 vol.
  • Legaré A. -M., Jeanne de Laval politique, Bousmar E., Dumont J., Marchandisse A., Schnerb B. (dir), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, 2012, p. 551-570.
  • Léonard É.-G., Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, comtesse de Provence (1343-1382), 3, Le règne de Louis de Tarente, Monaco-Paris, 1936.
  • Léonard É.-G., La jeunesse de Jeanne Ire, reine de Naples et comtesse de Provence, Monaco-Paris, 1932.
  • Mango di Casalgerardo A., Federico III di Sicilia e Margherita di Durazzo, Palermo 1905.
  • Marrocco D., Carlo III di Angiò Durazzo, Capua 1967.
  • Matz J.-M., É. Verry (dir), René d’Anjou dans tous ses États (1409-1480), Paris, Éditions du Patrimoine, 2009.
  • Matz J.-M., « La reine Jeanne Ire de Naples, le pape Clément VII et l’adoption de Louis Ier d’Anjou », Schola salernitana. Annali, 19, 2014, p. 41-58.
  • Matz J.-M., « Princesse au pouvoir, femme de pouvoir ? L’action politique de Marie de Blois d’après le journal du chancelier Jean Le Fèvre (1383-1388) », Cevins M. -M. de, Kiss G., Matz J.-M. (dir), Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, à paraître.
  • Pór A., Nagy Lajos 1326-1382 [Louis le Grand, 1326-1382], Budapest, 1892 (Magyar történeti életrajzok). (1) et (2)
  • Pór A., « Idősb Erzsébet királyné uralkodása Lengyelországban (1370-1380) [Le règne d’Élisabeth Łokietek en Pologne, 1370-1380]», Erdélyi Múzeum, 18 (1901) p. 477-482.
  • Poull G., La maison ducale de Lorraine devenue la maison impériale et royale d'Autriche, de Hongrie et de Bohême, Nancy, Presses universitaires, 1991.
  • Pryds D., The King Embodies the Word. Robert d’Anjou and the Politics of Preaching, Leiden, 2000.
  • Reynaud M.-R, « Itinéraire de Louis d’Anjou-Provence pendant son règne personnel (octobre 1399-avril 1417) », Provence historique, 54, 2004, p. 73-110.
  • Reynaud M.-R, Le temps des princes : Louis II & Louis III d'Anjou-Provence, 1384-1434, Lyon, 2000.
  • Reynaud M.-R., « Deux princesses – et reines – de la deuxième Maison d'Anjou-Provence : Marie de Blois-Penthièvre et Yolande d'Aragon (ca 1360-ca 1442) », M. Faure (dir), Reines et princesses au Moyen Âge, Actes du cinquième colloque international de Montpellier, Université Paul-Valéry (24-27 novembre 1999), Montpellier, 2001, p. 277-290.
  • Rohr Z. E., Yolande of Aragon (1381-1442). Family and Power: The Reverse of the Tapestry, New York, 2016.
  • Saint Clair Baddeley W., Charles III of Naples and Urban VI, London 1894.
  • Saint-Clair Baddeley W., Queen Joanna I. of Naples, Sicily, and Jerusalem, countess of Provence, Forcalquier and Piedmont ; an essay on her times, Londres, 1893.
  • Saint-Clair Baddeley W., Robert the Wise and his Heirs, Londres, 1897.
  • Schipa M., Carlo Martello angioino, Napoli 1890.
  • Sternfeld R., Karl von Anjou als Graf der Provence (1245-1265), Berlin, 1888.
  • Valente A., « Margherita di Durazzo, vicaria di Carlo III e tutrice di re Ladislao », Archivio storico per le province napoletane, n. sér., 1 (1915), p. 265-312, 457-502 ; 2 (1916), p. 267-310 ; 4 (1918), p. 5-43, 169-214
  • Vardy S. B., Grossschmid G., Domonkos L. S. (dir), Louis the Great, King of Hungary and Poland, New York, 1986 (East European monographs, 194).

 


Monographies générales, sur une principauté (ou commune pour l'Italie septentrionale)

  • Aurell M., Boyer J.-P., Coulet N., La Provence au Moyen Âge, Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2005.
  • Barbero A., Il mito angioino nella cultura italiana e provenzale fra Duecento e Trecento, Turin, 1983.
  • Bertano L., Storia di Cuneo, Medioevo, Cuneo, 1898, 2 vol.
  • Bourrilly V.-L., Busquet R., La Provence au Moyen Âge. Histoire politique, l’Église, les institutions, Paris, 1924.
  • Cantarella G. M. et al., Svevi, Angioini, Aragonesi alle origini delle due Sicilie, Udine, 2009.
  • Casanova O., Il principato di Taranto e gli Angioini : Filippo I, 1280-1332, Taranto, 1908.
  • Comba R., Griseri G., Lombardi G. (dir), Storia di Mondovì e del Monregalese, II, L’età angioina (1260-1347), Cuneo-Mondovì, 2002.
  • Comba R. (dir), Gli Angiò nell’Italia nord-occidentale (1259-1382), Milan 2006.
  • Comba R., Grillo P., Rao R. (dir), Storia di Cuneo e delle sue valli, 3, Cuneo 1259-1347, fra monarchi e signori. In ricordo di Piero Camilla, Bollettino della società per gli studi storici, archeologici ed artistici della provincia di Cuneo, 148, 2013-1.
  • Csukovits E. (dir), L'Ungheria angioina, Rome, Viella, 2013.
  • Csukovits E., Az Anjouk birodalma 1301-1387 [L’empire des Angevins], Budapest, 2009.
  • Csukovits E., Az Anjouk Magyarországon, I, I. Károly és uralkodása (1301-1342) [Les Angevins en Hongrie I, Charles Ier et son règne], Budapest, 2012 (Magyar Történelmi Emlékek, Értekezések).
  • Davidsohn R., Geschichte von Florenz, vol. II, Guelfen und Ghibellinen, Berlin, 1908. (1) et (2) ; vol. III, Die letzten Kämpfe gegen die Reichsgewalt, Berlin, 1912.
  • Davies N., God's Playground. A History of Poland. I. The Origins to 1795, Oxford, 1981.
  • Engel P., Kristó Gy., Kubinyi A., Histoire de la Hongrie médiévale, 2, Des Angevins aux Habsbourgs, Rennes, 2008, p. 19-111.
  • Engel P., The Realm of St Stephen. A History of Medieval Hungary, 895-1526, London-New York, 2001, p. 124-197.
  • Galasso G., Il Regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), Turin, 1998.
  • Hóman B., Gli Angioni di Napoli in Ungheria, 1290-1403, trad. L. Zambra, R. Mosca, Rome, 1938.
  • Jasienica P., Piast Poland, New York, 1985.
  • Jasienica P., Jagellonian Poland, Miami, 1978.
  • Jehel G., Les Angevins de Naples : une dynastie européenne (1246-1266-1442), Paris, 2014.
  • Knoll P. W., The Rise of the Polish Monarchy. Piast Poland in East Central Europe, 1320-70, Chicago-London, 1972.
  • Kristó Gy., Engel P. et Makk F. (éd.), Korai magyar történeti lexikon (9-14. század) [Dictionnaire de la Hongrie médiévale, 9-14e siècles], Budapest, 1994.
  • Léonard É.-G., Les Angevins de Naples, Paris, 1954.
  • Matz J.-M., Tonnerre N. -Y. (dir), Histoire de l’Anjou, t. 2 : Le temps des princes (fin IXe-XVe siècle), Paris, Picard, 2017.
  • Merkel C., La dominazione di Carlo I d’Angiò in Piemonte e in Lombardia e i suoi rapporti con le guerre contro re Manfredi e Corradino, Turin, 1891.
  • Merkel C., Cuneo e la signoria angioina, VII centenario della fondazione di Cuneo. Memorie storiche, Cuneo, 1898, p. 33-123.
  • Monti G. M., La dominazione angioina in Piemonte, Torino, 1930.
  • Rapatout A., « L’Albanie de Charles Ier d'Anjou. Une microhistoire pour un micro-royaume ? », Mémoire des princes angevins, 8, 2011, p. 35-46.
  • Storia del Mezzogiorno, 4, Il regno dagli Angioini ai Borboni, Rome, 1986 (rééd. 1994).
  • Tallone A., Tomaso I di Saluzzo (1244-1296). Monografia storica con appendice di documenti inediti, Pinerolo, 1916.
  • Tocco F. P., Il Regno di Sicilia tra Angioini e Aragonesi, Bologna, 2008.
  • Tramontana S., Il Mezzogiorno medievale : Normanni, Svevi, Angioini, Aragonesi nei secoli XI-XV, Rome, 2000.
  • Wojciechowski Z., Mieszko I and the rise of the Polish State, Toruń-London, 1936 (The Baltic Pocket Library).

 


Mémoires universitaires inédits

  • Stouff L., « Thèses, diplômes et mémoires soutenus devant les facultés de droit et des Lettres d’Aix au cours des années 1951, 1952, 1953, 1954 », Provence historique, 4, 1954, p. 93-96.
  • Stouff L., « Thèses et diplômes d’études supérieures soutenus devant les Facultés de droit et des Lettres d’Aix en 1955 et 1956 », Provence historique, 7, 1957, p. 229-231.
  • Aubenas R., « Thèses de doctorat et mémoires pour le DES concernant l’histoire de la Provence et du Comté de Nice soutenus devant les Facultés de Droit d’Aix et de Nice de 1957 à 1969 », Provence historique, 20, 1970, p. 308-313.

 

  • Ambroise J., Les écuries ducales de Lorraine sous René II (1473-1508), Mémoire de master, Université de Nancy, 2015 (dactylographié).
  • Arnaud Ph., Pouvoirs, économie et société du bailliage de Castellane à partir de l’enquête de 1278, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2000 (dactylographié).
  • Attard J.-P., Delphine de Puimichel. Une aristocrate provençale sainte en son siècle, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2003 (dactylographié).
  • Attard J.-P., Sainte Marie Madeleine, le prince angevin et les frères prêcheurs. Autour de la découverte de 1279 à Saint-Maximin, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 2, 2007 (dactylographié).
  • Aubert D., La cour de René II, duc de Lorraine 1473-1508, Mémoire de maîtrise, Université de Nancy, 1981 (dactylographié).
  • Auzas É., Charles d’Anjou selon les Grandes chroniques de France, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 1, 2006 (dactylographié).
  • Barbu M., Les considérations politiques dans la théologie du franciscain et universitaire François de Meyronnes, Université Aix-Marseille 1, mémoire de DEA, 2003 (dactylographié).
  • Beaucage B., Démographie, structures foncières et mouvement des rentes aux XIVe et XVe siècles: la commanderie de Saint-Pierre de Campublic. Thèse de 3e cycle, Aix-en-Provence, 1971, 225 p. (dactylographié).
  • Bednarski S., Crime, Justice and Social Regulation in Manosque, 1340-1403, Thèse de doctorat, Université du Québec à Montréal, 2002, 401 p. (dactylographié).
  • Bellanger A., Héraldique de l'Anjou médiéval aux XIIIe-XIVe siècles : présentation générale et inventaire, Doctorat d'histoire, Université Angers, 2004 (dactylographié).
  • Benet J., Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470), thèse de l’École nationale des chartes, 1939 (dactylographié).
  • Berthier A., Aspects juridiques et sociaux de l’histoire de Marseille au XIVe siècle d’après les registres de la Cour du Palais et des Cours des Appellations, thèse de l’École nationale des chartes, 1970 (dactylographié).
  • Bidet L., La famille de Beauvau à la fin du Moyen Âge (v. 1380-v. 1510), mémoire de Maîtrise, Université d’Angers, 1994, résumé dans « La noblesse et les princes d’Anjou : la famille de Beauvau », Coulet N. et Matz J.-M. (dir), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque international d’Angers-Saumur (1998), Rome, École française de Rome, 2000, p. 471-497.
  • Boulet M., La criminalité dans la baillie de Moustiers d'après les comptes de la première moitié du XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, 1972 (dactylographié).
  • Bovet A., Philippe de Hochberg, maréchal de Bourgogne, gouverneur et grand sénéchal de Provence, thèse de l’École nationale des chartes, 1918 (dactylographié).
  • Boyer J.-P., Les dominicains et la monarchie angevine. Les sermons politiques de Jean Regina de Naples (vers 1309-vers 1348), Université d’Aix-Marseille I, 1997 (mémoire d’Habilitation à diriger des recherches).
  • Carraz D., Une commanderie templière et sa chapelle à Avignon, mémoire de Maîtrise, Université d'Aix-Marseille I, 1994, 2 vol. 1 vol. texte 156 p., 1 vol. annexes 127 p. (dactylographié).
  • Chaigne-Legouy M., Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481), Doctorat d’Histoire médiévale, Université de Paris IV-Sorbonne, 2014 (dactylographié).
  • Charansonnet A., L’Université, l’Église et l’État dans les sermons d’Eudes de Châteauroux (1190 ? - 1273), thèse d’Histoire du Moyen Âge, université Lyon II, 2001 (dactylographié).
  • Chartier M., Le costume à la cour de René II, duc de Lorraine (1481-1508), Mémoire de maîtrise, Université de Nancy, 1974 (dactylographié).
  • Chaux J.-P., Symbolique des sceaux et monnaies des comtes de Provence de la première maison d’Anjou, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2004 (dactylographié).
  • Courtemanche A., Regard sur la femme médiévale : la délinquance féminine à Manosque au tournant du XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Laval, 1981 (dactylographié).
  • Courtemanche D., Ces hommes venus d'ailleurs. Les brigands à Avignon au XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1987, 141 p. (dactylographié).
  • Cron É., La ville de Saumur du XVe au XVIIe siècle : urbanisme, architecture et société, doctorat d’histoire de l’art, université de Tours, 2005, 4 vol. (dactylographié).
  • Cunnac S., De grands barons dans le royaume de Sicile : les Sanseverino, comtes de Tricarico, princes de Bisignano (1309-1486), thèse de l’École nationale des chartes, 1996 (dactylographié).
  • Dauchelle E., Contribution à l’étude du personnel de l’hôtel ducal de René II (1473-1508) d’après les lettres patentes, Mémoire de maîtrise, Université de Nancy, 2002 (dactylographié).
  • Denizet J., Les États de Provence, depuis l’origine jusqu’à la réunion de la Provence à la France (1481), thèse de l’École nationale des chartes, 1920 (dactylographié).
  • Desjardins M., Les relations entre le royaume de France et le comté de Provence pendant la deuxième moitié du XIVe siècle (1355-1385). Étude politique et diplomatique, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1993, 121 + XLIV p. (dactylographié).
  • Djafri S., La société italienne dans le Décaméron de Boccace, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2004 (dactylographié).
  • Donckers S., L’idéal chevaleresque de René d’Anjou. Étude sur la mentalité d’un grand prince à la fin du Moyen Âge, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2000 (dactylographié).
  • Drendel J. V., Society and Economy in a Medieval Provencal Town : Trets, 1296-1347, Doctorat d’Histoire, Université de Toronto, 1991 (dactylographié).
  • Droguet A., Les finances municipales de Marseille dans la seconde moitié du XIVe siècle, thèse de l’École nationale des chartes, 1975 (dactylographié).
  • Drouin M., Criminalité et société à Tarascon dans la seconde moitié du XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 1996, 140 p. (dactylographié).
  • Duris A.-S., Les étudiants en droit de l’université d’Angers à la fin du Moyen Âge (v. 1360-v. 1494), Mémoire de DEA d’histoire, Université d’Angers, 2001 (dactylographié), résumé dans « Profil sociologique des étudiants en droit de l’université d’Angers en 1378 », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 112, 2005, p. 65-84.
  • Duval V., Droit et souveraineté dans le royaume de Sicile-Naples au début du XIVe siècle. André d’Isernia et la question des regalia, Aix-Marseille Université, mémoire de Master 2, 2012 (dactylographié).
  • Duval V., La prédication franciscaine en Provence : édition, traduction et commentaire de deux sermons sur Marie Madeleine du manuscrit Burgh. 138, mémoire de Master 1, Université d’Aix-Marseille I, 2011 (dactylographié).
  • Eboli G., Le gouvernement de la reine Marie d'après le journal de Jean Le Fèvre, Université d’Aix-Marseille, Mémoire de Master 1, Université d’Aix-Marseille I, 2005 (dactylographié).
  • Fiengo J., La législation provençale de Charles d’Anjou, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 1, 2007 (dactylographié).
  • Fiengo J., La législation de Charles Ier d’Anjou au travers de ses domaines, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 2, 2008 (dactylographié).
  • Frenette J., Formes et procédures des fermes de droits comtaux en Provence au XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 1998, 140 p. (dactylographié).
  • Gallo A., Les consulats dans le bailliage de Seyne au XIIIe siècle, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2000 (dactylographié).
  • Gallo A., La vie municipale à Sisteron (XIIIe-XIVe siècle), Université Aix-Marseille I, mémoire de DEA, 2001 (dactylographié).
  • Gallo A., Les consulats dans le baillage de Seyne au XIIIe siècle, mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille I, 2000 (dactylographié).
  • Goirand Y., L'art en Provence à l'époque du roi René, mémoire de DES, Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, 1956 (dactylographié).
  • Gosselin R., Justice, criminalité et société à Manosque au milieu du XIIIe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Laval, 1984, 210 p. (dactylographié).
  • Guérin M., Les dames de la Morée franque (XIIIe-XVe siècle). Représentation, rôle et pouvoir des femmes de l’élite latine en Grèce médiévale, Doctorat d’Histoire, Université de Paris IV-Sorbonne, 2014, 2016 (dactylographié).
  • Guilhiermoz P., Étude sur les actes de notaires à Marseille à la fin du XIVe siècle et au commencement du XVe (1378-1407), d’après une collection de registres conservés à la Bibliothèque nationale, thèse de l’École nationale des chartes, 1882 (dactylographié).
  • Guipert G., Structures démographiques et socio-économiques du Val d’Entraunes au milieu du XIVe siècle. Étude du recours de feux de 1343 dans la baillie de Puget-Théniers, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2002 (dactylographié).
  • Guipert G., Un an de gestion administrative de la ville de Marseille par son conseil municipal au travers de l’édition intégrale d’un registre de ses délibérations (BB 16, 1328-1329), Université Aix-Marseille I, mémoire de DEA, 2004 (dactylographié).
  • Hébert, M., Les péages de Basse-Provence occidentale d'après une enquête de la Cour des comptes de Provence, 1366-1381, Mémoire de maîtrise, Aix-en-Provence, 1972, 122 p. [Déposé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 8 F 143] (dactylographié).
  • Humbert D., L’architecture militaire du XIe au XVIe siècle dans la viguerie de Grasse et le bailliage de Saint-Paul-de-Vence, thèse de l’École nationale des chartes, 1943 (dactylographié).
  • Jane B., Les baillis du duché de Lorraine sous René II 1473-1508), Mémoire de maîtrise, Université de Nancy, 2005 (dactylographié).
  • Jouvet L., L’évêque et la commune : Marseille, 1230-1257, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 1, 2006 (dactylographié).
  • Landais H., Étude sur la géographie, l'histoire et l'administration de l'Anjou au XIIIe siècle, thèse de l'École nationale des Chartes, 1946, 287 p. (dactylographié).
  • Larochelle L., Boni, probi et sufficientes" : pouvoir et notabilité à Aix-en-Provence entre 1400 et 1535, Doctorat d’Histoire, Université d’Aix-Marseille I, 2002 (dactylographié).
  • Lavoie R., Le pouvoir, l’administration et le peuple en Provence à la fin du XIIIe s. Essai d’histoire des mentalités d’après l’enquête administrative de Charles II (1289-1290), Thèse de 3e cycle, Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, 1969 (dactylographié).
  • Luccioni J., Les prémices de l’étude d’une ville au XVe siècle. Toulon d’après les cadastres de 1409 à 1442, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 2, 2006 (dactylographié).
  • Mascle G., La Vida de sant Honorat, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 1998 (dactylographié).
  • Mathieu de Vienne R., Études sur le règne de René II, duc de Lorraine et de Bar, thèse de l’École nationale des chartes, 1946 (dactylographié).
  • Micaelli J.-P., Actes notariés de Manosque du XIIIe siècle (1256), mémoire de DES, Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, 1958 (dactylographié).
  • Michaud C., Communautés d'habitants et pouvoir seigneurial au Moyen Âge. L'exemple de Manosque aux XIIIe et XIVe siècles, Mémoire de maîtrise, Université Laval, 1986, 150 p. (dactylographié).
  • Michot M., L'emblématique des familles aristocratiques de Provence à l'époque médiévale (XIIe-XVe siècles) à partir des sceaux, mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille I, 2001 (dactylographié).
  • Moreno J., Les officiers de la Chambre des comptes d’Angers (1397-1424). Étude prosopographique d’après le premier Journal de l’institution, Université d’Angers, Mémoire de Master 2, 2015 (dactylographié).
  • Paiement M., "Quia iterum citati" : le crédit, le recours à la justice et l'État à Draguignan (Provence) au XIVe siècle (1327-1378), Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 2003 (dactylographié).
  • Paradis B., Du corps souffrant du supplicié à la rationalité administrative de l'État : bourreaux et exécutions en Provence, 1309-1382, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 1998, 148 p. (dactylographié).
  • Pernoud R., Essai sur le port de Marseille des origines à la fin du XIIIe siècle, thèse de l’École nationale des chartes, 1933 (dactylographié).
  • Philippon G., La Provence de 1245 à 1252, premières années de Charles d’Anjou, thèse de l’École nationale des chartes, 1879 (dactylographié).
  • Pizzo R., Les chartes de Charles II d’Anjou, comte de Provence, le cartulaire municipal de Saint-Maximin, 1295-1302, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 1, 2005 (dactylographié).
  • Poindron P., Les frontières des comtés de Provence et de Forcalquier du XIIe siècle à 1481, thèse de l’École nationale des chartes, 1935 (dactylographié).
  • Pollastri S., La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1435), Doctorat d’Histoire médiévale, Université de Lille III, 1994 (dactylographié).
  • Potter M., Le gouvernement d'un village en Provence : Tourves, 1379-1397, Tourves, Association d'histoire populaire tourvaine, 2000, 134 p. (dactylographié).
  • Quinlan P., Mutation de l'administration angevine. Analyse de deux registres d'enregistrement du sénéchal de Provence sous Charles II d'Anjou, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 1998, 159 p. (dactylographié).
  • Ricci N., Représentations et fonctions de la chevalerie du XVe siècle au travers de l’œuvre littéraire et théorique du roi René, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 2, 2008 (dactylographié).
  • Rinsant J., La Vie de sainte Douceline fondatrice des béguines de Marseille : un exemple de spiritualité féminine au XIIIe siècle, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2000 (dactylographié).
  • Ripert-Monclar Fr. de, Essai sur la domination des empereurs d’Allemagne en Dauphiné et en Provence au Moyen Âge, thèse de l’École nationale des chartes, 1865 (dactylographié).
  • Riviere Ch., Les anoblissements et le pouvoir ducal en Lorraine, à la fin du Moyen Age, Mémoire de maîtrise, Université de Nancy, 1998 (dactylographié).
  • Romefort J. de, La gabelle du sel des Comtes de Provence des origines à 1343, thèse de l’École nationale des chartes, 1929 (dactylographié).
  • Roux Cl., Tarascon au XVe siècle. Espace et société au temps des derniers comtes angevins de Provence (1400-1481), Doctorat d’Histoire du Moyen Âge, Université d’Aix-Marseille 1, 2004 (dactylographié).
  • Roux E., L'aristocratie provençale au XIIIe siècle sous Raymond Bérenger V : 1226-1245, mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille I, 2003 (dactylographié).
  • Roux H., De la chancellerie du roi René en Anjou et en Provence, thèse de l’École nationale des chartes, 1890 (dactylographié).
  • Roy L., La justice comme outil politique en Provence au XIVe siècle. L'exemple de Boulbon, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1989, 117 p. (dactylographié).
  • Ruiz D., Un document franciscain provençal: le "formularium litterarum provincie Provincie" du Ms. 1200 de la Bibliothèque Municipale de Marseille (début du XVe siècle), mémoire de DEA, Université d’Aix-Marseille I, 1999 (dactylographié).
  • Ruiz D., L'Expositio super regulam fratrum minorum d'Hugues de Digne dans l'évolution historique et spirituelle de l'Ordre des frères mineurs (milieu XIII° siècle), mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille I, 1998 (dactylographié).
  • Salomone A., État de la société et de l’économie dans les Alpes du Sud en 1338, Université Aix-Marseille I, mémoire de Maîtrise, 2004 (dactylographié).
  • Salomone A., Les relations de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem avec l’aristocratie militaire dans le Grand Prieuré de Saint-Gilles aux XIIe et XIIIe siècles, Université Aix-Marseille I, mémoire de Master 2, 2005 (dactylographié).
  • Sampsonis F., Recherches sur la Morée à l’époque angevine, de la fin du XIIIe siècle au milieu du XIVe siècle, Doctorat d’Histoire, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2016 (dactylographié).
  • Schliebach Chr., Raymond de Turenne dans l'historiographie provençale (XVIe-XIXe siècle), mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille I, 1996 (dactylographié).
  • Sottiau A., Une princesse dans l'État angevin au XVe siècle, à travers l'étude des comptes d'hôtel de Yolande d'Aragon, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 2004, 180 p. (dactylographié).
  • Szende L., Piast Erzsébet és udvara (1320-1380) [La cour d’Élisabeth Piast, 1320-1380] [Thèse docotorale. Manuscrit, 2007].
  • Tremblay G., Le réseau de communication de l'administration provençale au XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 2005 (dactylographié).
  • Vachon C., Les violences verbales à Manosque au tournant du XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Laval, 1989 (dactylographié).
  • Venturini A., Évolution des structures administratives, économiques et sociales de la viguerie de Nice à travers les enquêtes générales de Charles Ier d’Anjou (1252), Charles II (1298) et Léopard de Fulginet (1333), thèse de l’École nationale des chartes, 1980 (dactylographié).
  • Veydarier R., L'administration angevine et les fraudeurs aux péages dans la Provence de la première moitié du XIVe siècle: modalités et enjeux de la répression, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1987, 176 p. (dactylographié).
  • Veydarier R., Raymond de Turenne, la seconde maison d'Anjou et la Provence : étude d'une rébellion nobiliaire à la fin du XIVe siècle (1386-1400), 3 vol., Thèse de doctorat, Université de Montréal, 1994, 436 + CLXI p. (dactylographié).
  • Visage J., La Cronaca di Partenope de Bartolomeo Caracciolo. Chronique en langue vernaculaire d’un chevalier napolitain sous la première dynastie angevine (1266-1350). Traduction et étude, Université d’Aix-Marseille, mémoire de Master 1, 2014 (dactylographié).

 


Historiographie et épistémologie, comparatisme (aires extérieures aux domaines angevins)

  • Aurell, Le médiéviste et la monographie familiale : sources, méthodes et problématiques, Turnhout, Brepols, 2004.
  • Castelnuovo G., « Centre et périphérie, le recrutement social et géographique des châtelains en terre savoyarde, moitié XIVe-moitié XVe s. » Savoie et région alpine, Paris. CTHS, 1994. p. 97-108.
  • Castelnuovo G., « Quels offices, quels officiers ? L'administration en Savoie au milieu du XVe s. », Études savoisiennes. 2, 1993, p. 3-43
  • Castelnuovo G., Mattéoni O., " De part et d'autre des Alpes". Les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.
  • Castelnuovo G., Ufficiali e gentiluomini. La società politica sabauda nel tardo medioevo. Milan, Franco Angeli, (Coll. del Dipartimento di Storia dell'Università di Torino), 1994.
  • Cockshaw P., Le personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre sous les ducs de Bourgogne de la maison de Valois, 1384-1477, Kortrijk-Heule, 1982 (Anciens pays et assemblées d’États, 79).
  • Corrao P., « Per una banca dati prosopografica dei ceti dirigenti siciliani fra ’300 e ’400 », Bollettino GISEM, I, 1989, p. 87-89.
  • Corrao P., Governare un Regno : potere, società e istituzioni in Sicilia fra Trecento e Quattrocento, Naples, 1991.
  • Curry A., Matthew E. (éd.), Concepts and Patterns of Service in the Latter Middle Ages, Woodbrige, 2000.
  • Daly K., « Private Vice, Public Service? Civil Service and Chose publique in Fifteenth-Century France », Concepts and Patterns of Service in the Latter Middle Ages, A. Curry et E. Matthew (éds.), Woodbrige, The Boydell Press, 2000, p. 99-118.
  • Dauphant L., Le Royaume des quatre rivières. L'espace polique français (1380-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2012.
  • Dutour Th., Une société de l'honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fon du Moyen Âge. Paris, 1998.
  • Epstein S. R., Potere e mercati in Sicilia : secoli XIII. -XV., Potere e mercati in Sicilia, Turin, 1996.
  • Gaussin P.-R., « Les conseillers de Charles VII (1418-1461). Essai de politologie historique », Francia, 10, 1982, p. 67-130.
  • Gaussin P.-R., « Les conseillers de Louis XI (1461-1483) », Chevalier B. et Contamine Ph. (éd.), La France à la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée. Actes du colloque de Tours (1982), Paris, 1985, p. 106-134.
  • Gazzaniga J.-L., « Les clercs au service de l’État dans la France du XVe siècle », Krynen J. et Rigaudière A. (éd.), Droits savants et pratiques françaises du pouvoir (XIe-XVe), Bordeaux, 1992, p. 253-278.
  • Genet J.-Ph. (dir), L’État moderne et les élites, XIIIe-XVIIIe s. : Apports et limites de la méthode prosopographique : actes du colloque international CNRS-Paris I, 16-19 octobre 1991, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.
  • Gonzalez E., Un prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe s., Paris, 2004.
  • Jamme A., Poncet O. (dir), Offices, écrit et papauté (XIIIe-XVIIe s.), Paris, 2007.
  • Kerhervé J., « Les registres des lettres scellées à la chancellerie sous le règne de François II de Bretagne (1458-1488) », Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais. Actes du colloque de Montréal (1995), Louvain-la-Neuve, 1997, p. 153-204.
  • Kettering S., « Friendship and Clientage in Early Modern France », French History, 6-2, 1992 (a), p. 139-158.
  • La società mediterranea all'epoca del Vespro, 11o Congresso di Storia della Corona d'Aragona, Palermo, Trapani, Erice, 23-30 aprile 1982, Palerme, 1983-1984 (4 vol.).
  • Lander J. R., « Family, Friends and Politics in Fifteenth-Century England » Kings and Nobles in the later Middle Ages, a Tribute to Charles Ross, R. A. Griffiths et J. Sherbone (éd.), Gloucester, Palgrave Macmillan, 1986, p. 27-40.
  • Les Élites urbaines au Moyen Âge, XXVIIe Congrès de la SHMESP (Rome, mai 1996), Paris, 1997.
  • Les serviteurs de l'État au Moyen Âge, XXIXe congrès de la SHMES (Pau, mai 1998), Paris, 1999.
  • Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (XIe-XXe s.), Actes de la table ronde organisée par GDR 2136 et l'Université de Glasgow (10-11 mai 2002), Paris, 2006.
  • Maire Vigueur J.-Cl. (dir), I podestà dell’Italia comunale. Parte I. Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XIII sec.-metà XIV sec.), Rome, 2000.
  • Marchandise A. et Kupper J.-L (dir), À l'ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Genève, 2003.
  • Mattéoni O. «Une base de données informatisées pour l'étude prosopographique du personnel politique de la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Âge : présentation et exploitation», Medieval Prosopography, 19, 1998, p. 99-109.
  • Mattéoni O., Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge (1356-1523). Paris, 1998.
  • Mattéoni O., « L’apport de la prosopographie à la connaissance des carrières des officiers de la chambre des comptes de Moulins (vers 1450-vers 1530) L’État moderne et les élites. XIIIe-XVIIIe s. Apports et limites de la méthode prosopographique. Actes du colloque international, Genet J.-Ph., Günther L. (dir), Paris, 1996, p. 123-138.
  • Mattéoni O., « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue Historique, 641, 2007, p. 31-69.
  • Mattéoni O., « Écriture et pouvoir princier : la chancellerie du duc Louis II de Bourbon (1356-1410) », Castelnuovo G., Mattéoni O. (dir), " De part et d'autre des Alpes". II. Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge, Chambéry, 2011, p. 131-171.
  • Morsel J., L'aristocratie médiévale, Paris, A. Colin, 2004.
  • Péquignot S., Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009.
  • Richard J., « La Chancellerie des ducs de Bourgogne de la fin du XIIe au début du XVe siècle », Landesherrliche Kanzleien im Spätmittelalter. Referate zum VI. Internationalen Kongress für Diplomatik (München, 1983), Munich, 1984 (Münchenel Beiträge zur Mediävistik und Renaissance-Forschung, 35), p. 379-413.
  • Rigaudière A. « Destitution d’offices et reconstitution de carrières au milieu du XIVe s., Nonagesimo anno » Mélanges offerts à Jean Gaudemet, Paris, PUF, 1999, p. 837-873.
  • Silvestri A., « La Real cancelleria siciliana nel tardo medioevo e l’inquisitio di Giovan Luca Barberi (secoli XIV-XVI) », Reti Medievali. Rivista, 17-2 (2016).
  • Zorzi A., « I rettori di Firenze. Reclutamento, flussi, scambi (1193-1313) », I podestà dell’Italia comunale. Parte I. Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XIII sec.-metà XIV sec.), Rome, 2000, p. 453-594.

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Provence

             Comtés de Provence et de Forcalquier

Château de Tarascon
Château de Tarascon, cl. Th. Pécout

Les comtés de Provence et de Forcalquier sont des terres d’empire. Ce n’est qu’à partir du XIIe siècle que l’appellation de Provence commence à renvoyer à une réalité politique précise, désignant d’abord le comté échu à la maison comtale de Barcelone en 1113. Entre 1125 et 1190, ses contours sont définis par une série de conventions avec le comte de Toulouse, possessionné dans la basse vallée du Rhône, et avec celui de Forcalquier, qui développe son autorité au même moment sur la rive droite de la Durance. En 1162, ses relations avec l’Empire sont formalisées : les comtes de Provence, relevant du royaume de Bourgogne ou d’Arles, doivent l’hommage à l’empereur. Dès le XIIIe siècle, les contours territoriaux du comté de Provence sont bien perçus par les contemporains : « Le terme de Provence s’étend du Rhône et de Tarascon jusqu’à La Turbie dans le sens de la longueur, et en largeur, de la Durance jusqu’à la mer » souligne une sentence arbitrale de 1230. L’ultime comte de Provence issu de la Maison de Barcelone, Raymond Bérenger V (1216-1245), est aussi le premier à porter également le titre de comte de Forcalquier, par héritage maternel. Les deux comtés de Provence et de Forcalquier demeurent désormais unis en une même main et, malgré un intermède qui donne à la comtesse douairière Béatrice de Savoie le gouvernement du comté de Forcalquier de 1248 à 1256, sont ainsi dévolus à la première maison d’Anjou qui succède à la Maison de Barcelone à partir de 1246 en la personne de Charles, frère de Louis IX de France. La première maison d’Anjou règne jusqu’en 1382, avec Charles d'Anjou (1246-1285), Charles II (1285-1309), Robert (1309-1343) et Jeanne Ire (1343-1382), et unit au titre comtal une couronne, lorsque Charles d'Anjou se trouve investi par le pape du royaume de Sicile à compter de 1265. Elle cède la place à une seconde lignée angevine, issue des Valois, avec Louis d’Anjou (1382-1384) et ses successeurs, Louis II (1384-1417), Louis III (1417-1434), René (1434-1480) et Charles III (1480-1481). Après celui-ci, les deux comtés provençaux intègrent la couronne de France.

Jean-Luc Bonnaud, Thierry Pécout

Carte Provence

Cartes :

  • Le domaine royal 1330
  • Les circonscriptions administratives de la Provence vers 1400
  • Terres neuves de Provence 1388

Cartes élaborées à partir de : É. Baratier, G. Duby, E. Hildesheim dir., Atlas Historique : Provence, Comtat Venaissin, Principauté d'Orange, Comté de Nice, Paris, 1969


 

Domaine_comtal_1330
 Les_circonscriptions_provence_1400
TerresNeuves_provence_1388
Biblio Provence

La numérisation et l'éditorialisation de certains ouvrages et de la revue Provence historique accessibles en ligne ci-dessous a été effectuée grâce à un partenariat avec la Médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (Cité numérique de la Méditerranée, Service ressources numériques, MMSH-USR 3125).
 
On trouvera dans l’ouvrage suivant une bibliographie très complète pour les travaux antérieurs à 1970:
 

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Anjou et Maine

                    Anjou et Maine

L’Anjou et le Maine sont deux provinces de l’Ouest du royaume de France, aux marches de la Bretagne. L’Anjou est devenu progressivement une principauté autonome entre le IXe et le début du Xe siècle, quand Foulques le Roux s’est proclamé comte. De là, descend la dynastie devenue celle des Plantagenêt, qui contrôlent également le Maine – sans compter la Normandie et l’Aquitaine – et règnent sur l’Angleterre à partir de 1154. Les affrontements entre le roi de France et les Plantagenêt ont été particulièrement intenses à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. En 1202, le roi Philippe Auguste confisque à Jean sans Terre les comtés d’Anjou et du Maine, parmi tous ses fiefs continentaux, et les réunit à la couronne de France, même s’il faut attendre la bataille décisive de La Roche-aux-Moines, non loin d’Angers, le 2 juillet 1214, pour voir ces territoires rattachés effectivement au domaine royal français.

Château d'Angers, cl. Bruno Rousseau conservation départementale
du patrimoine de Maine-et-Loire

L’Anjou et le Maine ont ensuite été concédés plusieurs fois en apanage. Les dispositions testamentaires du roi de France Louis VIII († 1226) prévoient qu’ils soient donnés à sa mort à son fils Jean, mais ce dernier meurt prématurément. À la différence de son père, Louis IX (1226-1270) a confié de son vivant les deux provinces, en mai 1246, à son frère Charles (1232-1285). Quelques mois auparavant, Charles Ier devient comte de Provence et Forcalquier grâce à son mariage avec Béatrice, fille de Raymond Bérenger V et héritière des deux comtés situés en terre d’Empire. Vingt ans plus tard, à la demande de la papauté, Charles se tourne vers l’Italie et conquiert le royaume de Sicile. Il est le fondateur de la première maison apanagée d’Anjou-Provence. Mais dès le règne de son fils Charles II (1285-1309), les deux comtés d’Anjou et Maine sortent des possessions de cette maison. En 1290, le roi de Sicile donne en dot l’Anjou et le Maine à sa fille Marguerite pour son mariage avec Charles de Valois, le frère du roi de France Philippe IV le Bel.

Leur fils, Philippe de Valois, réunit l’Anjou et le Maine à la couronne lors de son accession sur le trône de France en 1328, mais Jean II le Bon (1350-1364) les en sépare à nouveau en 1356 pour les confier en apanage à son second fils Louis, avant d’ériger l’Anjou en duché en 1360. À la suite de son adoption par la reine Jeanne Ire de Naples en 1380, Louis Ier hérite par ailleurs des comtés de Provence et Forcalquier ainsi que du royaume de Sicile, dans lequel il cherche vainement – comme ses successeurs – à s’imposer. Il est le fondateur de la seconde maison apanagée d’Anjou-Provence. La lignée angevine s’éteint avec René d’Anjou qui meurt en juillet 1480 sans héritier mâle, ce qui a pour effet de ramener l’apanage angevin de manière définitive au domaine royal. Au XVe siècle, le Maine a connu une destinée quelque peu différente. En 1437, ce comté est donné à Charles, frère cadet de René d’Anjou, qui le dirige jusqu’à sa disparition en 1472. Son fils Charles du Maine lui succède, avant de mourir sans postérité en 1481, date à laquelle il institue son cousin Louis XI comme héritier du Maine – et de la Provence qui lui avait été transmise par René.

On notera les liens étroits qui ont uni l’Anjou et le Maine à la couronne de France sous les deux maisons apanagées. Ces relations inspirent les choix effectués en termes d’organisation des institutions, celles de l’apanage étant étroitement inspirées des organes de gouvernement de la monarchie française, mais aussi au regard du recrutement du personnel au service de l’État princier, qui repose sur des hommes que l’on retrouve souvent comme serviteurs des rois de France.

Isabelle Mathieu

Carte Anjou et Maine

Carte Anjou : une carte d'anjou et du maine

Biblio Anjou et Maine

Comté puis duché d’Anjou, comté du Maine

  • Anjou, Medieval Art, Architecture and Archaeology, The British Archaeological Association, Conference transaction XXVI, 258 p.
  • Beautemps-Beaupré Ch.-J., « Les juges ordinaires de l’Anjou et du Maine, 1371-1508 », Mémoire de la Société nationale, d’agriculture, sciences et arts d’Angers, 3e série, t. 27, 1885, p. 276-323.
  • Beautemps-Beaupré Ch.-J., Coutumes et institutions de l’Anjou et du Maine antérieures au XVIe siècle. I. Coutumes et styles, 4 vol., Paris, 1877-1883 ; II. Recherches sur les juridictions de l’Anjou et du Maine pendant la période féodale, 4 vol., Paris, 1890-1897.
  • Beautemps-Beaupré Ch.-J., Notice sur les baillis d’Anjou et du Maine à la fin du XIIIe siècle et sur leurs conflits avec l’évêque d’Angers, Orléans, 1885 (24 p.).
  • Bellanger A., Héraldique de l'Anjou médiéval aux XIIIe-XIVe siècles : présentation générale et inventaire, Angers, 2004 (Thèse de doctorat d'histoire, université d'Angers).
  • Bidet L., La famille de Beauvau à la fin du Moyen Âge (v. 1380-v. 1510), mémoire de Maîtrise, Université d’Angers, 1994, résumé dans « La noblesse et les princes d’Anjou : la famille de Beauvau », Coulet N. et Matz J.-M. (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque international d’Angers-Saumur (1998), Rome, École française de Rome, 2000, p. 471-497.
  • Blomme Y., Anjou gothique, Picard, Paris, 1998, 360 p.
  • Bourderious M., « Le testament de Jean Bernard, chancelier d’Anjou, archevêque de Tours », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 31, 1951, p. 233-256.
  • Bouton A., Le Maine. Histoire économique et sociale, t. 1 : Des origines au XIVe siècle ; t. 2 : XIVe, XVe, XVIe siècles, Le Mans, 1962, 2 vol.
  • Carré de Busserolle J., Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire et de l’ancienne province de Touraine, Tours, 1878-1894, 3 vol.
  • Carre G., « Résidences en pierre de la petite et moyenne aristocratie en Anjou-Touraine (XIIe-XIVe siècle) », Vivre dans le donjon au Moyen Âge, Actes du colloque de Vendôme, 12 et 13 mai 2001, Éditions du Cherche-Lune, Vendôme, p. 109-133.
  • Carré G., Litoux E., « La salle dans les manoirs angevins du XIIe à la fin du XVe siècle : permanences et changements », Meirion Jones (dir.), La Demeure Seigneuriale du Monde Plantagenêt, XIe-XVIe siècles : Salles, Chambres et Tours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 327-343.
  • Cauneau J.-M., Philippe D., « Avatars d'une effigie princière. Les portraits de Louis Ier d'Anjou (XIVe-XIXe siècles) », Archives d'Anjou, 9 (2005), p. 5-25.
  • Chaigne-Legouy M, « Comptes féminins, contes du quotidien ? Les activités des duchesses de la seconde Maison d’Anjou à la lumière de leurs finances », Les activités quotidiennes. Questes, bulletin des jeunes chercheurs médiévistes, C. Le Cornec, I. Fabry (dir.), 15, 2008, p. 64-81.
  • Chaigne-Legouy M., Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481), Doctorat d’Histoire, Université de Paris IV-Sorbonne, 2014 (dactylographié).
  • Chaigne-Legouy M., « La seconde Maison d’Anjou et le culte aux saintes Maries et Marthe : essai d’interprétation culturelle et politique des pratiques dévotionnelles princières », Sénéfiance, 59, 2013, Les arts et les lettres en Provence au temps du roi René, C. Connochie-Bourgne, V. Gontero-Lauze (dir.), p. 107-122.
  • Chaigne-Legouy M., « Pays de par deçà, pays de par delà. Les relations entre Angevins et Napolitains sous le regard de Jean le Fèvre, chancelier de la seconde Maison d’Anjou (1380-1388) », Construction et circulation des idées et des pratiques politiques. France-Italie (XIIIe-XVIe siècles), I. Taddei et A. Lemonde (dir.), Rome (Collection de l’EFR, 478), 2013, p. 148-186.
  • Chaigne-Legouy M., « Reine ordinaire, reine extraordinaire. La place de Jeanne de Laval et d’Isabelle de Lorraine dans le gouvernement de René d’Anjou », René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, J.-M. Matz, N.-Y. Tonnerre (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 77-101.
  • Comte F., « L’enceinte d’Angers (XIIIe siècle) et son impact sur l’espace urbain », A. M. Santoro, P. Peduto (dir.), Archeologia dei castelli angioini (XIII-XV sec.), Medioevo Scavato, Actes du colloque tenu à Salerne (Italie) les 10, 11 et 12 novembre 2008, Salerne, 2011, p. 77-89.
  • Comte F., « L’enceinte gallo-romaine d’Angers devenue clôture canoniale : transformations, adaptations et déclassement d’une fortification (XIIIe-XVIe siècles) », In Situ, 16, 2011 ; DOI : 10. 4000/insitu.169
  • Comte F., « Le château et la ville : Angers (XIIIe-XVIe s.) », Revue archéologique du Centre de la France, 48, 2009,
  • Comte F., « Les lieux du pouvoir ducal à Angers au XVe siècle », Matz J.-M ., Tonnerre N.-Y. (dir.), René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 163-194.
  • Comte F., Dennys V., Heulot L., La ménagerie du roi René, Angers, Centre des Monuments nationaux, 2000, 25 p.
  • Congrès Archéologique de France. CXXIIe session : Anjou, Société Française d’Archéologie, Paris, 1964; 691 p.
  • Coville A., La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1941.
  • Cron É., La ville de Saumur du XVe au XVIIe siècle : urbanisme, architecture et société, doctorat d’histoire de l’art, université de Tours, 2005, 4 vol. (dactylographié).
  • Denéchère Y., Matz J.-M. (dir.), Histoire de l’université d’Angers, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, 2012.
  • Duboscq G., « Charles d’Anjou et la possession du comté du Maine (1434-1473) », La Province du Maine, t. 15, 2e série, 1935, p. 8-16.
  • Dugal L.-Ph., « La création de l’université d’Angers et le pouvoir royal (fin XIVe-début XVe siècle) », Memini. Travaux et documents : Société des études médiévales du Québec, 5, 2001, p. 79-99.
  • Durandière R., « L'enceinte urbaine de Montreuil-Bellay à la fin du Moyen Âge : premières hypothèses », Archives d'Anjou, 9, 2005, p. 26-60.
  • Duris A.-S., Les étudiants en droit de l’université d’Angers à la fin du Moyen Âge (v. 1360-v. 1494), Mémoire de DEA d’histoire, Université d’Angers, 2001 (dactylographié), résumé dans « Profil sociologique des étudiants en droit de l’université d’Angers en 1378 », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 112, 2005, p. 65-84.
  • Espinay G. d’, « La sénéchaussée d’Anjou », Mémoires de la Société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, 4e série, t. 6, 1892, p. 33-118.
  • Espinay G. d’, « Institutions judiciaires de l’Anjou et du Maine. Compte rendu de l’œuvre de Ch.-J. Beautemps-Baupré », Mémoires de la Société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, 4e série, t. 11, 1897, p. 1-86.
  • Espinay G. d’, Les Cartulaires angevins. Étude sur le droit de l’Anjou au Moyen Âge, Angers, 1864.
  • Galffy L., Angers au XIIIe siècle. Développement urbain, structures économiques et sociales, Maulévrier, 2013, 356 p.
  • Gaugain L., « Trèves (Maine-et-Loire), une tour résidentielle du XVe siècle », Salamagne A. (dir.), Le palais et son décor au temps de Jean de Berry, Tours, Presses universitaires François-Rabelais de Tours, 2010, p. 155-167.
  • Gautier M.-É., Avril F., Splendeur de l'enluminure, le roi René et les livres, catalogue de l'exposition présentée au château d'Angers, 3 octobre 2009-3 janvier 2010, Arles, Actes Sud, 2009, 415 p.
  • Godard-Faultrier V., « Le château d'Angers au temps du roi René. Les manoirs de ce prince à Chanzé, La Ménitré et Reculée, d'après quatre inventaires inédits, provenant des Archives de l'Empire », Mémoires de la Société impériale d'agriculture, sciences et arts d'Angers, nouvelle période, t. 9, 1866, p. 1-109.
  • Gontard de Launay L., Les avocats d’Angers, 1250-1789, Angers, 1888.
  • Gontard de Launay L., Recherches généalogiques et historiques sur les familles des maires d’Angers, Angers, 1893-1899, 5 vol.
  • Guéry A., « L’Anjou à travers les âges », Siraudeau, Angers, 1947, 350 p.
  • Hunot J.-Y., Litoux E., Prigent D., « Un chantier de construction du XVe siècle : le château de Montsoreau (Maine-et-Loire). La progression des travaux à partir de l'étude des maçonneries », F. Blary, J.-P. Gély, J. Lorenz (dir.), Pierres du patrimoine européen. Économie de la pierre de l'Antiquité à la fin des temps modernes, Actes du colloque international tenu du 18 au 21 octobre 2005 à Château-Thierry, éditions du CTHS, Paris, 2008, p. 195-206.
  • Juhel É., Le Culte des saints à la Baumette à la fin du Moyen Âge. Angers : Société des Études Angevines, 2011, 215 p.
  • Landais H., « La construction d’une grande demeure à la fin du Moyen Âge. Le château de Saumur résidence des ducs d’Anjou au XIVe et XVe siècle. Essai de mise au point », La noblesse dans les territoires angevins, Actes du colloque international organisé par l’Université d’Angers, Angers-Saumur, 3-6 juin 1998, Collection de l’École française de Rome, 275, p. 189-203.
  • Landais H., Étude sur la géographie, l'histoire et l'administration de l'Anjou au XIIIe siècle, thèse de l'École nationale des chartes, 1946, 287 p. (dactylographié).
  • Le Mené M., « La Chambre des comptes d’Anjou et les libéralités princières », Contamine Ph. et Mattéoni O. (éd.), La France des principautés. Les Chambres des comptes aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1996, p. 43-54.
  • Le Mené M., Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-1530) : étude économique, Nantes, Cid éd., 1982, 534 p.
  • Le Mené M., Villes et campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Nantes, Ouest-Éditions, 2001, 329 p.
  • Leduc-Gueye Ch., Rousseau B., D'intimité, d'éternité. La peinture monumentale en Anjou au temps du roi René, s. l., Éditions Lieux Dits, 192 p.
  • Lens L. de, L’université d’Angers du XVe siècle à la Révolution française, t. 1 : La faculté des droits, Angers, 1880 (recueil d’articles).
  • Letellier D., Biguet O., « Angers. Une charpente du XIIIe siècle, ornée d’un décor peint héraldique, l’aile de paléontologie du Museum, place Louis Imbach », Bulletin monumental, 2009, t. 167-IV, p. 363-368.
  • Letellier D., Biguet O., « Le logis Barrault à Angers, résidence d’un riche financier sous Charles VIII », Archives d’Anjou 8, spécial Musée, 2004, p. 231-267.
  • Limousin É., « Charles d'Anjou (1226-1285) vu par les historiens byzantins : encore le mauvais rôle ! », Archives d'Anjou, 11 (2007), p. 35-47.
  • Litoux E., « La portée politique de la reconstruction du château de Saumur à la fin du XIVe siècle », A. M. Santoro, P. Peduto (dir.), Archeologia dei castelli angioini (XIII-XV sec.), Medioevo Scavato, actes du colloque tenu à Salerne (Italie) les 10, 11 et 12 novembre 2008, 2011, p. 61-69.
  • Litoux E., « La structuration des programmes résidentiels dans les châteaux et les manoirs angevins du roi René entre 1434 et 1480 ; nouvelles données, nouvelles hypothèses », Meirion Jones (dir.), La Demeure Seigneuriale du Monde Plantagenêt, XIe-XVIe siècles : Salles, Chambres et Tours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 315-326.
  • Litoux E., « Le château de Saumur et son portrait dans les Très Riches Heures du duc de Berry », Le château et l'art, à la croisée des sources, t. 1, Mehun-sur-Yèvre, éd. Groupe Historique et Archéologique de la région de Mehun-sur-Yèvre, 2011, p. 53-83.
  • Litoux E., Cron É. (dir.), Le château et la citadelle de Saumur, architectures du pouvoir, supplément au Bullletin Monumental, Paris, Société Française d'Archéologie, 2010, 227 p.
  • Litoux E., Cussonneau C. et al., Entre ville et campagne. Demeures du roi René en Anjou, Images du patrimoine, Nantes. Éditions 303, art, recherches, créations, juin 2009, 72 p.
  • Litoux E., Prigent D., Hunot J.-Y., « Le château de Montsoreau », Congrès Archéologique de la France-Touraine, Société française d'archéologie, Paris, 1997 (2003), p. 255-280.
  • Mallet J., « Les châteaux d'Angers et de Saumur sous Louis Ier d'Anjou », Salamagne A. (dir.), Le palais et son décor au temps de Jean de Berry, Tours, Presses universitaires François-Rabelais de Tours, 2010, p. 139-153.
  • Mallet J., Angers, le château, Nantes, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, coll. « Images du patrimoine », 1991, 48 p.
  • Mathieu I., « Des hommes au service des princes. Les grands officiers en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge », Rao R. (dir.), Les grands officiers dans les territoires angevins. I grandi ufficiali nei territori angioini. Actes du colloque international de Bergame (2013), Rome, 2016, p.
  • Mathieu I., Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge : institutions, acteurs et pratiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.
  • Mathieu I., « Justice royale, justice ducale et justices seigneuriales en Anjou au XVe s. », Matz J.-M. et Tonnerre N.-Y. (dir.), René d’Anjou (1409-1480) : Pouvoirs et gouvernement. Actes du colloque international d’Angers (2009), Rennes, 2011, p. 121-133.
  • Matz J.-M., « Jean Michel, évêque d’Angers (1439-† 1447) : un ‘saint’ évêque réformateur ? », Crises et réformes dans l’Église, de la Réforme grégorienne à la préréforme. Actes du colloque d’Avignon (1990), Paris, 1991, p. 335-356.
  • Matz J.-M., « La noblesse angevine et l’Église au temps de la seconde maison d’Anjou (v. 1356-v. 1480) », Coulet N. et Matz J.-M. (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque d’Angers (1998), Rome, École française de Rome, 2000, p. 619-637.
  • Matz J.-M., « La culture d’un groupe clérical : les chanoines de la cathédrale d’Angers (milieu XIVe-début XVIe siècle) », Revue d’Histoire de l’Église de France, 88, 2002, p. 21-40.
  • Matz J.-M., « Les miracles de l’évêque d’Angers Jean Michel (1447-1545) », Heinzelmann M., Herbers K., Bauer D. R. (dir.), Mirakel im Mittelalter. Konzeptionen, Erscheinungsformen, Deutungen, Stuttgart, 2002 (Beiträge zur Hagiographie, 3), p. 377-398.
  • Matz J.-M., « La bibliothèque du chapitre cathédral d’Angers d’après l’inventaire de 1472 », Cevins M.-M. de et Matz J.-M. (dir.), Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins (milieu du XIIIe-fin du XVe siècle), Rome, École française de Rome, 2005, p. 185-220.
  • Matz J.-M., « Le chapitre et les chanoines de Saint-Martin d’Angers à la fin du Moyen Âge », Saint Martin et l’Anjou, numéro spécial des Archives d’Anjou. Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, 10, 2006, p. 22-41.
  • Matz J.-M., « La culture juridique des hommes d’Église en Anjou et dans le Maine (XIVe-début XVIe siècle) », Belvedere Meridionale. History and Social sciences, 27, 2015, p. 7-21.
  • Matz J.-M., « Le fonctionnement financier de la chancellerie des ducs d’Anjou-Provence d’après le Journal de Jean Le Fèvre (1381-1388) », Morelli S. (dir.), Periferie finanziarie angioine. Atti del convegno internazionale, Napoli-Capua (2014), Rome, École française de Rome, à paraître.
  • Matz J.-M., « Le chapitre cathédral d’Angers et le service du prince. Formation intellectuelle et pratiques culturelles des chanoines officiers des ducs d’Anjou (milieu XIVe-fin XVe siècle) », Mathieu I. et Matz J.-M. (dir.), Parcours universitaires et formations intellectuelles des officiers angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle). Actes du colloque d’Angers (2015), Rome, École française de Rome, à paraître.
  • Matz J.-M., « La chancellerie d’Anjou-Provence d'après le Journal de Jean Le Fèvre (1381-1388) », Guyotjeanin O. et Mattéoni O. (dir.), Les pratiques documentaires d’un fils de roi de France : Jean de Berry et l’écrit. Actes du colloque de Bourges (2016), Paris, à paraître.
  • Matz J.-M., « Les chanoines d’Angers au temps du Roi René (1434-1480) : serviteurs de l’État ducal et de l’État royal », Les serviteurs de l’État au Moyen Âge. Actes du 29e congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Pau (1998), Paris, 1999, p. 105-116.
  • Matz J.-M., « Les conflits de justice temporelle de l’évêque d’Angers : du comte au roi (fin XIIIe-milieu XIVe s.) », Boyer J.-P., Mailloux A., Verdon L. (dir.), La justice civile dans les territoires angevins. Théories et pratiques. Actes du colloque international d’Aix-en-Provence (2002), Rome, École française de Rome, 2005, p. 325-341.
  • Matz J.-M., « Un grand officier des princes angevins : le chancelier Jean Le Fèvre d’après son Journal (1381-1388) », Provence Historique, 64, 2014, Hommage à Jean-Paul Boyer, p. 313-325
  • Matz J.-M., Comte Fr., Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. Diocèse d’Angers, Turnhout, 2003 (Fasti Ecclesiae Gallicanae, 7).
  • Matz J.-M., Tonnerre N.-Y., Histoire de l’Anjou, L’Anjou des Princes, Paris, Editions Picard, 2017.
  • Matz J.-M., Tonnerre N.-Y., René d'Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 400 p. (CollectionHistoire).
  • Mérindol Ch. de, Le Roi René et la seconde maison d'Anjou, emblématique, art, histoire, Paris, Le Léopard d'Or, 1987, 488 p.
  • Mesqui J., avec la collaboration de J. Brodeur, P. Chevet, et les contributions de L. Heulot, C. Leroi, E. Litoux et F. Muel, Le château d’Angers, Éditions du Patrimoine, coll. Itinéraires, Centre des monuments nationaux, Paris, 2015, 64 p.
  • Mirot L., « Les rapports financiers de Grégoire XI et du duc d’Anjou », Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome, 17, 1897, p. 113-144.
  • Moreno J., Les officiers de la Chambre des comptes d’Angers (1397-1424). Étude prosopographique d’après le premier « Journal » de l’institution, mémoire de Master 2, Université d’Angers, 2015, résumé (sous le même titre), Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 123, 2016, p. 55-84.
  • Pelloquet Th., Litoux E., Cussonneau Ch., Entre ville et campagne. Demeures du roi René en Anjou, s. l., Éditions 303, 2009, 72 p. (Images du patrimoine).
  • Pesche J.-R., Dictionnaire historique, topographique, biographique de la Sarthe, 6 tomes, Le Mans, 1829-1842, rééd. Paris, 1974.
  • Piponnier F., Costume et vie sociale. La cour d'Anjou, XIVe-XVe siècle, Paris-La Haye 1970, 429 p.
  • Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1ère éd., Angers-Paris, 1874-1878, 3 vol. ; 2e éd., Angers, 1965-1996, 4 vol.
  • Pré M., « Les peintures murales des manoirs angevins du XVe siècle. Les origines, les artistes », Mémoires de l’académie des sciences, Belles-Lettres et Arts d’Angers, Angers, 1967, p. 47-58.
  • Prigent D., Tonnerre N.-Y. (dir.), La construction en Anjou au Moyen Âge, Actes de la table ronde d'Angers des 29 et 30 mars 1996, Presses de l'Université d'Angers, Angers, p. 101-112.
  • Rangeard P., Histoire de l’université d’Angers (XIe-XVe siècle), Lemarchand A. (éd.), Angers, 1868-1877, 2 vol.
  • Reynaud M.-R., « Le service féodal en Anjou et Maine à la fin du Moyen Âge », Cahiers d’histoire, 24, 1979, p. 115-159.
  • Robin F., La Cour d'Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne de René, Paris, Picard, 1985, 280 p.
  • Robin F., « Les chantiers des princes angevins (1370-1480) : direction, maîtrise d’oeuvre et main d’oeuvre », « Bulletin Monumental », 1983, 141-I, p. 21-65.
  • Sauvestre S., « Le chantier du château de Saumur au XIVe siècle, d’après les comptes de Macé Darne », Archives d’Anjou, 5, p. 19-33.
  • Tabbagh V., « Formation et activités intellectuelles des évêques d’Anjou, du Maine et de Provence à la fin du Moyen Âge », M.-M. de Cévins et J.-M. Matz dir., Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins (milieu du XIIIe - fin du XVe siècle), colloque d’Angers, 15-16 novembre 2002, Paris, 2005, p. 117-137.
  • Tonnerre N.-Y., É. Verry (dir.), Les princes angevins du XIIIe au XVe s. Un destin européen, Rennes, 2003.
  • Vacquet É. (dir.), Saint Louis et l’Anjou. Catalogue de l’exposition d’Angers (2014), Rennes, 2014.
  • Verry É., « Charles de Valois et les seigneurs d’Anjou (1290-1325) », Coulet N. et Matz J.-M. (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque international d’Angers-Saumur (1998), Rome, École française de Rome, 2000, p. 15-37.
  • Verry É., « Charles Ier d’Anjou, un prince européen au temps de saint Louis », Archives d’Anjou, 1 (1997), p. 5-14.
  • Viard J., « Gages des officiers royaux, vers 1329 », Bibliothèque de l’École des chartes, 51, 1890, p. 238-267.
  • Whiteley Mary, "The Château of the Dukes of Anjou at Saumur, 1360-1480", Anjou Medieval Art, Architecture and Archaeology, Éd. McNeill J. et Prigent D., The British Archaeological Association. Maney publishing. Conference transactions XXVI, General Editor Sarah Brown, p. 247-258.

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Italie communale

                    Italie communale

L’Italie communale puise à une tradition politique composite : il s’agit en fait du territoire correspondant au Regnum Italiæ entré à l’époque ottonienne dans l’orbite de l’empire germanique. L’indépendance des pouvoirs urbains s’y développa à la fin du XIe siècle, en confiant à des magistrats propres l’exercice autonome des regalia. En dépit des tentatives des Hohenstaufen, de Frédéric Ier à Frédéric II, la restauration des prérogatives impériales sur les communes échoua. Entre la fin du XIe et la première moitié du XIIIe siècle, celles-ci consolidèrent leur souveraineté de plus en plus nettement, y compris sur le plan idéologique. Au sein de ce cadre ainsi fragmenté, les Angevins s’introduisirent dès 1259 dans les régions cisalpines, quand Charles Ier, alors seulement comte de Provence et de Forcalquier, reçut la soumission de Cuneo puis, en quelques années, celle des communes limitrophes (Alba, Cherasco, Savigliano et Mondovì). Pareille expansion résulte sans doute d’une affirmation des intérêts comtaux pour le contrôle des itinéraires commerciaux unissant Provence et Italie du Nord, notamment au regard du monopole du sel. Une expansion angevine dans le monde communal plus massive encore coïncida avec l’expédition de conquête du royaume de Sicile, à partir des années 1265-1266, avec la soumission de certains centres toscans opérée jusqu’en 1279-1280 (Firenze, Prato, Pistoia, Lucca, Siena, San Gimignano, entre autres), le contrôle sur Rome et l’exercice d’une influence sur plusieurs zones des territoires pontificaux. Enfin, dans les années 1279-1281, la reddition de nombreuses cités piémontaises et lombardes (Brescia, Alessandria, Piacenza, Cremona, Torino, Ivrea, Chieri, Casale Monferrato) accrut les conquêtes de Charles d’Anjou.

San Gimignano, Museo civico, Sala di Dante, mur est, Azzo di Masetto (attr.), 
Atto di fedeltà del comune di San Gimignano a un re angioino,
fresque (dét.), ca. 1290,  cl. Pierluigi Terenzi

La seigneurie angevine sur le monde communal s’éclipsa dans le dernier quart du XIIIe siècle, pour reprendre avec une nouvelle vigueur durant le XIVe siècle, lorsque, notamment sous Robert, de nouvelles cités entrèrent dans la galaxie napolitaine : Genova, Asti, Pavia, Vercelli, Parma, Ferrara. Le roi exerça aussi une seigneurie intermittente sur quelques cités toscanes (Firenze, Lucca, Pistoia, Prato), attribuée pour certaines en 1326-1328 à son fils Charles, duc de Calabre (Firenze, Siena, Prato, San Miniato, Colle Valdelsa). Robert fut aussi nommé sénateur de Rome et comte de Romagne par le pape. La seigneurie de Robert engendra davantage une ligue de villes qui se superposa à la ligue guelfe, qu’une véritable domination territoriale. Pourtant, les efforts d’uniformisation et de création d’une architecture de gouvernement homogène ne manquèrent pas.

Dans cet ensemble complexe, on peut isoler quatre aires principales, correspondant à la mise en place de différentes structures de gouvernement du territoire de la part des Anjou.

  1. En premier lieu, l’aire piémontaise et lombarde, gouvernée par un sénéchal ; sa titulature est variable, mais on peut repérer celles de senescallus in partibus Lombardie sous Charles d’Anjou et de senescallus comitatus Pedemontis et in partibus Lombardie sous Charles II et Robert. Les limites de cette zone sont variables et, du reste, ne donnèrent pas lieu à une domination compacte : l’aire était globalement comprise entre Alpes à l’ouest, Brescia à l’est et les cités émiliennes au sud (Piacenza, Parma et Modena).
  2. Gênes était gouvernée par un capitaine, qui ne dépendait pas du sénéchal de Lombardie. La cité fut angevine entre 1319 et 1335.
  3. En Toscane, Charles Ier institua un generalis vicarius, avec pouvoirs judiciaires, militaires et de collecte des subsides des villes pour l’armée guelfe (taille). Toutefois, même dans cette région, la domination angevine ne fut pas compacte, excluant les centres qui refusèrent de se soumettre ou le firent de manière éphémère (Pise). Sous Robert, la coordination centrale de la Toscane disparut, le roi exerçant seul un ensemble de seigneuries citadines ; il fut également capitaine de la ligue guelfe, reconnu même par les cités qui refusèrent la soumission à sa seigneurie.
  4. Les territoires pontificaux n’eurent pas d’officier central angevin. Charles Ier et Robert furent sénateurs de Rome et nommèrent des viguiers de la Ville, tandis que fut plus limitée leur capacité à nommer des recteurs des provinces de Campagna et Maritima, Patrimoine de Saint Pierre, duché de Spoleto et Marche d’Ancona. La Romagne fait exception, qui fut contrôlée par Robert à compter de 1310. En outre, entre 1404 et 1414 les Angevins reprirent sporadiquement le contrôle de certaines régions des territoires de l’Église, du fait de l’expansion militaire opérée par Ladislas.

Au regard du gouvernement local de la ville, il faut préciser que la nomination des officiers était objet d’un accord contractuel avec la communauté. On trouve des villes où le souverain pouvait  proposer des listes de candidats podestats, parmi lesquels la communauté pouvait choisir l’officier. Dans quelques villes, le roi angevin et ses grands officiers préposés au gouvernement de la région nommaient directement viguiers et podestats. De nombreux officiers urbains demeurèrent à l’écart des prérogatives de nomination angevines.

Dans la base de données EUROPANGE, l’Italie communale est représentée par quatre espaces politiques, correspondante aux aires suivantes : Piémont et Lombardie, Gênes, Toscane, Territoires pontificaux (Italie). Dans la base sont recensés les officiers urbains nommés et confirmés par le souverain ou ses grands officiers : en premier lieu, les viguiers et podestats et leurs juges et notaires, entre autres. Toutefois, nous avons éliminé tous les officiers dont la nomination par les Angevins n’a pu être prouvée ou déduite. Les sources n’indiquent pas toujours assurément si un officier est angevin stricto sensu, nous avons donc quelquefois été conduits à pratiquer des choix subjectifs, sur la base d’une validation des informations disponibles sur la ville, la charge et l’officier en question.

 

Riccardo Rao, Pierluigi Terenzi

Carte Italie communale
Biblio Italie communale

Territoires pontificaux

 

Italie communale

Contenu espace

Contenu espace

Présentation R. Sicile

                    Le royaume de Sicile

Le royaume de Sicile fut fondé par les Normands, en 1130. Englobant le Mezzogiorno, il s’étendait de l’île de Sicile jusqu’à la Campanie et aux Abruzzes. Limitrophe du dominium de l’Église romaine, dont il était un fief, il échut par héritage aux Hohenstaufen. En conséquence, après la mort de Frédéric II (1250), la papauté visa à séparer la couronne impériale du titre de roi de Sicile. Elle décida de substituer les Angevins à la dynastie Souabe. Dix ans après de premières approches, fut choisi Charles d’Anjou, frère du roi de France Louis IX et comte de Provence du chef de son épouse Béatrice. Élu sénateur par les Romains en août 1263, Charles fut couronné roi de Sicile le 6 janvier 1266. Il descendit vers le Royaume avec des chevaliers provençaux et français. Il terrassa les Souabes en deux batailles : le 26 février 1266 à Benevento, et le 23 août 1268 à Tagliacozzo.

Naples, Santa Chiara, cl. Th. Pécout

L’histoire du royaume angevin de Sicile peut se diviser en deux périodes : celle des premiers souverains, avec Charles Ier, Charles II, Robert et Jeanne Ire (1266-1382), puis celle des Anjou-Duras (1382-1435), savoir Charles III, Ladislas et enfin Jeanne II. À la mort de cette dernière, son héritage se trouva disputé entre les Anjou-Valois et les Aragonais. Elle avait successivement désigné, pour lui succéder, Alphonse V d’Aragon (1421) et Louis III d’Anjou-Valois (1423), dont le frère René reprit les droits (1434). En 1442, Alphonse V entrait dans Naples. Il l’emportait définitivement sur René.

Sous Charles Ier, le Royaume devint le centre d’un réseau familial, qui aboutit à constituer un vaste ensemble territorial. Trois éléments favorisaient l’essor de la domination angevine sur l’Occident et même sur l’Orient : la politique matrimoniale, les stratégies diplomatiques et la puissance militaire. Le roi décidait des mariages de ses enfants : son héritier, futur Charles II, avec Marie de Hongrie ; Isabelle avec Ladislas, fils de Bela IV de Hongrie ; Philippe avec Isabelle de Villehardouin, héritière de la principauté d’Achaïe. Ses officiers stipulèrent accords et pactes de soumission avec les villes de l’Italie du Nord et du Centre. Le roi envoya sur place ses représentants, en qualité de vicaires et de podestats. De nombreuses campagnes militaires conduisirent Charles Ier jusqu’à la conquête de l’Albanie et à la croisade de Tunis. Il coiffa même la couronne de roi de Jérusalem, occupant Acre.

Les domaines de Charles, et spécialement le Royaume, entrèrent dans une terrible crise avec les Vêpres siciliennes, c’est-à-dire la révolte initiée à Palerme le 30 mars 1282. Suivit une implacable guerre contre les Siciliens insulaires et Pierre d’Aragon, venu à leur secours. Le choix de Naples comme capitale, au détriment de Palerme, les ambitions de Pierre d’Aragon et des marchands catalans sur la Méditerranée, les difficultés à surveiller les officiers furent des conséquences particulièrement évidentes de l’un des événements parmi les plus tragiques de l’histoire du royaume de Sicile.

Charles d’Anjou s’éteignit à Foggia le 7 janvier 1285. Il laissait le Royaume menacé par de puissants ennemis qui arrivaient aux portes de Salerno. Ce ne fut que quatre ans plus tard que son fils Charles II, longtemps retenu captif par les Aragonais, se trouva couronné roi de Sicile par le pape (29 mai 1289). Entre 1285 et 1289, le Royaume fut administré par Robert d’Artois et par le légat de l’Église romaine, Gerardo di Parma. La papauté fut aussi l’une des instigatrices de la paix avec la Sicile insulaire, qui se conclut le 31 août 1302 à Caltabellotta. En dépit de cet accord, la guerre continua presque jusqu’à la fin du siècle. La reine Jeanne Ire ne renonça définitivement à l’île qu’en 1378.

Quant à l’organisation du Royaume sous les premiers souverains angevins, il vaut de rappeler ces quelques points : le choix de Naples comme capitale ; l’installation d’une féodalité provençale ; le respect des structures administratives souabes avec, pourtant, l’introduction de pratiques de gouvernement venues des Capétiens ; les relations avec les marchands étrangers et les oligarchies des plus puissantes villes de l’Italie du Nord et de Toscane ; l’essor d’un fonctionnariat régnicole formé dans le Studium napolitain.

Tous ces facteurs se retrouvaient sous les successeurs de Charles Ier. De plus, en quelques décennies, la cour de Naples s’affirma comme l’un des centres artistiques et littéraires les plus actifs de l’Occident. La capitale grandit sur les plans démographique et politique. Son port, rénové, devint une escale privilégiée sur les routes de la Méditerranée. En conséquence, il y eut aussi un vigoureux développement social et culturel. Il produisit des officiers et des groupes de juristes qui se dédièrent à la réflexion sur les Constitutions du Royaume. Ils furent utilisés dans tous les territoires angevins. Charles II et surtout Robert, servirent de bras armé à la papauté, poursuivant la construction d’une Italie guelfe contre les ambitions des gibelins et des empereurs Henri VII et Louis de Bavière.

Nef de Santa Chiara, Naples, cl. A. Santoro

Avec Jeanne Ire, en dépit de prétentions à la continuité, une nouvelle phase s’ouvrit dans l’histoire de l’Italie du Sud. Après le meurtre en 1345 d’André de Hongrie, époux de la reine, le Royaume supporta l’invasion des Hongrois. Il fut ravagé par la guerre civile entre les deux branches de la famille que représentaient les Anjou et les Anjou-Duras. Les protagonistes de cette période furent, en particulier, le patriciat de la ville de Naples, la féodalité régnicole, tels les Sanseverino et les Marzano, et les grands capitaines des compagnies d’aventure.

Malgré les difficultés financières et militaires, la reine demeura en contact étroit avec la ville de Marseille et la Provence. Elle y envoya nombre de juristes et d’officiers napolitains et régnicoles. Afin de consolider son autorité, elle adopta Louis Ier d’Anjou-Valois, frère du roi de France Charles V, en qualité de fils et de successeur. Entre 1381 et 1382, Jeanne fut vaincue, emprisonnée et assassinée par son cousin Charles de Duras, fils de Louis de Duras, troisième duc de sa maison. Il fut couronné roi de Sicile, comme Charles III, par le pape romain Urbain VI, mais il décéda peu après, en 1386, à Buda. Il y était allé revendiquer le trône de Hongrie. Sa femme, Marguerite, tutrice et régente de leur fils Ladislas qui avait dix ans, gouverna avec la plus grande détermination. Elle lutta contre le fils de Louis Ier d’Anjou-Valois, Louis II, qui prétendait à la couronne du royaume de Sicile. Les Anjou-Valois et les Anjou-Duras se disputèrent le pouvoir jusqu’à l’intervention du pape Boniface IX. Ce dernier favorisa l’entreprise de Ladislas et lui donna la couronne de Sicile. En 1403, Ladislas fut aussi couronné roi de Hongrie. Pendant son règne en Italie du Sud, il essaya de réduire la puissance de la féodalité. Dans cette perspective, il épousa Marie d’Enghien, veuve de Raimondello Orsini, prince de Tarente, pour l’attirer à Naples. Mais la nouvelle reine y fut emprisonnée avec ses fils. Les Sanseverino furent punis aussi durement.

Le début du nouveau siècle vit encore l’Italie du Sud au cœur de l’échiquier géopolitique de l’Occident médiéval. Toutefois, les perspectives changeaient. Ladislas envisageait de créer un royaume d’Italie et d’étendre son pouvoir sur les terres limitrophes de la papauté. Il s’attacha Rome et Pérouse, et il réussit à dilater sa domination jusqu’à Talamone, sur la mer tyrrhénienne. Le pape, qui l’excommunia, la ligue des villes italiennes et le retour de Louis II d’Anjou-Valois, arrêtèrent Ladislas pour quelque temps. Mais il reprit ses projets, après que Louis II eut renoncé à ses propres ambitions sur le Mezzogiorno. Il se préparait à attaquer Florence, lorsqu'il tomba malade et fut obligé de retourner à Naples, où il s'éteignit le 6 août 1414 au Château de l'Œuf. Sa sœur, Jeanne II, lui succéda.

Elle conserva sa couronne, malgré les aléas de son règne. Sa disparition en 1435 marquait donc celle des premiers Capétiens de Sicile par extinction naturelle. Comment mieux dire que cette famille, d’abord étrangère, s’était profondément enracinée dans le Mezzogiorno ?

Serena Morelli

Carte R. Sicile

Le royaume de Sicile : Mario Cartaro, Nicolò Antonio Stigliola, Il Regno di Napoli (1613), Biblioteca Nazionale di Napoli, Ms. XII D 100. cl. A. Santoro.

Royaume de Sicile, Stigliolia, Cartaro
Biblio R. Sicile

  • Abulafia D., « The state of research. Charles of Anjou reassessed », Journal of Medieval History, 26, 2000, p. 93-114.
  • Aceto Fr., « Una proposta per Tino di Camaino a Cava dei Tirreni », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 275-294.
  • Alaggio R. (éd.), Le pergamene dell’Università di Taranto (1312-1652), Galatina 2004 (Fonti medievali e moderne, 8).
  • Alaggio R., « La città del principe. Vita cittadina e prerogative feudali in età angioino-aragonese », Il re cominciò a conoscere che il principe era un altro re Il Principato di Taranto e il contesto medieterraneo (secc. XII-XV), G. T. Colesanti (dir), Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo 2014 (Fonti e Studi per gli Orsini di Taranto, Studi, 2), p. 251-286.
  • Alaggio R., « L’“Incompiuta” di Brindisi. Tra burocrazia angioina e appalto protocapitalistico », Puer Apuliae, mélanges offerts à Jean-Marie Martin, C. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot, V. Prigent (dir), Paris 2008, p. 11-26.
  • Alaggio R., « Il ruolo dei principi di Taranto nelle vicende del Regno di Napoli. Il re cominciò a conoscere che il principe era un altro re », Dal Giglio all’Orso. I principi d’Angiò e Orsini del Balzo nel Salento, A. Cassiano, B. Vetere (dir), Galatina, 2006, p. 116-133.
  • Alaggio R., Martin J.-M. (dir), Quei maleditti Normanni. Studi offerti a Errico Cuozzo per i suoi settant’anni da colleghi, allievi, amici, 2, Naples, 2016.
  • Altamura A., La letteratura dell'età angioina: tradizione medievale e premesse umanistiche (storia e testi inediti), Napoli, 1952.
  • Antonetti A., « Su Bartolomeo, vescovo di Lucera: alcune riflessioni per una ricostruzione storica », La Capitanata, 29, 2013, p. 101-108.
  • Antonetti A., « Le elezioni episcopali e i vescovi della rinascita troiana (1266-1284) », Carte di Puglia, 30, 2013, p. 31-42.
  • Antonetti A., « I vescovi di Lucera del XIII secolo: note per una cronotassi scientifica », Archivio storico pugliese, 68, 2016, p. 51-79.
  • Antonetti A., « Due vescovi della Capitanata angioina. Qualche spunto per un approccio prosopografico », Itinerari di ricerca storica, 30, 2016, 1, p. 119-128.
  • Antonetti A., « Regalità e simbologia del drago. Il giudizio di Salimbene da Parma su Carlo I d’Angiò », Schola salernitana, 21, 2016, p. 51-66.
  • Asperti S., Carlo I d'Angiò e i trovatori : componenti "provenzali" e angioine nella tradizione manoscritta della lirica trobadorica, Ravenna, 1995.
  • Barbero A., « Il mito angioino nella cultura italiana e provenzale fra Duecento e Trecento », Deputazione subalpina di storia patria, Biblioteca storica subalpina, CCI, Turin, 1983 (paru d’abord dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, LXXIX, 1981), p. 107-220.
  • Barbero A., « La propaganda di Roberto d’Angiò re di Napoli (1309-1343) », Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, Colloque international, Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 201), p. 111-131.
  • Baviera Albanese A., « L’istituzione dell’ufficio di Conservatore del Real Patrimonio e gli organi finanziari del Regno di Sicilia nel sec. XV », Scritti minori, Soveria Mannelli, 1992, p. 2-107.
  • Benati D., Tomei A. (dir), L'Abruzzo in età angioina : arte di frontiera tra Medioevo e Rinascimento : atti del Convegno internazionale di studi, Chieti, Campus universitario, 1-2 aprile 2004, Cinisello Balsamo, Milan, Silvana, 2005.
  • Blume D., « Andalo di Negro und Giovanni Boccaccio: Astrologie und Mythos am Hof des Robert von Anjou », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 319-335.
  • Bologna F., I pittori alla corte angioina di Napoli, 1266-1414 : e un riesame dell' arte nell' età fridericiana, Roma, 1969.
  • Borghese G. L., Carlo I d’Angiò e il Mediterraneo. Politica, diplomazia e commercio internazionale prima dei vespri, Rome, 2009.
  • Boüard M., Les origines des guerres d'Italie, Paris 1936.
  • Boyer J.-P., « Boniface VIII en juge des rois. Une harangue de Barthélemy de Capoue sur la succession de Hongrie », Z. Kordé et I. Petrovics (dir), La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles, Accademia d'Ungheria in Roma, Rome-Szeged, 2010, p. 79-100.
  • Boyer J.-P., « Conclusions. Définir une haute administration au Moyen Âge tardif », I grandi ufficiali nei territori angioini, R. Rao (dir), Rome, 2016.
  • Boyer J.-P., « Diplomatie, droit et prédication. Une réponse du logothète du royaume de Sicile aux ambassadeurs de Gênes », Ph. Jansen (dir), Entre monts et rivages. Les contacts entre la Provence orientale et les régions voisines au Moyen Âge, APDCA, Antibes, 2006, p. 133-159.
  • Boyer J.-P., « Ecce rex tuus. Le roi et le royaume dans les sermons de Robert de Naples », Revue Mabillon, t. 67, 1995, p. 101-136.
  • Boyer J.-P., « Florence et l'idée monarchique. La prédication de Remigio die Girolami sur les Angevins de Naples », J.-A. Cancellieri (dir), La Toscane et les Toscans autour de la Renaissance. Cadres de vie, société, croyances. Mélanges offerts à Ch.-M. de La Roncière, Publications de l'Université de Provence, Aix-en-Provence, 1999, p. 363-376.
  • Boyer J.-P., « I glossatori alle Costituzioni del Regno e l’amministrazione fiscale », S. Morelli (dir), Periferie finanziarie angioine, Convegno internazionale di Napoli-Santa Maria Capua Vetere, 13-14 novembre 2014, École française de Rome, Rome, 2015, sous presse.
  • Boyer J.-P., « L’oraison funèbre d’un maître rational de Naples », A. Jamme (dir), Gens de comptes, entre vices et vertus. Colloque international de Montréal, 3-6 juin 2015, à paraître.
  • Boyer J.-P., « La "foi monarchique" : royaume de Sicile et Provence (mi XIIIe-mi XIVe siècle) », Paolo Cammarosano (dir), Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, École française de Rome, Rome, 1994, p. 85-110.
  • Boyer J.-P., « La justice selon les intellectuels du studium de Naples, fin XIIIe-milieu du XIVe siècle », Boyer J.-P., A. Mailloux et L. Verdon (dir), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles, École française de Rome, Rome, 2005, p. 47-82.
  • Boyer J.-P., « La noblesse dans les sermons des dominicains de Naples (première moitié du XIVe siècle) », Noël Coulet et Jean-Michel Matz (dir), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, École française de Rome, Rome, 2000, p. 567-583.
  • Boyer J.-P., « La prédication de Robert de Sicile (1309-1343) et les communes d’Italie. Le cas de Gênes », Rosa Maria Dessì (dir), Prêcher la paix et discipliner la société. Italie, France, Angleterre (XIIIe-XVe siècle), Brepols, Turnhout, 2005, p. 383-411.
  • Boyer J.-P., « La prévoyance royale : un sermon de Robert de Sicile », R. Bertrand, M. Crivello et J.-M. Guillon (dir), Les historiens et l’avenir. Comment les hommes du passé imaginaient leur futur, Aix-en-Provence, 2014, p. 37-48.
  • Boyer J.-P., « Le fisc d’après les juristes napolitains (fin XIIIe-début XIVe siècle), Le periferie finanziarie, Morelli S. (dir), Rome, sous presse.
  • Boyer J.-P., « Le passé pour la dignité du présent. Il Regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494) », A. Musi et L. Mascilli Migliorini (dir), L'Europa e l'Altra Europa, Guida, Naples, 2011, p. 317-321.
  • Boyer J.-P., « Les Baux et le modèle royal. Une oraison funèbre de Jean Regina de Naples (1334) », Provence historique, t. 45, Marseille, 1995, p. 427-452.
  • Boyer J.-P., « Parler du roi et pour le roi. Deux "sermons" de Barthélemy de Capoue, logothète du royaume de Sicile », Revue des Sciences philosophiques et théologiques, t. 79-2, Province dominicaine de France, Paris, 1995, p. 193-248.
  • Boyer J.-P., « Poderico (Pulderico) Lorenzo », Dizionario biografico degli italiani, 84, Rome, 2015.
  • Boyer J.-P., « Prédication et État napolitain dans la première moitié du XIVe siècle », L'État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, École française de Rome, Rome, 1998, p. 127-157.
  • Boyer J.-P., « Prediche e sentenze a Napoli intorno al 1300. Il modello del logoteta Bartolomeo di Capua », Rassegna storica salernitana, 61, 2014, p. 39-80.
  • Boyer J.-P., « Processions civiques et prédication à Naples, première moitié du XIVe siècle », Boyer J.-P. (dir), Identités angevines. Entre Provence et Naples, colloque international d’Aix-en-Provence en l’honneur de Giuseppe Galasso, 20-22 octobre 2011, Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2016, p. 133-166.
  • Boyer J.-P., « Reges sunt vassali Ecclesie. Le pouvoir temporel selon Thomas d’Aquin », Rives méditerranéennes, t. 19, Aix-en-Provence, 2004, p. 11-25.
  • Boyer J.-P., « Sacre et théocratie », Revue des Sciences philosophiques et théologiques, t. 81-2, Province dominicaine de France, Paris, 1997, p. 561-607.
  • Boyer J.-P., « Sapientis est ordinare. La monarchie de Sicile-Naples et Thomas d’Aquin (de Charles Ier à Robert) », J.-M. Matz (dir), Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins (milieu du XIIIe-fin du XVe siècle), École française de Rome, Rome, 2005, p. 277-312.
  • Boyer J.-P., « Spirituel et temporel dans les sermons napolitains de la première moitié du XIVe siècle », Franco Morezoni (dir), Preaching and Political Society, Brepols, Turnhout, 2013, p. 267-309.
  • Boyer J.-P., « Un grande ufficiale, Giovanni de Haya († 1337), nella predicazione del domenicano Federico Franconi di Napoli », R. Alaggio et J.-M. Martin (dir), Quei maleditti Normanni. Studi offerti a Errico Cuozzo per i suoi settant’anni da colleghi, allievi, amici, 1, Naples, 2016, p. 73-89.
  • Boyer J.-P., « Une oraison funèbre pour le roi Robert de Sicile, comte de Provence († 1343) », Provence historique, t. 49, Marseille, 1999, p. 115-131.
  • Boyer J.-P., « Une théologie du droit. Les sermons juridiques du roi Robert de Naples et de Barthélemy de Capoue », Fr. Autrand, Cl. Gauvard, J.-M. Moeglin (dir), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Publications de la Sorbonne, Paris, 1999, p. 647-659 [repris dans P. Boucheron et O. Mattéoni (dir), Les espaces sociaux de l’Italie urbaine, XIIe-XVe siècles, Paris, 2005, p. 325-339]
  • Boyer J.-P., « Vertus privées et bien public. Reines et princesses selon la prédication "de mortuis" à la cour de Naples (première moitié du XIVe siècle) », Marcel Faure (dir), Reines et princesses au Moyen Âge, Cahiers du CRISIMA, t. 1, Montpellier, 2001, p. 413-435.
  • Boyer J.-P., Le monde angevin. Les rois capétiens de Sicile et leur maison, du XIIIe au XVe siècle, Le Seuil, Paris, à paraître.
  • Boyer J.-P., Les dominicains et la monarchie angevine, les sermons « politiques » de Jean Regina de Naples (c. 1309-c. 1348), mémoire d’Habilitation à diriger les recherches, Université d’Aix-Marseille I, 1997 (dactylographié).
  • Bräm A., « Illuminierte Breviere: zur Rezeption der Anjou-Monumentalkunst in der Buchmalerei », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 295-317.
  • Bresc E., « La noblesse française, la noblesse provençale, les Amalfitains et la Sicile, 1266-1282 », Annales universitaires d’Avignon, 1-2, 1979, p. 5-12.
  • Bresc E., « La mala signoria ou l'hypothèque sicilienne », L'État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Rome, 1998, p. 577-599.
  • Bresc E., Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile 1300-1450, Rome, 1986.
  • Bresc H., « L’héritage frédéricien en Sicile (1250-1350) », Memini, 19-20, 2016, 245-257.
  • Bruzelius C. A., « Charles I, Charles II, and the development of an Angevin style in the Kingdom of Sicily », L'État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Collection de l'École française de Rome 245, Rome, 1995, p. 99-114.
  • Bruzelius C. A., « “Ad modum franciae”: Charles of Anjou and Gothic Architecture in the Kingdom of Sicily », Journal of the Society of Architectural Historians, 50-4, 1991, p. 402-420.
  • Bruzelius C. A., « The Architectural Context of Santa Maria Donna Regina », J. Elliott, C. Warr (dir), The Church of Sta. Maria Donna Regina: Art, Iconography and Patronage in Fourteenth-Century Naples, Burlington (VT), 2004, p. 79-92.
  • Bruzelius C. A., Tronzo W., Medieval Naples. An Architectural & Urban History, 400–1400, New York, 2011.
  • Bruzelius C. A., Gardiner E., Musto R., G. Tronzo W., Medieval Naples. A Documentary History, 400-1400, New York, 2011.
  • Bruzelius C. A., Le pietre di Napoli : l'architettura religiosa nell'Italia angioina, 1266-1343, Rome, 2005 (trad. ital., 1re éd. 2004).
  • Burgarella P., Nozioni di diplomatica siciliana, Palerme, 1978.
  • Cadier L., Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, Paris, 1891 (trad. ital. 1974).
  • Calasso F., La legislazione statutaria nell’Italia meridionale, Bologne, 1929.
  • Camera M., Elucubrazioni storico-diplomatiche su Giovanna Ia regina di Napoli e Carlo III di Durazzo, Salerne, 1889.
  • Cantarella G. M. et al., Svevi, Angioini, Aragonesi alle origini delle due Sicilie, Udine, 2009.
  • Carabellese F., Le relazioni commerciali fra la Puglia e la Repubblica di Venezia dal secolo X al XV, Trani, 1897.
  • Carozzi Cl., « Saba Malaspina et la légitimité de Charles Ier », L'État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome : École française de Rome, 1998, p. 81-97.
  • Casanova O., Il principato di Taranto e gli Angioini : Filippo I, 1280-1332, Taranto, 1908.
  • Catalioto L., « Comunità rurali e centri costieri nella Sicilia Angioina (1266-1274). Un’ambigua evoluzione istituzionale e sociale, tra inquadramento feudale e sviluppo municipale », Incontri Meridionali, 1, 1994, p. 195-212.
  • Catalioto L., « La questione dell’autonomia urbana a Patti tra pretese feudali e signoria vescovile (secoli XII-XV) », Città e vita cittadina nei Paesi dell’area mediteranea : secoli XI-XV, Atti del convegno Internazionale in onore di Salvatore Tramontana, Catania-Palermo-Adrano (18-22 nov. 2003), B. Saitta (dir), Rome, 2006, p. 367-384.
  • Catalioto L., « Les terres, les barons et les villes de Sicile pendant la première ère angevine (1266-1276) », La société rurale et les institutions gouvernementales au Moyen Âge, Actes du Colloque de Montréal (13-15 mai 1993), J. Drendel (dir), Montréal-Ottawa, 1995, p. 13-59.
  • Catalioto L., « Regime feudale, potere signorile e istanze cittadine in Sicilia nei primi anni della dominazione angioina (1266-1276) », Aspetti del Medioevo siciliano, Messina, 1999, p. 83-103.
  • Catalioto L., « Regno di Sicilia e contea di Provenza sotto Carlo I d’Angiò. Innovazione, tradizione e punti di contatto tra le due amministrazioni : gli organi periferici di governo », Incontri Meridionali, 2-3, 1994, p. 7-28 et Ricerche Storiche, 3, XXIV, 1994, p. 531-550.
  • Catalioto L., « La feudalità provenzale in Calabria », Il sistema feudale nella Calabria medievale, Atti del X Congresso Storico Calabrese, Cosenza (9-11 dic. 2004), Deputazione di Storia Patria per la Calabria, Castrovillari, 2009, p. 117-128.
  • Colapietra R., Cultura e società all'Aquila tra Angioini e Spagnoli, Messina, 1993.
  • Catalioto L., Terre, baroni e città in Sicilia nell’età di Carlo I d’Angiò, Messine, 1995.
  • Corrao P., L'ufficio del Maestro Portulano in Sicilia fra angioini e aragonesi, La società mediterranea all'epoca del Vespro (XI Congresso di Storia della Corona d'Aragona), II, Palerme, 1983, p. 419-432.
  • Coulet N., « Autour du registre de chancellerie de Louis III. L’entourage cisalpin de Louis III en Calabre », R. Alaggio, J.-M. Martin (dir), Quei maleditti Normanni. Studi offerti a Errico Cuozzo per i suoi settant’anni da colleghi, allievi, amici, 1, Naples, 2016, p. 249-268.
  • Cuozzo E., Déroche V., Peters-Custot A., Prigent V. (dir), Puer Apuliae, mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, 2008.
  • D'Andrea A., Andreani C., Faranda D., Le monete siciliane dai Normanni agli Angioini, 2013.
  • D’Alessandro V., « La Sicilia dopo il Vespro », Atti del IX congresso di storia della Corona d’Aragona, Palerme, 1984, I, p. 55-81.
  • D’Urso T., « Manoscritti miniati bolognesi nel Regno angioino : le Decretales del Musée Condé di Chantilly », Napoli e l’Emilia, relazioni sociali e artistiche, Giornate internazionali di studio, Seconda Università di Napoli - S. M. Capua Vetere, 2008, A. Zezza (dir), Napoli, 2010, p. 41-50.
  • D’Urso T., « Un manoscritto di Boccaccio per Giovanna d’Angiò: il De casibus virirum illustrium ms. Ottob. Lat. 2145 e il suo contesto », Boccaccio e Napoli,. Nuovi materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento, Atti del convegno Boccaccio angioino. Per il VII centenario della nascita di Giovanni Boccaccio, Napoli-Salerno, 23-25 ottobre 2013, Firenze, 2014, p. 417-426.
  • D’Urso T., « Il Filostrato Morgan 371 e la miniatura tra il Regno di Napoli e lo Stato della chiesa agli inizi del Quattrocento », Rivista di Storia della miniatura, 19, 2015, p. 73-90.
  • Dalena P., Di Muro A. (dir), « Migrazioni interne e dipendenze signorili nelle campagne del Mezzogiorno basso medievale », Migrazioni interne e forme di dipendenza libera e servile nelle campagne basso medievali dall’Italia nord-occidentale alla Catalogna, Atti del Convegno, Torino e Cherasco, 24-25 novembre 2014, R. Lluch Bramon, P. Orti Gost, F. Panero, L. To Figueràs (dir) [Insediamenti umani, popolamento, società. Collana diretta da Francesco Panero e Giuliano Pinto-8], Cherasco, 2015, p. 345-360.
  • Dalena P., Calabria medievale. Ambiente e istituzioni (secoli XI-XV), Bari, Adda Editore, 2015.
  • Dalena P., Passi, porti e dogane marittime : dagli angioini agli aragonesi. Le Lictere Passus (1458-1469), Bari, Adda Editore, 2007.
  • Dalena P., « La Basilicata : dagli Angioini agli Aragonesi », Storia della Basilicata. Il Medioevo. 2, Rome-Bari, Laterza, 2006, p. 123-142.
  • Dalena P., « Il sistema portuale e la marineria in età angioina », Mediterraneo, Mezzogiorno, Europa. Studi in onore di Cosimo Damiano Fonseca, Andenna G., Houben H. (dir), vol. I, Bari, Adda Editore, 2004, p. 359-381.
  • Dalena P., Dagli Itinera ai percorsi. Viaggiare nel Mezzogiorno medievale, Bari, Adda Editore, 2003.
  • De Frede C., « Napoli angioina. Da Carlo I a Giovanni I. 1263-1382 », Storia di Napoli, III, p. 5-333
  • De Regibus A., « Le contese degli angioini di Napoli per il trono di Ungheria : 1290-1310 », Rivista storica Italiana, 51, 1937, p. 38-85.
  • Durrieu P., « Études sur la dynastie angevine de Naples. Le Liber donationum Caroli primi », Mélanges d'archéologie et d'histoire, 6, 1886, p. 189-228.
  • Durrieu P., Les archives angevines de Naples. Étude sur les registres du roi Charles Ier (1265-1285), Paris, 1886-1887.
  • Duval-Arnould L., « La contribution du royaume de Naples à la restauration de la basilique du Latran après l'incendie de 1308 », Cuozzo E., Déroche V., Peters-Custot A., Prigent V. (dir), Puer Apuliae, mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, 2008, p. 197-206.
  • Elliott J., Warr C. (dir), The Church of Santa Maria Donna Regina: Art, Iconography and Patronage in Fourteenth-Century Naples, Burlington (VT), 2004, p. 79-92.
  • Emanuele e Gaetani F. M., « Marchese di Villabianca », Notizie storiche intorno agli antichi uffizj del regno di Sicilia, Palerme, 1764.
  • Enderlein L., « Die Künstler und der Hof im angiovinischen Neapel », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 61-77.
  • Enderlein L., Die Grablegen des Hauses Anjou in Unteritalien. Totenkult und Monumente, 1266-1343, Worms am Rhein 1997.
  • Epifanio V., Gli Angioini di Napoli e la Sicilia : dall'inizio del regno di Giovanna I alla pace di Catania, Napoli, 1936.
  • Epifanio V., Sulla politica di Clemente VI nella questione siculo-angioina : a proposito di una recente pubblicazione, Palermo, 1925.
  • Esposito M., Le frontiere di Amalfi : I castelli stabiani dal ducato indipendente alla dominazione angioina, Castellammare di Stabia, 1995.
  • Filangieri di Candida R., Giotto a Napoli e gli avanzi di pitture nella Cappella Palatina Angioina, Firenze, 1937.
  • Filangieri R., Castel nuovo, reggia angioina ed aragonese di Napoli, Napoli, 1934.
  • Fodale S., « La Calabria angioino-aragonese », Storia della Calabria medievale. I quadri generali, Rome, 2001, p. 183-262
  • Fodale S., « Tra Angioini e Aragonesi », Il Sistema Feudale nella Calabria Medievale. Atti del X Congresso Storico Calabrese (Cosenza 9-11 dicembre 2004), Castrovillari, 2009, p. 73-83.
  • Fraschetti S., « I Sarcofagi dei reali angioini in Santa Chiara di Napoli », L’Arte, 1, 1898, p. 385-438.
  • Freigang Chr., « Kathedralen als Mendikantenkirchen: zur politischen Ikonographie der Sakralarchitektur unter Karl I., Karl II. und Robert dem Weisen », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 33-60.
  • Gaglione M., « Dai primordi del francescanesimo femminile a Napoli fino agli statuti per il monastero di S. Chiara », La chiesa e il convento di Santa Chiara. Committenza artistica, vita religiosa e progettualità politica nella Napoli di Roberto d’Angiò e Sancia di Maiorca. Atti del Convegno internazionale di studio, Napoli, 28-30 aprile 2011 (Quaderni del Centro Interuniversitario per la Storia delle Città Campane nel Medioevo, n. 6), F. Aceto, S. D’Ovidio, E. Scirocco, (dir), Battipaglia, Laveglia & Carlone, 2014, p. 27-128.
  • Gaglione M., Amalfi e Napoli tra alto Medioevo ed età angioina, Interscambi socio-culturali ed economici fra le città marinare d'Italia e l'Occidente. Atti del Convegno Internazionale di Studi in memoria di Ezio Falcone, B. Figliuolo, P. F. Simbula (dir), Amalfi, Centro di Cultura e Storia Amalfitana, 2014, p. 33-69.
  • Gaglione M., « Francescanesimo femminile a Napoli : dagli statuti per il monastero di Santa Chiara (1321) all’adozione della prima regola per Santa Croce di Palazzo », Frate Francesco, 79, 1, 2013, p. 29-95.
  • Gaglione M., « Il San Ludovico di Simone Martini, manifesto della santità regale angioina », Rassegna Storica Salernitana, n. s., XXIX/2, 58, 2012, p. 9-125.
  • Gaglione M., Donne e potere a Napoli. Le sovrane angioine : consorti, vicarie e regnanti (1266-1442), Soveria Mannelli, 2009.
  • Gaglione M., Amalfi e Napoli tra Alto Medioevo ed Età angioina (Quaderni del Centro di Cultura e Storia Amalfitana n. 6), Amalfi, Centro di Cultura e Storia Amalfitana, 2012.
  • Gaglione M., « La cattedrale e la città. Monarchia, episcopato, comunità cittadina nella Napoli angioina », Studi storici, 52, 2011, p. 195-227.
  • Gaglione M., Converà ti que aptengas la flor : profili di sovrani angioini, da Carlo I a Renato (1266-1442), Milano, Lampi di stampa, 2009.
  • Gaglione M., « Il quartiere della Scalesia nella Napoli angioina », Tra storia e urbanistica. Colonie mercantili e minoranze etniche in Campania tra Medioevo ed età contemporanea. Atti del Seminario di studio del 15-16 marzo 2007, G. Vitolo, T. Colletta (dir), Storia dell’Urbanistica-Campania, 8, 2008, p. 40-61.
  • Gaglione M., « Sancia d’Aragona-Maiorca tra impegno di governo ed attivismo francescano. La testimonianza delle lettere », Studi storici, 49, 2008, p. 931-984.
  • Galasso G., Il regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), Turin, 1992.
  • Galasso G., « L’image de la noblesse chez les historiens napolitains du XVIe siècle », Noël Coulet et Jean-Michel Matz (dir), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, École française de Rome, Rome, 2000, p. 737-747.
  • Galasso G., « La justice angevine. Une enquête à poursuivre », Boyer J.-P., A. Mailloux et L. Verdon (dir), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles, École française de Rome, Rome, 2005, p. 419-433.
  • Galasso G., Naples médiévale. Du duché au royaume, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 312 pages.
  • Giordanengo G., « "De prestacione jurium feudalium" : un conseil de Matteo da Porta (Naples, mil. XIVe s.) », A Ennio Cortese, Roma, 2001, t. 2 p. 153-162.Cutolo A., Re Ladislao d’Angiò Durazzo, Napoli, 1969.
  • Goebbels J., Das Militärwesen im Königreich Italien zur Zeit Karls I. von Anjou (1265-1285), Stuttgart, 1984.
  • Gregorio R., Considerazioni sopra la storia di Sicilia dai tempi normanni sino ai presenti, 3 vol., Palerme, 1972 (éd. orig. 1805-1813).
  • Hélary X., « Un problème d’équilibre européen ? La première maison d’Anjou et les rois de France (1265-1309) », Publications de la section historique de l’Institut G. -D. de Luxembourg, 124, 2010, p. 325-349.
  • Herde P., « Die Legation des Kardinalbischofs Gerhard von Sabina während des Krieges der Sizilischen Vesper und die Synode von Melfi (28. März 1284) », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 21, 1967, p. 1-53.
  • Jordan E., Les origines de la domination angevine en Italie, Paris, 1909 (réimpr. New York, 1960).
  • Kamp N., « Chiesa locale ed unità nel regno tra Normanni ed Angioini », C. D. Fonseca, H. Houben, B. Vetere dir, Unità politica e differenze regionali nel regno di Sicilia. Atti del convegno internazionale di studio in occasione del’VIII centenario della morte di Guglielmo II, re di Sicilia (Lecce-Potenza, 19-22 aprile 1989), Lecce, 1992, p. 151-171.
  • Kamp N., Kirche und Monarchie im Staufischen Königreich Sizilien. Prosopographische Grundlegung : Bistümer und Bischöfe des Königreichs 1194-1266, 1, Abruzzen und Kampanien, Munich, 1973.
  • Kelly S., The new Salomon. Robert of Naples (1309-1343) and fourteenth-century kingship, Brill-Leiden-Boston, 2003.
  • Kiesewetter A., Carducci C., Vallone G. (dir), Studi sul principato di Taranto in età orsiniana (Studi e ricerche della Società di storia patria per la Puglia XIV), Bari, 2005.
  • Kiesewetter A., « Karl II. von Anjou, Marseille und Neapel, », Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine 1265-1382, I. Bonnot (dir), Aix-en-Provence, 1988, p. 61-75.
  • Kiesewetter A., « Das sizilianische Zweistaatenproblem 1282-1302 », Unità politica e differenze regionali nel Regno di Sicilia. Atti del Convegno internazionale di studio in occasione dell’VIII centenario della morte di Guglielmo II, re di Sicilia (Lecce-Potenza, 19-22 aprile 1989), C. D. Fonseca, H. Houben, B. Vetere (dir) (Pubblicazioni del Dipartimento di studi storici dal Medioevo all’Età contempoeanea della Università degli Studi di Lecce XXI), Galatina, 1992, p. 247-295.
  • Kiesewetter A., « Die Regentschaft des Kardinallegaten Gerhard von Parma und Roberts II. von Artois im Königsreich Neapel 1285 bis 1289 », K. Borchardt, E. Bünz dir, Forschungen zur Reichs-, Papst-, und Landesgeschichte Peter Herde zum 65. Geburstag von Freunden, Shülern und Kollegen dargebracht, 1, Stuttgart, 1988, p. 477-522.
  • Kiesewetter A., « Il governo et l’amministrazione centrale del Regno », G. Musca (dir), Le eredità normanno-sveve nell'età angioina : persistenze e mutamenti nel Mezzogiorno, Bari, 2004, p. 25-68.
  • Kiesewetter A., « I principi di Taranto e la Grecia (1294-1383) », Archivio storico pugliese, LIV, 2001, p. 53-100.
  • Kiesewetter A., « Ricerche e documenti per la signoria di Raimondo del Balzo-Orsini sulla contea di Lecce e sul principato di Taranto (1385-1399/1406) », Bollettino storico di Terra d’Otranto, XI, 2001, p. 17-30.
  • Kiesewetter A., « Ricerche costituzionali e documenti per la signoria ed il ducato di Atene sotto i de la Roche e Gualtieri V di Brienne (1204-1311) », Βυζάντιο, Βενετία και ο ελληνοφραγκικός κόσμος (13ος-15ος αιώνας). Πρακτικά του διεθνούς Συνεδρίου που οργανώθηκε με την ευκαιρία της εκατονταετηρίδας από τη γέννηση του Raymond-Joseph Loenertz o. p. (Βενετία, 1-2 δεκεμβρίου 2000), C. A. Maltezou C. A. -Schreiner P. (dir), Venise, 2002, p. 289-347.
  • Kiesewetter A., « Francesco Petrarca e Roberto d’Angiò », Archivio storico per le province napoletane, CXXIII, 2005, p. 145-176.
  • Kiesewetter A., « L’intervento di Niccolò IV, Celestino V e Bonifacio VIII nella lotta per il trono ungherese (1290-1303) », Bonifacio VIII. Ideologia e azione politica. Atti del Convegno organizzato nell’ambito delle celebrazioni per il VII centenario della morte (Città del Vaticano-Roma, 26-28 aprile 2004), Rome, 2006, p. 139-198.
  • Kiesewetter A., « Il principato di Taranto fra Raimondo Orsini del Balzo, Maria d’Enghien e re Ladislao d’Angiò-Durazzo (1399-1407) », Un principato territoriale nel regno di Napoli ? Gli Orsini del Balzo, principi di Taranto (1399-1463). Atti del Convegno di studi (Lecce, 20-22 ottobre 2009), Petracca L. -Vetere B. (dir) (Fonti e studi per gli Orsini di Taranto. Studi I), Rome, 2013, p. 147-161.
  • Kiesewetter A., « ‘Princeps est imperator in principatu suo’. Intitulatio e datatio nei diplomi dei principi angioini di Taranto », «Il re cominciò a conoscere che il principe era un altro re». Il principato di Taranto (secc. XII-XV). Atti del Convegno internazionale di studi (Napoli, 2-3 dicembre 2011), Colesanti G. (dir) (Fonti e studi per gli Orsini di Taranto. Studi II), Rome, 2014, p. 65-102.
  • Kiesewetter A., « L’acquisto e l’occupazione del litorale meridionale dell’Albania da parte di re Carlo I d’Angiò (1279-1283) », Rassegna storica salernitana, LXIII, 2015, p. 27-62.
  • Kiesewetter A., « I grandi ufficiali e le periferie del Regno. I dirigenti della cancelleria dei principi di Taranto e dei duchi di Durazzo (ca. 1305−1380) », Les grands officiers dans les territoires angevins-I grandi ufficiali nei territori angioini. Atti del Convegno internazionale di studio (Bergamo, 15-16 novembre 2013), R. Rao (dir), Rome, 2016.
  • Kiesewetter A., « Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309) », Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte und Wappenkunde, XLIII, 1997, p. 85-283.
  • Kiesewetter A., « La cancelleria angioina », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du Colloque international (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995) (Collection de l’École française de Rome, 245), Rome, 1998, p. 361-415.
  • Kiesewetter A., « Il trattato del 18 ottobre 1305 fra Filippo I di Taranto e Giovanni I Orsini di Cefalonia per la conquista dell’Epiro », Archivio storico pugliese, XLVII, 1994, p. 177-213.
  • Kosegarten A., « Ecclesia spiritualis: Joachimismus und Kaiserprophetie in der Pisaner Domkanzel von Giovanni Pisano Middeldorf », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 149-190.
  • Kreytenberg G., « Ein doppelseitiges Triptychon in Marmor von Tino di Camaino aus der Zeit um 1334 », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 261-274.
  • Krüger K., « A deo solo et a te regnum teneo », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 79-119.
  • La Mantia G., Capitoli angioini sul diritto di sigillo della cancelleria regia per la Sicilia posteriori al 1272, Palermo, 1907.
  • La Mantia G., La guerra di Sicilia contro gli Angioini negli anni 1313-1320 : e la data dei capitoli di nuova gabelle regie per le galere e la difesa del Regno, Palermo, 1910.
  • La Mantia G., « Capitoli angioini sul diritto di sigillo della Cancelleria regia per la Sicilia posteriori al 1272 », Archivio Storico Siciliano, 32, 1908, p. 421-452.
  • La Mantia G., « Su l’uso della registrazione nella cancelleria del regno di Sicilia dai normanni a Federico III d’Aragona (1130-1377) », Archivio Storico Siciliano, 31, 1906, p. 197-219.
  • La Mantia G., Prefazione, Codice diplomatico dei re aragonesi di Sicilia, 1282-1355, Palerme, 1918, p. VII-CCXV.
  • Labande E. R., Rinaldo Orsini comte de Tagliacozzo, Monaco-Paris 1939.
  • Leone de Castris P., Arte di corte nella Napoli angioina, Firenze, 1986.
  • Licinio R., Castelli medievali. Puglia e Basilicata dai normanni a Federico II e Carlo I d’Angiò, Bari, 1994.
  • Manzari F., « Un libro di storia miniato a Napoli (vat. Lat. 1860) e l’attività del “Maestro del Salomone della Casantense” », Boccaccio e Napoli. Nuovi materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento, Atti del convegno Boccaccio angioino. Per il VII centenario della nascita di Giovanni Boccaccio, Napoli-Salerno, 23-25 ottobre 2013, Firenze, 2014, p. 405-416.
  • Manzari F., « Le psautier et livre d’heures de Jeanne I d’Anjou : pratiques françaises de dévotion et exaltation dynastique à la cour de Naples », L’art de l’enluminure, 32, 2010, p. 2-33.
  • Manzari F., « Miniatori napoletani e dell’Italia centrale nei frammenti di corali certosini del XIV secolo raccolti da Vittorio Giovardi », Rivista di storia della miniatura, 14, 2010, p. 116-138.
  • Massaro C., « La “Universitas Licii” nel secolo XV », Archivio storico per le province napoletane, XCV, 1977, p. 207-229.
  • Massaro C., Potere politico e comunità locali nella Puglia tardomedievale, Galatina, 2004.
  • Mattanò V. M., La Basilica angioina di S. Chiara a Napoli : apocalittica ed escatologia, Napoli 2003.
  • Mazzoleni B., « Un frammento delle arche in pergamena della Cancelleria Angioina rinvenuto nell'Archivio di Stato di Napoli », Archivi, 28, 1961, 1-2, p. 35-42.
  • Mazzoleni J., Storia della ricostruzione della Cancelleria angioina, 1265-1434 (Testi e documenti di storia napoletana pubblicati dall’Accademia pontaniana, 37), Naples, 1987.
  • Meier H.-R., « Integration und Distinktion in der herrscherlichen Kunst im vorangiovinischen Königreich Sizilien », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 13-32.
  • Michalsky T., « Sponsoren der Armut », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 121-148.
  • Mignozzi M., Adda M., Disiecta membra : madonne di pietra nella Puglia angioina, Bari, 2013.
  • Minieri Riccio C., Brevi notizie intorno all’archivio angioino di Napoli, Naples, 1862.
  • Minieri Riccio C., Cenni storici intorno ai grandi uffizii del regno di Sicilia, Naples, 1872.
  • Minieri Riccio C., De' grandi uffiziali del Regno di Sicilia dal 1265 al 1285, Napoli, 1872.
  • Minieri Riccio C., Genealogia di Carlo I d’Angiò, prima generazione, Naples, 1857.
  • Minieri Riccio C., « Genealogia di Carlo II d’Angiò », Archivio storico per le province napoletane, VII, 1882, p. 5-67, 201-262, 465-496 e 653-684 ; VIII, 1883, p. 5-33, 197-226, 381-396 et 587-600.
  • Minieri Riccio C., Itinerario di Carlo I. di Angiò, ed altre notizie storiche : tratte da' registri angioini del grande archivio di Napoli, Napoli, 1872.
  • Minieri Riccio C., Nuovi studi riguardanti la dominazione angioina nel regno di Napoli, Naples, 1876.
  • Minieri Riccio C., Studi storici su' fascicoli angioini dell' Archivio della regia Zecca di Napoli, Napoli, 1863.
  • Minieri Riccio C., Studi storici, fatti sopra 84 registri angioini dell'archivio di stato di Napoli, Napoli, 1876.
  • Monti G. M., Dai normanni agli aragonesi, Trani, 1936.
  • Monti G. M., Dal secolo sesto al decimoquinto, Bari, 1929.
  • Monti G. M., Il diritto comune nella concezione sveva e angioina, Milano, 1938.
  • Monti G. M., Il Mezzogiorno d'Italia nel medioevo : studi storici, Bari, 1930.
  • Monti G. M., Zecche monete e legislazione monetaria angioina, Napoli, 1928.
  • Monti G. M., « Carlo II e i debiti angioino verso la Santa Sede », G. M. Monti, Da Carlo I a Roberto d'Angio. Ricerche e documenti, Trani, 1936, p. 117-132.
  • Monti G. M., « L’età angioina », Storia dell’Università di Napoli, Naples, 1924 (réimpr. Naples, 1993).
  • Monti G. M., « Sul testo dei Riti della Magna curia dei Maestri razionali et su Andrea d’Isernia », Annali del seminario giuridico-economico dell’Università di Bari, 1929, 2-1, p. 65-101.
  • Morelli S. (dir), Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration en territoires composites (XIIIe-XVe siècle) - Periferie finanziarie angioine. Istituzioni e pratiche di governo su territori compositi (sec. XIII-XV), Rome, 2018 (Collection de l'École française de Rome, 518/2).
  • Morelli S. « "Ad extirpanda vitia" : normativa regia e sistemi di controllo nella prima età angioina », Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge, 109-2, 1997, p. 463-475.
  • Morelli S., « Giustizieri (prosopografia) », Enciclopedia fridericiana, 2 vol., Istituto dell’Enciclopedia italiana, I, p. 767-771, Rome, 2005
  • Morelli S., « Il personale giudiziario nel Regno di Napoli durante i regni di Carlo I e Carlo II d’Angiò », La justice temporelle dans le territoires angevins aux XIIIe et XIVe s. Théories et pratiques, J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir), Rome, 2005, p. 159-169.
  • Morelli S., « Il controllo delle periferie nel Mezzogiorno angioino : produzione e conservazione di carte », Reti Medievali. Rivista, 1, 2008, Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale, p. 1-30.
  • Morelli S., « Osservazioni sull’uso dell’ inquisitio nel Mezzogiorno angioino », Dentro e fuori la Sicilia. Studi di storia per Vincenzo D’Alessandro, P. Corrao e I. Mineo (dir), Rome, 2009 p. 135-147.
  • Morelli S., « La territorialisation de la politique : compétence, objectif et méthode du personnel administratif préposé aux inquisitiones dans le Mezzogiorno angevin », Th. Pécout (dir,), Quand gouverner c’est enqueter. Le pratiques politiques de l’enquete princière, occident, XIIIe-XIVe siècles, De Boccard, 2010, p. 239-256.
  • Morelli S., « Le Elites burocratiche nel mezzogiorno angioino : mobilità sociale e processi identitari », La mobilità sociale : rappresentazioni, canali, protagonisti, metodi d’indagine (Économies et sociétés médiévales. La conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale), Rome, 2010, p. 187-206.
  • Morelli S., « Note sulla fiscalità diretta e indiretta nel Regno angioino », Studi in onore di Benedetto Vetere, C. Massaro, L. Petracca (dir), 2 vol., Galatina 2011, I, p. 389-413.
  • Morelli S., « Étrangers et citoyenneté dans le Royaume de Naples pendant la période angevine : quelques exemples d’une relation complexe », Provence historique, 64, 2014, Hommage à Jean-Paul Boyer, p. 130-145.
  • Morelli S., « Stranieri e forestieri a Napoli nel Decameron di Giovanni Boccaccio », Boccaccio e Napoli. Nuovi materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento. Atti del Convegno « Boccaccio angioino ». Per il VII centenario della nascita di Giovanni Boccaccio, Napoli-Salerno (Fisciano) 23-25 ottobre 2013, Firenze, 2015, p. 277-293.
  • Morelli S., « Officiers angevins : entre carrières bureaucratiques et parcours identitaires », Identités angevines. Entre Provence et Naples, J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon (dir), Aix-en-Provence, 2016, p. 55-72.
  • Morelli S., « ‘Il furioso contagio delle genealogie. Spunti di storia politica e amministrativa per lo studio dei grandi ufficiali del Regno », Les grands officiers dans les territoires angevins-I grandi ufficiali nei territori angioini, Convegno internazionale, Università degli Studi di Bergamo, 15-16 novembre 2013, Rao R. (dir), Rome, 2016.
  • Morelli S., Giustizieri e distretti fiscali nel regno di Napoli durante la prima età angioina, Medioevo Mezzogiorno Mediterraneo. Studi in onore di Mario Del Treppo, Liguori, Naples, 2000, p. 301-323.
  • Morelli S., I Giustizieri nel Regno di Napoli al tempo di Carlo I d'Angiò : primi risultati di un'analisi prosopografica, L'État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe s., Rome 1998, p. 491-517.
  • Morelli S., Il personale giudiziario nel Regno di Napoli durante i regni di Carlo I e Carlo II d’Angiò, J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir) La justice temporelle dans le territoires angevins aux XIIIe et XIVe s. Théories et pratiques, Rome 2005, p. 159-169.
  • Morelli S., La storiografia sul regno angioino di Napoli : una nuova stagione di studi, Studi Storici, 41 (2000), 4, p. 1023-1044.
  • Morelli S., Per conservare la pace. I giustizieri nel Regno di Sicilia da Carlo I a Carlo II d’Angiò, Naples, 2012.
  • Moscati R., « Ricerche e documenti sulla feudalità napoletana nel periodo angioino », Archivio storico per le province napoletane, n. s. XXII, 1936, p. 1-15.
  • Nicolini N., Napoli e Venezia nell'età dei primi Angioini, Campobasso, 2015.
  • Niola V., « Les formulaires de la chancellerie angevine de Charles Ier à Jeanne Ire », Boyer J.-P. et Thierry Pécout, Réformer l’Église, réformer l’État : une quête de légitimité (XIe-XVe s.), Rives méditerranéennes, t. 28, Aix-en-Provence, 2007, p. 57-91.
  • Pace V., « Arte di età angioina nel regno », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 241-260.
  • Pacelli V., L'iconografia della Maddalena a Napoli : dall'età angioina al tempo di Caravaggio, Napoli, 2006.
  • Paciocco R., « Angioini e “spirituali”. I differenti piani cronologici e tematici di un problema », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998, p. 253-287.
  • Palmieri S., « La chancellerie du royaume de Sicile à l’époque de Charles Ier », J.-P. Boyer et Th. Pécout, Réformer l’Église, réformer l’État : une quête de légitimité (XIe-XVe s.), Rives méditerranéennes, t. 28, Aix-en-Provence, 2007, p. 45-55.
  • Palmieri S., La cancelleria del regno di Sicilia in età angioina, Naples, 2006.
  • Peduto P., Santoro A. M. (dir), Archeologia dei castelli nell’Europa angioina (secoli XIII-XV), Atti del convegno internazionale, Salerno 10-12 novembre 2008, Firenze, Edizioni all’insegna del giglio, 2011.
  • Percy W. A., The revenues of the kingdom of Sicily under Charles I of Anjou 1266-1285 and their relationship to the Vespers, Ph. D., Princeton University, 1964.
  • Peri I., Uomini, città e campagna in Sicilia dall’XI al XIII secolo, Bari, 1978.
  • Perriccioli A., I romanzi cavallereschi miniati a Napoli. Napoli, 1979.
  • Perriccioli A., « Alcune precisazioni sul "Roman du roy Meliadus", ms. add. 12228 del British Museum », La miniatura italiana fra Gotico e Rinascimento, II Congresso di Storia della Miniatura. 24 - 26 settembre 1982. (vol. II, p. 51-64), Firenze, 1983.
  • Perriccioli A., « Aggiunte a Cristoforo Orimina », Studi di Storia dell'Arte in memoria di Mario Rotili, F. Bologna, A. Putaturo Murano, A. Perriccioli Saggese (dir), Napoli, 1984, p. 251-259.
  • Perriccioli A., « Miniature umbro-assisiati nella Napoli angioina: il Breviario I B 20 della biblioteca Nazionale », Prospettiva, Scritti in ricordo di Giovanni Previtali, 53-56, 1988-1989, p. 114-119.
  • Perriccioli A., « La miniatura nel Mezzogiorno », Storia del Mezzogiorno, vol. XI Aspetti e problemi dal medioevo all'età moderna, vol. XI, Napoli, 1986, p. 367-385.
  • Perriccioli A., « I codici miniati dal XII al XIV secolo », I codici miniati della Biblioteca oratoriana dei Girolamini di Napoli, A. Putatuto Murano, A. Perriccioli Saggese (dir), Napoli, 1995, p. 21-26.
  • Perriccioli A., « Viaggi di codici, viaggi di artisti: alcuni casi verificatisi a Napoli fra Duecento e Trecento », Le vie del medioevo, Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 28 settembre-1 ottobre 1998, A. C. Quintavalle (dir), p. 388-396.
  • Perriccioli A., « I codici della commedia miniati a Napoli in età angioina », Rivista di storia della miniatura, vol. 5, p. 151-158.
  • Perriccioli A., « L'art à la cour angevine: l'enluminure des XIIIe et XIVe siècles, saggio introduttivo e schede dei manoscritti », Les Anjou et Naples, Catalogo della mostra, Abbaye Royale de Fontevraud, Paris, 2001, p. 122-133, 302-312.
  • Perriccioli A., « Modelli giotteschi nella miniatura napoletana del Trecento », Medioevo, i modelli. Atti del II Convegno internazionale di studi, Parma, 27 settembre-1 ottobre 1999, C. A. Quintavalle (dir), Milano, 2002, p. 661-667.
  • Perriccioli A., « Gli Statuti dell’Ordine dello Spirito Santo o del Nodo. Immagine e ideologia del potere regio a Napoli alla metà del Trecento », Medioevo: Immagine e ideologia. Atti del IV Convegno internazionale di studi. Parma, 23-27 settembre 2002, C. A. Quintavalle (dir), Milano, 2005, p. 519-524.
  • Perriccioli A., « Le illustrazioni di storia a Napoli fra Duecento e Trecento: riflessione sullo stato degli studi », Medioevo, il tempo degli antichi. Atti del V Convegno internazionale di Studi, Parma, 24 - 28 settembre 2003, C. A. Quintavalle (dir), Milano, 2006, p. 547-556.
  • Perriccioli A., « Carlo I d'Angiò, re bibliofilo », Immagine e ideologia. Studi in onore di Arturo Carlo Quintavalle, Milano, 2007, p. 331-335.
  • Perriccioli A., « L'iconografia dell'Albero di Jesse nella pittura e nella miniatura dell'Italia meridionale in età angioina », Medioevo: Arte e storia. Medioevo - arte e storia. Atti del X convegno internazionale di studi. Parma. 18 - 22 settembre 2007, C. A. Quintavalle (dir), Milano, 2008.
  • Perriccioli A., « L’Offiziolo di Giovanna d’Angiò e un’inedita immagine di Brigida », Santa Brigida, Napoli, l’Italia, Atti del Convegno italo-svedese, Seconda Università di Napoli - S. M. Capua Vetere 2006, O. Fern, A. Perriccioli, M. Rotili (dir), Napoli, 2009, p. 221-240.
  • Perriccioli A., « Critophoro Orimina. An illuminator at the Angevin Court of Naples », The Anjou Bible. Naples 1340. A royal manuscript revealed, Lieve Watteeuw and Jan Van der Stock (dir), Paris-Leuven, 2010, p. 113-125.
  • Perriccioli A., « Materiali e prezzi in alcuni codici miniati di età angioina », Come nasce un manoscritto miniato. Scriptoria, tecniche, modelli e materiali, Congresso di storia della miniatura, Milano Università cattolica-Biblioteca Ambrosiana 2008, F. Flores d’Arcais, F. Crivello (dir), Modena, 2010, p. 127-136.
  • Perriccioli A., « Un codice bolognese alla corte di Carlo I d’Angiò », Napoli e l’Emilia, relazioni sociali e artistiche, Giornate internazionali di studio, Seconda Università di Napoli - S. M. Capua Vetere, 2008, A. Zezza (dir), Napoli, 2010, p. 19-30.
  • Perriccioli A., « Riflessi delle crociate nella committenza di un manoscritto miniato destinato a Carlo I d’Angiò », Medioevo: I committenti, Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 21-26 settembre 2010, C. A. Quintavalle (dir), Milano, 2011, p. 560-574.
  • Perriccioli A., « Dall’Histoire ancienne al Roman du Roy Meliadus. L’illustrazione della battaglia nella miniatura napoletana di età angioina », La battaglia nel Rinascimento meridionale. Moduli narrativi fra parola e immagine, G. Abbamonte, J. Barreto, T. D’Urso, A. Perriccioli Saggese, F. Senatore (dir), Roma, 2011, p. 17-27.
  • Perriccioli A., « Romanzi cavallereschi miniati a Napoli al tempo di Boccaccio », Boccaccio angioino. Materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento, G. Alfano, T. D’Urso, A. Perriccioli Saggese (dir), Bruxelles, 2012, p. 347-357.
  • Perriccioli A., « A proposito di alcuni libri di medicina miniati a Napoli nel XIV secolo », Manoscritti scientifici miniati dal tardo antico al Rinascimento tra tradizione classica e scienza araba, T. D’Urso e A Perriccioli Saggese (dir), Laveglia-Carlone, 2013, p. 62-75.
  • Perriccioli A., Orimina, Cristoforo, in Dizionario biografico degli Italiani, vol. 79, 2013.
  • Perriccioli A., « I più antichi cicli illustrati dell’Historie anciennne jusqu’à César sulle coste del Mediterraneo », Res gestae res. pictae Epen Illustrationen des XIII. bis XV. Jahrhunderts, Tagungsband, Wien, 2013, Codices manuscripti.
  • Perriccioli A., « Fra la badia e la corte. La committenza libraria di Filippo de Haya, abate di Cava e familiare del re », Il libro miniato e il suo committente. Per la ricostruzione delle biblioteche ecclesiastiche (secoli XI-XIV), T. D’Urso, A. Perriccioli Saggese, G. Z. Zanichelli (dir), Padova, 2016, p. 181-200.
  • Petralia G., Sui toscani in Sicilia tra Due e Trecento : la penetrazione sociale e il radicamento nei ceti urbani, Commercio, finanza, funzione pubblica. Stranieri in Sicilia e in Sardegna nei secoli XIII-XV, M. Tangheroni (dir), GISEM, Naples, 1989, p. 129-218.
  • Pispisa E., Messina nel Trecento. Politica, economia, società, Messine, 1980.
  • Pollastri S., « La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282) », Annales du Midi, 1988, t. 100, p. 405-434.
  • Pollastri S., « Une famille de l’aristocratie napolitaine : les Sanseverino (1270-1420) », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge, 103, 1991, p. 237-260.
  • Pollastri S., « Il matrimonio di Maria Ruffo di Sinopoli con Blasco d’Alagona (1385) », Incontri Meridionali, 1-2, 1991, p. 205-219.
  • Pollastri S., La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1435), Doctorat d’Histoire médiévale, Université de Lille III, 1994 (dactylographié).
  • Pollastri S., « La présence ultramontaine dans le Midi italien (1266-1330) », Studi Storici Meridionali, 1995, XV, 1-2 (gen. -ago. 1995), p. 3-20.
  • Pollastri S., « Le lion dans le blason napolitain (première moitié du XIVe-1402) », L’aigle et le lion dans le blason médiéval moderne, IXe Colloque international d’Héraldique, Académie Internationale d’Héraldique, Société polonaise d’Héraldique, 1996, Varsovie, Wydawnictwo DiG, 1997, p. 127-141.
  • Pollastri S., Les Gaetani de Fondi. Recueil d’actes (1174-1623), Rome, L’Erma di Bretschneider, 1998 (Fondazione Camillo Caetani, Studi n. 8).
  • Pollastri S., « Les Burson d’Anjou, barons de Nocera puis comtes de Satriano (1268-1400) », N. Coulet, J.-M. Matz (dir), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge : Actes du Colloque international organisé par l’Université d’Angers, 3-6 juin, Angers-Saumur, 1998, École Française de Rome, 2000, p. 89-114 (Collection de l’École Française de Rome, 275).
  • Pollastri S., « Les Ruffo de Calabre sous les Angevins : le contrôle lignager (1268-1435) », Mélanges de l’École Française de Rome, 2001, 113-1, p. 543-577.
  • Pollastri S., « L’aristocratie napolitaine au temps des Angevins », N. -Y. Tonnerre, E. Verry (dir), Les Princes angevins du XIIIe au XVe siècle. Un destin européen, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2003, p. 155-181.
  • Pollastri S., « La conquête du royaume de Sicile et les nouvelles inféodations (1268-1281) », Mémoire des Princes Angevins, 2004, p. 11-16.
  • Pollastri S., « Le “Liber donationum” et la conquête angevine du royaume de Sicile (1268-1281) », Mélanges de l’École Française de Rome, 116-2, 2004, p. 657-727.
  • Pollastri S., « Les relations entre feudataires et villes du littoral en Calabre au XIVe siècle », Ph. Jansen (dir), Entre monts et rivages. Les contacts entre la Provence orientale et les régions voisines au Moyen Âge, Nice, Cépam-CNRS, 2005, p. 249-264.
  • Pollastri S., « Enquête sur les droits de justice de l’aristocratie napolitaine (XIVe-XVe siècle). Quelques exemples », J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir), La Justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe e XIVe siècles. Théories et pratiques, Colloque international, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, 21-23 février 2002, Rome, 2005, p. 279-305 (Collection de l’École Française de Rome, 354).
  • Pollastri S., « La féodalité de la région de Matera sous les Angevins (XIIIe-XIVe siècles) », Il priorato di Santa Maria di Juso e la Chaise-Dieu, Convegno Internazionale di Studi, Archivi e reti monastiche tra Alvernia e Basilicata, 21-22 aprile 2005, Matera-Irsina, Congedo editore, 2007, p. 129-158.
  • Pollastri S., Inventarium Honorati Gaietani. L’inventario dei Beni di Onorato II Gaetani d’Aragona (1491-1493), trascrizione di Cesare Ramadori (1939), revisione critica, introduzione e aggiunte di Sylvie Pollastri, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2006 (Documenti dell’Archivio Caetani).
  • Pollastri S., « Calabre angevine : le développement des ordres mendiants sous Charles II et Robert d’Anjou », A. Spanò (dir), Il Francescanesimo in Calabria, Convegno internazionale di Studio, Siderno-Gerace 26-27 maggio 2006, Soveria Manelli, Rubbettino editore, 2009, p. 85-94.
  • Pollastri S., « Les terres des feudataires rebelles », C. Carlone (dir), Diano e l’assedio del 1497. Teggiano, Convegno di Studi internazionali, Università Federico II di Napoli-Parco Letterario Pomponio Letto, Teggiano 7-9 settembre 2007, Salerno, Laveglia&Carlone, 2010, p. 277-292.
  • Pollastri S., « Jeux et enjeux des obédiences pour l’aristocratie napolitaine », G. Lobrichon, A. Jamme (dir), La papauté et le Grand Schisme, Langages politiques, impacts institutionnels, ripostes sociales et culturelles, Colloque International Université d’Avignon, 13-15 novembre 2008.
  • Pollastri S., « Gli insediamenti dei Cavalieri francesi nel Mezzogiorno alla fine del 13o secolo », Studi Atellani, Rassegna storica dei comuni, sept. dic. 2008, XXXIV, 150-151, p. 7-46.
  • Pollastri S., « Jacques Duèse à la cour des Angevins de Naples », Cahiers de Fanjeaux, 45, p. 83-100.
  • Pollastri S., Le lignage et le fief. L’affirmation du milieu comtal et la construction des états féodaux sous les Angevins de Naples (1265-1435), Paris : Publibook, 2011.
  • Pollastri S., « Le royaume, l’aristocratie, Charles comte de Gravina, duc de Duras. Mises en scène des discours politiques à Naples (1345-1381) », Mémoire des Princes angevins, 9, 2012, p. 7-21.
  • Pollastri S., « L’aristocratie comtale sous les Angevins (1265-1435) », Mélanges de l’École Française de Rome, 125-1, 2013.
  • Pollastri S., « Le royaume de Sicile (1265-1272) : la noblesse régnicole, Charles Ier d’Anjou et la noblesse française », Annales du Midi, 100, 1988, p. 405-434.
  • Pontieri E., Ricerche sulla crisi della monarchia siciliana nel secolo XIII, Naples, 1950-1965.
  • Romano E., Saggio di iconografia dei reali Angioini di Napoli, Bergamo, 1920.
  • Rossetti G., Vitolo G. (dir), Medioevo Mezzogiorno Mediterraneo. Studi in onore di Mario Del Treppo, 2 vol., Naples, 2000.
  • Ruggiero B., Potere, istituzioni, chiese locali : aspetti e motivi del mezzogiorno medioevale dai Longobardi agli Angioini, Spoleto, 1991.
  • Runciman S., Les Vêpres siciliennes. Une histoire du monde méditerranéen à la fin du XIIIe siècle (trad. française, 1re éd. Cambridge, 1958), Paris, 2008.
  • Sabatini F., Napoli angioina : cultura e società, Napoli, 1975.
  • Salavert y Roca V., Cerdeña y la expansiòn mediterrànea de la corona de Aragòn (1297-1314), Madrid, 1956.
  • Sambon A., Normanni, Svevi, Angioini, Durazzeschi, Aragonesi di Sicilia, 1130-1416, Paris, 1913.
  • Santoro L., Castelli angioini e aragonesi nel Regno di Napoli, Milano, 1982.
  • Santoro A. M., Circolazione monetaria ed economia a Salerno nei secoli XIII e XIV, Firenze, 2011 (Edizioni all’insegna del giglio).
  • Santoro A. M., « Le zecche in Italia meridionale durante il regno di Carlo I d’Angiò : prime riflessioni su organizzazione, gestione e funzioni », Materiali per l’archeologia medievale. Ricerche in Italia meridionale, P. Peduto (dir), Salerno, 2003, p. 239-266.
  • Schadek H., « Die Familiaren der sizilischen und aragonischen Könige im 12. und 13. Jahrundert », J. Vincke dir, Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, Münster, 1971, p. 201-348.
  • Schipa M., Carlo Martello angioino, Napoli 1890.
  • Silvestri A., « Produzione e conservazione delle scritture nei regni di Napoli e Sicilia (secoli XII-XVII). Storia, storiografia e nuove prospettive di ricerca », Atlanti. Review for Modern Archival Theory and Practice, 23, 2013, p. 203-217.
  • Sternfeld R., Ludwigs des Heiligen Kreuzzug nach Tunis 1270 und die Politik Karls I. von Sizilien, Berlin, 1896.
  • Sthamer E., Die Verwaltung der Kastelle im Königreich Sizilien unter Kaiser Friedrich II und Karl I von Anjou, Leipzig 1914 (trad. ital. L’amministrazione dei castelli nel Regno di Sicilia sotto Federico II e Carlo I d’Angiò, Panarelli F. (éd.), Bari 1995.
  • Sthamer E., Der Sturz der Familien Rufolo und della Marra nach der sizilianischen Vesper, Berlin, 1937.
  • Sthamer E., Bruchstücke mittelalterlicher Enqueten aus Unteritalien : ein Beitrag zur Geschichte der Hohenstaufen, Berlin, 1933.
  • Storia del Mezzogiorno, 4, Il regno dagli Angioini ai Borboni, Rome, 1986 (rééd. 1994).
  • Storia di Napoli, 3, Napoli angioina, Napoli, 1969.
  • Théry J., « Le combat contre les Hohenstaufen et leurs alliés », Théry J., Gilli P. (dir.), Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIe-mi-XIVe s.), Montpellier, 2010, p. 65-112.
  • Théry J., « Les Vêpres Siciliennes », Trente nuits qui ont fait l’histoire, Paris, 2014, p. 89-103.
  • Tocco, F. P., Il Regno di Sicilia tra Angioini e Aragonesi, Bologna, 2008.
  • Tramontana S., Il Mezzogiorno medievale : Normanni, Svevi, Angioini, Aragonesi nei secoli XI-XV, Rome, 2000.
  • Vitale G., Élite burocratica e famiglia. Dinamiche nobiliari e processi di costruzione statale nella Napoli angioino-aragonese, Naples, 2003.
  • Vitale G., « La nobiltà di Seggio a Napoli nel basso medioevo. Aspetti della dinamica interna », Archivio storico per le province napoletane, n. s. CVI, 1988, p. 151-170.
  • Vitale G., « Potenza nel cozzo tra Svevi ed Angioini per il possesso del regno di Napoli », Archivio storico per le province napoletane, n. s. XXXVIII, 1959, p. 137-152.
  • Vitolo G., Città e coscienza cittadina nel Mezzogiorno medievale. Secc. IX-XIII, Salerne, 1990.
  • Vitolo G., « Il Mezzogiorno tra crisi e trasformazione. Secoli XIV-XV », Italia 1350-1450 : tra crisi, trasformazione, sviluppo, Atti del XIII congresso di studi del Centro italiano di studi di storia ed arte (Pistoia 1991), Pistoia, 1993, p. 301-316.
  • Vitolo G., « Il Regno angioino », Storia del Mezzogiorno, IV-1, Rome, 1986, p. 11-86.
  • Vitolo G., « Il vespro siciliano e le sue conseguenze », Unità politica e differenze regionali nel Regno di Sicilia, Atti del convegno internazionale di studio in occasione dell’VIII centenario della morte di Guglielmo II, re di Sicilia (Lecce-Potenza 19-22 aprile 1989), C. D. Fonseca, H. Houben et B. Vetere (dir), Galatina 1992, p. 297-306.
  • Vitolo G., « La Campania nel medioevo », Storia, arte e cultura della Campania, p. 53-81.
  • Vitolo G., Musi A., Il Mezzogiorno prima della questione meridionale, Florence, 2004.
  • Vitolo G., « Organizzazione dello spazio e vicende del popolamento », Storia del Vallo di Diano, Salerne, 1982, II, p. 43-77.
  • Vitolo G., L’Italia delle altre città. Un’immagine del Mezzogiorno medievale, Naples, Liguori, 2014.
  • Vitolo G., « Santità, culti e strutture socio-politiche », G. Vitolo (dir), Pellegrinaggi e itinerari dei santi nel Mezzogiorno medievale, Naples, GISEM-Liguori, 1999, p. 23-38.
  • Vitolo G., « Esperienze religiose nella Napoli dei secoli XII-XIV », G. Rossett, G. Vitolo (dir), Medioevo Mezzogiorno Mediterraneo. Studi in onore di Mario Del Treppo, Naples, Liguori-GISEM, 2000, vol. 1, p. 3-34.
  • Vitolo G., « Episcopato, società e ordini mendicanti in Italia meridionale », Dal pulpito alla cattedra. I vescovi degli ordini mendicanti nel '200 e nel primo '300. Atti del XXVII convegno internazionale (Assisi, 14-16 ottobre 1999), Spoleto, Centro italiano di studi sull'Alto Medioevo, 2000, p. 169-200.
  • Vitolo G., « La noblesse, les Ordres mendiants et les mouvements de réforme dans le royaume de Sicile », La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque international organisé par l'Université d'Angers (Angers-Saumur, 3-6 juin 1998), N. Coulet, M. Matz (dir), Rome, 2000, p. 553-566.
  • Vitolo G., « Ordini Mendicanti e dinamiche politico-sociali nel Mezzogiorno angioino-aragonese », G. Chittolini, K. Elm (dir), Ordini religiosi e società politica in Italia e in Germania nei secoli XIV e XV, Bologna 2001, p. 115-149.
  • Vitolo G., « Città e contado nel Mezzogiorno medievale », G. Andenna, H. Houben (dir), Mediterraneo, Mezzogiorno, Europa. Studi in onore di Cosimo Damiano Fonseca, Bari, 2004, vol. 2, p. 1127-1141.
  • Vitolo G., « L'egemonia cittadina sul contado nel Mezzogiorno medievale », G. Vitolo (dir), Città e contado nel Mezzogiorno tra Medioevo ed Età moderna, Salerno 2005, p. 9-26.
  • Vitolo G., « Dinamiche politico-sociali nella Napoli angioina », Studi storici, 46 (2005), p. 711-723 (rééd. B. Saitta (dir), Città e vita cittadina nei paesi dell'area mediterranea. Secoli XI-XV. Atti del convegno int. in onore di Salvatore Tramontana (Adrano-Bronte-Catania-Palermo, 18-22 nov. 2003), Rome, 2006, p. 553-564).
  • Vitolo G., « Monachesimo e società nel Mezzogiorno angioino. La certosa di Padula », Storia, arte e medicina nella certosa di Padula (1306-2006), Salerno, 2006, p. 21-35.
  • Vitolo G., « Linguaggi e forme del conflitto politico nel Mezzogiorno angioino-aragonese », G. Petti Balbi, G. Vitolo (dir), Linguaggi e pratiche del potere. Genova e il Regno di Napoli tra Medioevo ed Età moderna, Salerno 2007, p. 41-69.
  • Vitolo G., « “In palatio Communis”. Nuovi e vecchi temi della storiografia sulle città del Mezzogiorno medievale », G. Chittolini, G. Petti Balbi, G. Vitolo (dir), Città e territori nell'Italia del Duecento. Studi in onore di Gabriella Rossetti, Naples, Liguori-GISEM, 2007, p. 243-294.
  • Vitolo G., « Associations religieuses et dynamiques sociales et politiques à Naples dans la première moitié du XVe siècle », J.-M. Matz, N.-Y. Tonnerre (dir), René d'Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 269-286.
  • Vitolo G., « Città medievali », Nuova Rivista Storica, 98 (2014), p. 1126-1133.
  • Vitolo G., « La ville capitale: Naples angevine », E. Malamut, M. Ouerfelli (dir), Villes méditerranéennes au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2014, p. 33-46.
  • Vitolo G., « Città e servizi sociali nel Mezzogiorno medievale. Il caso di Napoli », Provence historique, 64 (2014), p. 231-246.
  • Vitolo G., « Aix-en-Provence et Naples entre XIIIe et XIVe siècle. L’identité angevine de deux villes capitales », J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir), Identités angevines. Entre Provence et Naples. XIIIe-XVe siècle, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016, p. 105-131.
  • Vitolo G. (dir), Città, spazi pubblici e servizi sociali nel Mezzogiorno medievale, Naples-Battipaglia, Società Napoletana di Storia Patria-Laveglia&Carlone, 2016.
  • Vitolo G. (dir), Città e contado nel Mezzogiorno tra Medioevo ed Età moderna, Salerno 2005.
  • Vitolo G. (dir), Pellegrinaggi e itinerari dei santi nel Mezzogiorno medievale, Naples, GISEM-Liguori, 1999.
  • Vitolo G. (dir), Medioevo Mezzogiorno Mediterraneo. Studi in onore di Mario Del Treppo, Naples, Liguori-GISEM, 2000 (coll. G. Rossetti).
  • Vitolo G. (dir), Città e territori nell'Italia del Duecento. Studi in onore di Gabriella Rossetti, Naples, Liguori-GISEM, 2007 (coll. G. Chittolini, G. Petti Balbi).
  • Vitolo G. (dir), Linguaggi e pratiche del potere. Genova e il Regno di Napoli tra Medioevo ed Età moderna, Salerno, Laveglia, 2007 (coll. G. Petti Balbi).
  • Vitolo G., S. Pietro di Polla nei secoli XI-XV, Salerne, 1980.
  • Vitolo P., « Boccaccio nella Napoli angioina : luoghi, personaggi e vicende tra arte, realtà e finzione letteraria », Giancarlo Alfano, Emma Grimaldi, Sebastiano Martelli, Andrea Mazzucchi, Matteo Palumbo, Alessandra Perriccioli Saggese, Carlo Vecce (dir), Boccaccio e Napoli. Nuovi materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento, atti del convegno « Boccaccio angioino. Per il VII Centenario della nascita di Giovanni Boccaccio », (Napoli-Salerno, 23-25 ottobre 2013), Franco Cesati Editore, Firenze 2014, p. 107-123.
  • Vitolo P., « Conventus iste fundatricis reginae tumulo non parum illustratur ». Il sepolcro di Eleonora d’Angiò in San Francesco a Catania, M. -M. de Cevins, G. Kiss, J.-M. Matz (dir), Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle) », à paraître.
  • Vitolo P., « “Ecce rex vester”. Christiformitas e spazio liturgico », Francesco Aceto, Stefano d’Ovidio, Elisabetta Scirocco (dir), Committenza artistica, vita religiosa e progettualità politica nella Napoli di Roberto d'Angiò e Sancia di Maiorca. La chiesa di Santa Chiara, atti del convegno (Napoli, 28-30 aprile, 2011), Laveglia&Carlone, Battipaglia 2014 (Centro Interuniversitario per la storia delle città campane nel Medioevo. Quaderni 6), p. 227-274.
  • Vitolo P., « Familiaris domesticus et magister noster. Roberto d’Oderisio e l’istituto della familiaritas nella Napoli angioina », Rassegna Storica Salernitana, 45 (2007), p. 13-34.
  • Vitolo P., « Immagini religiose e rappresentazione del potere nell’arte napoletana durante il regno di Giovanna I d’Angiò (1343-1382) », Laura Gaffuri, Paola Ventrone (dir), Immagini, culti, liturgie. Le connotazioni politiche del messaggio religioso («Annali di Storia moderna e contemporanea», 16, 2010), atti del convegno (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano, 1-3 ottobre, 2009), p. 249-270.
  • Vitolo P., « Imprese artistiche e modelli di regalità al femminile nella Napoli della prima età angioina », Archivio storico per le province napoletane, CXXVI (2009), p. 1-54.
  • Vitolo P., «Con animo virile». Donne e potere nel Mezzogiorno medievale (secoli XI-XV), atti del convegno « Donne e potere nel Mezzogiorno medievale. Secoli XI-XV » (Università degli Studi di Bari, 29 settembre 2008), Patrizia Mainoni (dir), Rome, 2010, p. 263-318.
  • Vitolo P., « La chiesa di Santa Maria del Casale a Brindisi in età angioina. A proposito di un libro recente », Rassegna Storica Salernitana, 62 (2014), p. 195-204.
  • Vitolo P., « La chiesa napoletana dell’Incoronata : genesi, funzione, significato », Alessandra Perriccioli Saggese, Mario Rotili, Olle Ferm (dir), Santa Brigida e Napoli, atti del convengo internazionale (Seconda Università degli Studi di Napoli in Santa Maria Capua Vetere, 10-11maggio 2006), Napoli 2009, p. 139-151.
  • Vitolo P., « Miles Christi : san Ladislao d’Ungheria tra mito cavalleresco e culto dinastico. Il ciclo pittorico all’Incoronata di Napoli », « La battaglia nel Rinascimento meridionale : Moduli narrativi tra parole e immagini », atti del convegno (Napoli-Santa Maria Capua Vetere-Teggiano, 14-17 aprile 2010), Giancarlo Abbamonte, Joana Barreto, Teresa d’Urso, Alessandra Perriccioli Saggese, Francesco Senatore, Rome, 2011, p. 43-56.
  • Vitolo P., « Royauté et modèles culturels entre Naples, la France et l’Europe. Les années de Robert et de Jeanne Ire d'Anjou (1309-1382) », Jean-Paul Boyer, Anne Mailloux, Laure Verdon (dir), Identités angevines. Entre Provence et Naples XIIIe-XVe siècle, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence 2016, p. 247-266.
  • Vitolo P., « Un maestoso e quasi regio mausoleo » : il sepolcro Coppola nel Duomo di Scala, Rassegna Storica Salernitana, 40 (2004), p. 11-50.
  • Vitolo P., « Un nuovo contratto di commissione per la scultura funeraria del Trecento napoletano », Prospettiva, 134-135 (2009, ma 2011), p. 91-100.
  • Vitolo P., « Una bottega di stuccatori a Salerno e nella Costiera Amalfitana nel Trecento », Rassegna del Centro di cultura e storia amalfitana, XVI (2007), p. 147-167.
  • Vitolo P., La chiesa della Regina. Giovanna I d’Angiò, l’Incoronata di Napoli e Roberto di Oderisio, Viella, serie « I libri di Viella. Arte. », Rome, 2008.
  • Vitolo P., Percorsi di salvezza e strumenti di legittimazione. I primi cicli del settenario sacramentale in contesti monumentali/ Paths of salvation and instruments of legitimation. The first cycles of the sacramental septenary in monumental contexts, Gangemi Editore, Rome (édition bilingue italien-anglais), à paraître.
  • Vitolo P., Tino di Camaino, Saint-Benoît, Dominique Thiébaut (dir), Giotto e compagni, Musée du Louvre (18 avril-15 juillet 2013), Paris-Milano, Musée du Louvre, 2013, p. 174-175.
  • Vitolo P., « Il Medioevo napoletano nei taccuini di Johann Anton Ramboux », Prospettiva, 119-120 (2007), p. 127-144.
  • Vitolo P. (dir), Arts and Politics in Late Medieval Sicily, Atti della sessione svoltasi all’International Medieval Meeting in Lleida, 2016 (Schede Medievali, Officina di Studi Medievali, Palermo).
  • Vitolo P., Aceto (Fr.) (dir), Arte e Architettura in Campania in età gotica, Laveglia & Carlone, Battipaglia, à paraître.
  • Voci A. M., « La cappella di corte dei primi sovrani angioini di Napoli », Archivio Storico per le province napoletane, 113, 1995, p. 69-126.
  • Vultaggio C., « Il contado di Atri dalla nascita del comune alla signoria degli Acquaviva », Città e contado nel Mezzogiorno tra Medioevo ed età moderna, G. Vitolo (dir), Salerne, 2005, p. 129-166.
  • Widemann Fr., « Jean de Comines, religieux et homme politique. Enquête sur un procès à la cour de Charles Ier d’Anjou, roi de Sicile (Comines avant 1233 ?-Poitiers, 24 juin 1308) », P. Peduto et F. Widemann dir, L’ambiente culturale a Ravello nel Medioevo. Il caso della famiglia Rufolo, Bari, 2000, p. 165-241.
  • Wieruszowski H., « La corte di Pietro d’Aragona e i precedenti dell’impresa siciliana », Archivio Storico Italiano, 96, 1938, p. 141-162 et 200-217.
  • Wille Fr., « Quod sumus hoc eritis: die Begegnung von Lebenden und Toten im Regnum der Anjou », T. Michalsky (dir), Medien der Macht. Kunst zur Zeit der Anjous in Italien, Berlin, 2001, p. 225-239.
  • Yver G., Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au XIIIe et au XIVe siècle, Paris, 1903.
  • Zanichelli G., « La rappresentazione delle virtù cardinali a Napoli nell’età di Boccaccio », Boccaccio e Napoli,. Nuovi materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento, Atti del convegno Boccaccio angioino. Per il VII centenario della nascita di Giovanni Boccaccio, Napoli-Salerno, 23-25 ottobre 2013, Firenze, 2014, p. 267-276.
  • Zenari R., Saggio storico. I primi anni del regno di Giovanna Ia di Napoli, Massa Marittima, 1925.

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Comté de Tonnerre

Sceau de Marguerite de Bourgogne en 1292 (AD89, H1405-23 : Sigillum Margarete Dei gracia Jerusalem et Sicilie regine Tornodori comitisse Cenomannie Montis Mirabilis et Alodie domine)                    Comté de Tonnerre

 

Le comté de Tonnerre (à l’ouest du diocèse de Langres) reste quelques années sous le contrôle de Charles d’Anjou, à la suite de son mariage avec Marguerite de Bourgogne en 1268 et de longues négociations familiales. La mort de Charles Ier en 1285 provoque le retour du comté dans le giron de sa belle-famille. Marguerite est la petite-fille du duc de Bourgogne Hugues IV (1218-1272) et la fille du comte Eudes de Bourgogne († 1266), comte de Nevers, Auxerre et Tonnerre, et de Mahaut de Bourbon († 1262) de laquelle elle tient le comté de Tonnerre. Elle aurait été éduquée par son arrière-grand-mère Mahaud de Courtenay († 1257) à l’abbaye de Fontevrault. Mariée en 1268 à Charles d’Anjou, Marguerite hérite du comté de Tonnerre en 1273. Devenue veuve en 1285, elle se retire à Tonnerre en 1288. Elle cède le comté à son neveu Guillaume de Chalon († 1304) dès 1292 puis au fils de celui-ci, Jean de Chalon. Elle meurt en 1308.

Charles d’Anjou roi de Sicile, vitrail (détail),
hôpital de Tonnerre, c. 1293-1295.
Les vitraux de Bourgogne,
Franche-Comté et Rhône-Alpes, Paris 1986.

Le second mariage de Charles d’Anjou s’opère dans l’espace capétien. Clément IV favorise les négociations. Le roi de Sicile charge Geoffroi de Beaumont, devenu entre-temps son chancelier, de constituer un douaire, assigné sur Saumur ou à défaut Baugé ou Le Mans, en vertu d’une commission du 1er mai 1268. Louis IX approuve les négociations le 8 juin 1268, avec le cardinal Simon de Brie et le duc Eudes IV. Le pape accorde les dispenses matrimoniales et les noces ont lieu à Naples le 12 octobre 1268. Lorsque Hugues IV de Bourgogne teste le 26 septembre 1272 et décède, la dévolution de son héritage entre ses petites-filles donne lieu à diverses contestations. La sœur aînée Yolande († 1280), mariée au futur comte de Flandre Robert de Dampierre, conteste les droits de Marguerite sur le comté de Tonnerre, tandis que la puînée, Alix († 1290) et son époux Jean de Chalon, réclament également leur part au roi de France. Un partage a lieu, sous l’égide du parlement de Paris, par arrêt du 30 octobre 1273 : Yolande obtient le comté de Nevers et les baronnies de Donzy et Saint-Verain et quelques seigneuries du comté d’Auxerre ; Marguerite reçoit le comté de Tonnerre et quelques paroisses du comté d’Auxerre ; à Alix échoit le reste du comté d’Auxerre. En février 1274 à La Charité-sur-Loire, une nouvelle négociation accorde en compensation à Charles d’Anjou : Montmirail, Alluyes, Thorigny et Brugny (auj. Sarthe, Eure-et-Loir, Manche et Marne). Le roi de Sicile valide l’accord le 15 mai 1274. Le 7 juillet 1274, Grégoire X autorise Charles d’Anjou et Marguerite à prêter hommage à l’évêque de Langres Gui de Genève, par l’intermédiaire de leur procureur. Le 18 avril 1278, Charles fait hommage au nouveau duc Robert (1272-1306) pour Griselles, Laignes ainsi que la garde de l’abbaye de Pothières, du chef de sa femme. Parmi leurs domaines, on trouve aussi Bagneux, Beauvoir, Vitry, Bragelonne, Landes, Ricey, un terrage près de Molesme et Channe. Charles d'Anjou a battu monnaie à Tonnerre, comme en témoignent son denier et l’obole correspondante (voir aussi ici).

Comme reine, Marguerite disposait des services et serviteurs de l’hôtel de Sicile, ainsi que de son propre sceau. Pendant l’absence de Charles d’Anjou durant la croisade de 1270, elle assure une régence. Elle teste une première fois vers janvier 1272, alors peut-être enceinte. Mais aucun enfant du couple ne survit. Elle est présente aux côtés de Charles le 24 février 1284 à Paris, lors des négociations sur la guerre à mener pour reconquérir la Sicile. Marguerite perd son époux le 7 janvier 1285. Elle escorte son cœur jusqu’au couvent des frères Prêcheurs de Paris où il est inhumé. Au début de la captivité de Charles de Salerno, elle participe au conseil de régence du royaume de Sicile aux côtés de Robert d’Artois.

Pour ses biens du Tonnerrois, Marguerite prête à nouveau hommage au roi de France en 1285. Ses revenus et ses domaines sont désormais l’objet de nouvelles négociations et échanges au sein de son lignage et avec son oncle le duc Robert, le 28 mai 1285, le 21 janvier 1286, le 10 août 1287. Elle accroît aussi ses biens par divers achats. À partir du 28 mai 1285, elle semble attestée dans son comté de Tonnerre, à moins que ce ne soit seulement à compter de 1288. Elle bat monnaie et arbore sur son sceau sa titulature royale : « Margareta derelicta regina Sicilie, comitissa Tornodori ». Mais elle abandonne le gouvernement de son comté en 1293 et se consacre à ses fondations religieuses, moyennant une rente versée par ses neveux, ce qui lui permet de vivre confortablement dans son château de Tonnerre lié à l’ancien hôtel Dieu. Dès 1290, elle cède ses droits sur l’Anjou, également contre une pension. En juillet 1292, elle donne Brugny au duc de Bourgogne. Le 2 janvier 1293, elle partage ses possessions entre ses neveux Robert de Flandre et Guillaume de Chalon. Le 4 mai 1293, elle se démet de ses autres biens, par acte signifié à l’Église de Langres par son fidèle Bernard du Mex. Mais elle conserve le titre de comtesse de Tonnerre.

En novembre 1286, Marguerite fonde une chapellenie et un anniversaire à La Charité-lès-Lézinnes, un établissement de moniales cisterciennes au sud-est de Tonnerre. Elle accorde aussi des donations à l’abbaye cistercienne de Fontenay (diocèse d’Autun) et protège celle de Pontigny (diocèse d’Auxerre). En juillet 1289, Nicolas IV lui octroie le privilège de pouvoir visiter les abbayes cisterciennes avec une petite suite trois fois dans l’année. Elle fait construire en 1291 trois chapelles dans son château de Maulnes, en l’honneur des saintes Marie, Marguerite et Catherine, pour le salut de l’âme de son époux. À Tonnerre, elle fonde et dote un hôpital près des Fontenilles le 9 avril 1293, où elle choisit de se retirer. Le 12 avril 1296, l’hôpital est consacré en présence de Simon de Beaulieu, cardinal de Palestrina et légat, et de Bérard de Got, cardinal d’Albano. Avec l’appui de Boniface VIII, l’établissement échappe à la juridiction épiscopale (G. Digard, M. Faucon, A. Thomas, Les registres de Boniface VIII, Paris, 1885-1921, nos 21, 561, 562, 631, 1037). L’entourage proche de Marguerite est alors dominé par Catherine de Courtenay († 1308), la fille de Philippe, empereur de Constantinople, par Marguerite de Beaumont († 1328), fille de Louis de Brienne († c. 1285) et d’Agnès de Beaumont-au-Maine, et veuve de Bohémond de Tripoli († 1287), exécutrice du testament de Marguerite avec Marie de Brabant ancienne reine de France († 1322). Robert de Luzarches l’assiste comme aumônier.

Marguerite teste le 8 mai 1305 et dicte des codicilles le 31 août 1308 puis les 3 et 4 septembre suivants, en faveur de sa nièce Jeanne de Chalon. Elle décède le 4 septembre 1308 et est inhumée en sa fondation hospitalière de Tonnerre. La tombe de Marguerite, un gisant aux armes d’Anjou-Sicile et de Bourgogne, est édifiée dans la grande salle de l’hôpital. Elle est démantelée en 1793 et une nouvelle sépulture est élevée par P. Charles Bridant au XIXe siècle.

La fondation de la reine est juridiquement toujours en vigueur et la mémoire contemporaine garde très vivante son souvenir, en une fête populaire et une messe chaque 4 septembre.

 

Thierry Pécout (avec l’aide de Sylvie Le Clech-Charton)


*Sceau de Marguerite de Bourgogne en août 1287 (AD21, B 304 ; A. Coulon, Inventaire des sceaux de la Bourgogne, Paris, 1912, no 23 et pl. III ; base en ligne Sigilla : Bourgogne 23). Entre deux cercles de grènetis, [S'] MAR/GAR/[E]TE D(e)I : GRA(tia) IER(usa)L(e)M Z SCICILIE : REGINE / [T…]DORI : CO(m)ITISSE : CENOM(anie) : MO(n)TISMIR(abilis) Z A/LODI/E D(omi)NE : Sigillum Margarete Dei gratia Ierusalem et Scicilie regine Tornodori comitisse Cenomanie Montis Mirabilis et Alodie domine – Sceau de Marguerite par la grâce de Dieu reine de Jérusalem et de Sicile, comtesse de Tonnerre, dame du Mans, de Montmirail et d’Alluyes.

 

Carte Comté de Tonnerre
Biblio Comté de Tonnerre
  • Alcock N. W., Courtenay L. T., « Les chartes de Marguerite de Bourgogne : une étude préliminaire », Le Clech-Charton S. (dir.), Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe siècle : espaces, objets et populations, Dijon, 2010, p. 31-52.
  •  Beau A., Matton A., « Iconographie tonnerroise, vitraux du vieil hôpital représentant les portraits de Marguerite de Bourgogne et de son époux Charles Ier d'Anjou », Bulletin de la Société d'archéologie et d'histoire du Tonnerrois, 26, 1973, p. 51-55.
  • Bellée A., « Les revenus d’une reine au XIIIe siècle, propos d’un fait inédit de l’histoire du Maine », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, 19, 2e sér., 11, 1867-1868, p. 838-856.
  • Biton R., Chaussin Él., Marguerite de Bourgogne : comtesse de Tonnerre, reine de Sicile, Ancy-le-Franc, 2011.
  • Courtenay L. T., « Seigneurie et Charité : l'exercice du patronage de Marguerite de Bourgogne, Comtesse de Tonnerre », Le Clech-Charton S. (dir.), Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe siècle : espaces, objets et populations, Dijon, 2010, p. 13-30.
  • Fromageot J., Tonnerre et son comté, des origines à la Révolution française, Tonnerre, SAHT, 1973.
  • Le Clech-Charton S., L'hôtel-Dieu de Tonnerre, Langres, 2012.
  • Kurmann-Schwarz B., « Des œuvres d‘art commanditées pour un hôpital. L‘exemple de Notre-Dame des Fontenilles à Tonnerre », Hôpitaux au Moyen Âge et aux Temps modernes, France, Allemagne et Italie. Une histoire comparée, G. Drossbach (dir.), Munich, 2007, p. 175-191.
  • Le Clech-Charton S. (dir.), Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe siècle : espaces, objets et populations, Dijon, 2010.
  • Le Clech-Charton S., « Espaces, objets, populations dans les établissements hospitaliers du Moyen Âge au XXe siècle », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre –BUCEMA, 13, 2009, p. 199-205.
  • Le Clech-Charton S., « Le trésor de l’hôpital de Tonnerre : usages et significations (XIVe-XIXe siècle) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre –BUCEMA, 14-1, p. 129-145.
  • Le Maistre L., « Marguerite de Bourgogne, reine de Naples, de Sicile et de Jérusalem, comtesse de Tonnerre », Annuaire historique du département de l'Yonne, 31, 1867, p. 43-109.
  • Le Maistre L., « Sur les sceaux de Marguerite de Bourgogne, comtesse de Tonnerre, reine de Naples, de Sicile et de Jérusalem », Recueil des travaux de la Société de sphragistique de Paris, 2, 1852-1853, p. 141-51.
  • Lemoine G., « La maison et les toilettes de Marguerite de Bourgogne », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 5e sér., 5, 1921, p. 43-50.
  • Lillich M. P., The Queen of Sicily and Gothic Stained Glass in Mussy and Tonnerre, Philadelphie, 1998.
  • Longnon A., Documents relatifs au comté de Champagne et de Brie, 1112·1361, Paris, 1901-1914.
  • Luyt R., La Princesse charitable et aulmoniere, ou l'histoire de la reyne Marguerite de Bourgongne, comtesse de Tonnerre, Troyes, 1653, rep. Tonnerre, 1979.
  • Mathieu J.-B.-J., Abrégé chronologique de l'histoire des évêques de Langres, 2e éd., Langres, 1844.
  • Petit E., « Archives de l'hôpital de Tonnerre. Le cartulaire. L'obituaire », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1906, p. 10-32.
  • Petit E., Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, Dijon, 1898.
  • Plancher U., Histoire générale et particulière de Bourgogne, t. 2, Dijon, 1741, nos LXII, LXXV, CIV, CXIII-CXVIII, CXXXIII-CXXXIV, CXXXVI-CXXXVII, p. XXXI, XXXIII, LVII-LVIII, LXIV-LXVI, LXXXI-LXXXIII.
  • Quantin M., Recueil de pièces pour faire suite au Cartulaire général de l'Yonne : XIIIe siècle, SSHSY, Auxerre, 1873, no 678, p. 340-341.
  • Quénée N., L'Hôpital Notre Dame des Fontenilles à Tonnerre, 2e éd., La Pierre-qui-Vire, 1979.
  • Richard J., « Marguerite de Bourgogne, reine de Jérusalem », Actes du VIIe centenaire de l’Hôtel-Dieu des Fontenilles, Tonnerre, 1292-1992, L. Skorda, J.-P. Fontaine (dir.), Bulletin annuel de la Société d’archéologie et d’histoire du Tonnerrois, 45, 1992, p. 21-33.
  • Richard J., Les ducs de Bourgogne et la formation du duché de XIe au XIVe siècle, Paris,1954.
  • Roserot A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale (Aube), des origines à 1790, Langres-Troyes, 1942, rep. Marseille, 1983-1984.
  • Roussel Ch.-Fr., Le diocèse de Langres, histoire et statistique, Langres, 1873.
  • Sassier Y., « Conflit de succession entre héritières et sentence du parlement royal au XIIIe siècle : la partition du grand comté de Nevers-Auxerre-Tonnerre (Toussaint 1273) », B. Caseau, S. R. Huebner (dir.), Inheritance, Law and Religions in the Ancient and Mediaeval Worlds : Orient and Occident, Paris, 2014, p. 67-74.
  • Villetard M., L'hôpital de Tonnerre d'après ses documents d’archives historiques (1789-1814), doctorat d’Histoire de l’art, Université de Paris-Ouest-Nanterre, 2015.

Ressources en ligne :

 

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Royaume de Jérusalem

Armoiries Anjou_Sicile_Jérusalem                    Le royaume de Jérusalem (1277-1284)

Acre, la vieille ville depuis l'enceinte
Acre, la vieille ville depuis l'enceinte
cl. D. Carraz

Après la chute de Jérusalem en 1244, la capitale du royaume fut déplacée à Saint-Jean d’Acre. La domination latine s’étiola face aux assauts du sultan mameluk d’Égypte, Al-Malik az-Zâhir Rukn ad-Dîn Baybars al-Bunduqdari (1260-1277), qui avança en 1263 en Galilée (prises de Nazareth, du Mont-Tabor et sans doute de Belvoir), s’empara successivement de Césarée (5 mars 1265), Haïfa (1266), Safed (25 juillet 1266), Le Toron (1266), Jaffa (7 mars 1268), Antioche (18 mai 1268), et du Krak des Chevaliers (8 février 1271). Al-Mansûr Sayf ad-Dîn Qala’ûn al-Alfî (1279-1290) prit Marqab le 25 mai 1285, Lattaquié en 1287 puis Tripoli le 28 avril 1289. Mais le traité du 3 juin 1283 compte encore Haïfa, Le Toron et Safed au nombre des possessions franques. Le fils de Baybars, Al-Achraf Salâh ad-Dîn Khalîl ben Qala'ûn (1290-1293), acheva la conquête en assiégeant Acre qui tomba le 28 mai 1291, suivi de Tyr (juin 1291), Saïda (14 juillet 1291), Atlit et Beyrouth (21 juillet 1291), Tartous et Château-Pèlerin (3 et 14 août 1291), tandis que restèrent aux mains des Latins jusqu’en 1302 l’île d’Arouad près de Tartous et Gibelet (J'baïl). Dès 1291, la royauté de Jérusalem devint une titulature sans contenu territorial, transmise par les rois et reines des deux maisons d’Anjou jusqu’à la fin du XVe siècle.

Charles d’Anjou connaissait bien la Terre Sainte et ses enjeux depuis la croisade de 1248-1254. En outre, lors de celle de 1270, il s’était constitué une zone tributaire en Ifriqiya aux dépens du sultan hafside. À l’issue de la croisade de Tunis, Charles d’Anjou et Robert d’Artois imposèrent en effet un tribut à Abû `Abd Allah Muhammad al-Mustansir (1249-1277), lors du traité du 30 octobre 1270. Cette charge, que les Angevins placent dans la continuité des Normands et des Staufen, fut effectivement perçue dans les années qui suivirent. En septembre 1272, Charles Ier dépêcha ainsi à Tunis Robert l'Enfant, Matteo de Riso de Messine et Nicolò de Ebdemonia de Palerme, Giovanni da Lentini et Giacomo di Tassis, prieur hospitalier de Messine, pour prendre possession du versement. D’autres missions aux fins similaires furent dépêchées en novembre 1275 et en avril 1278. Le sultan de Tunis est désigné comme tributarium nostrum nobisque confederatum. Mais le roi d’Aragon noue des contacts de plus en plus étroits avec les Hafsides, la sécession de la Sicile en 1282 coupe les Angevins de leur zone d’influence africaine, tandis que la royauté de Jérusalem met Charles d’Anjou face à forte partie.

Acre, structure du port
Acre, structure du port
cl. D. Carraz

Quand Conradin, qui avait hérité de son grand-père Frédéric II († 1250) et de son père Conrad IV († 1254) du titre de roi de Jérusalem, fut exécuté en 1268, le titre royal se trouva disputé entre ses cousins Hugues III de Lusignan (1269-1284) et Marie († c. 1307), fille de Bohémond IV d’Antioche. Le premier le transmit à sa dynastie qui détenait aussi la royauté de Chypre, tandis que Marie d’Antioche ne tarda pas à céder ses droits à Charles d’Anjou, sans doute le 15 janvier 1277 (le traité ne nous est pas parvenu). Au printemps 1277, Ruggero Sanseverino († 1285), comte de Marsico, appareilla avec une flotte à Brindisi, débarqua le 7 juin, s’empara d’Acre en septembre et évinça le connétable et bailli Balian d’Ibelin († 1277), avec le soutien de l’ordre du Temple et des Vénitiens bien implantés à Tyr. Il prit possession du royaume, reçut des hommages et l’administra au nom de Charles d’Anjou jusqu’en 1282, avec le titre de baile du royaume de Jérusalem. Mais Charles Ier ne commença à porter la titulature et les armes de roi de Jérusalem qu’au début du mois de juillet 1277.

À l’époque angevine, le territoire sous le contrôle du sénéchal Eudes Poilechien se réduit à une bande littorale polarisée autour de places-fortes et de villes, mais semble encore remarquablement peuplé. Le traité du 3 juin 1283 mentionne les grandes agglomérations ainsi que les villages dépendant en grand nombre : Acre et 73 villages ; Saïda et 15 villages ; Haïfa et 7 villages jusqu’au Mont-Carmel ; Atlit ; Tyr et Le Toron avec 99 villages ; Safed et ses 160 villages, outre des domaines de l’Hôpital près de Césarée. L’administration du royaume a connu au XIIIe siècle une nette évolution, due en partie à la rétractation de son territoire sur quelques places-fortes et à la faiblesse ou l’absence des souverains en titre. Ainsi, les offices de chambellan, bouteiller, chancelier n’ont plus été pourvus. En revanche, se sont affirmés les pouvoirs de commandements militaires, autour du connétable et de son second le maréchal, du sénéchal, ainsi que la fonction de bailli, véritable vice-roi, ou encore celles de vicomte, pour la police et la justice urbaines à Acre, et de châtelain. En 1277, Eudes Poilechien, noble français neveu du cardinal Simon de Brie et implanté dans la terre d’Otrante, est nommé sénéchal, Richard de Neublans, originaire de Bourgogne, connétable, Jacques Vidal maréchal, Girard le Raschas vicomte d’Acre, Guillaume de Roussillon, seigneur d’Annonay, puis Milon de Haïfa (Miles de Caïphas) capitaines. À partir de 1282, Charles d’Anjou confie la défense d’Acre au sénéchal Eudes Poilechien.

Atlit depuis le cimetière croisé
Atlit depuis le cimetière croisé
cl. D. Carraz

 

Les Angevins doivent compter avec un baronnage local puissant et divisé. Ainsi par exemple pour ce qu’il reste de la principauté d’Antioche et du comté de Tripoli, Bohémond VII ; pour Tyr, sous la seigneurie de Jean de Montfort (1270-1283) puis de son fils Onfroy de Montfort (1283-1284) ; ou pour Beyrouth, contrôlé par Isabelle d’Ibelin (1264-1282) puis son beau-frère Onfroy de Montfort (1282-1283). Les ordres militaires, templiers et hospitaliers, gardent plusieurs forteresses mais restent fidèles au roi de Sicile, sous la conduite de leurs maîtres respectifs Guillaume de Beaujeu (1273-1291) et Nicolas de Lorgne (1277-1284). Les partisans des Angevins choisissent la paix avec le sultan Qala’ûn et donc la neutralité à l’égard des Mongols, ce qui conduit en juin 1283 au renouvellement de la trêve décennale conclue le 22 avril 1272 à Césarée.

La domination angevine ne dura que quelques années et ne se maintint pas au-delà du règne de Charles d’Anjou. Après la mort de ce dernier, le fils d’Hugues III, Henri II de Lusignan († 1324), s’empara d’Acre par la négociation le 29 juin 1286, et conserva la ville jusqu’à sa chute face aux troupes du sultan en 1291.

 

Thierry Pécout (avec l’aide de Damien Carraz)

 


*Armoiries : Carpentras, Bibl. Inguimbertine, ms 1770, fol. 470.

Carte Royaume de Jérusalem
Le royaume de Jérusalem et son environnement au XIIIe siècle
Biblio Royaume de Jérusalem
  • Balard M., « Carlo I d’Angiò e lo spazio mediterraneo », G. Musca (éd.), L’eredità normanno-sveva nell’età angioina : persistenze e mutamenti nel Mezziogiorno. Atti delle quindicesime giornate normanno-sveve, Bari, 22-25 ottobre 2002, Bari, 2004, p. 85-100.
  • Baldwin Ph. B., « Charles of Anjou, Pope Gregory X and the crown of Jerusalem », Journal of Medieval History, 38, 2012, 4, p. 424-442.
  • Barag D., « A New Source Concerning the Ultimate Borders of the Latin Kingdom of Jerusalem », Israel exploration journal, 29, 1979, p. 197-217.
  • Borghese G. L., Carlo I d’Angiò e il Mediterraneo. Politica, diplomazia e commercio internazionale prima dei Vespri, Rome, 2008.
  • Carraz D., « Christi fideliter militantium in subsidio Terre Sancte. Les ordres militaires et la première maison d’Anjou (1246-1342) », I. C. Ferreira Fernandes (dir.), As Ordens Militares e as Ordens de Cavalaria entre o Ocidente e o Oriente, (Actas do V Encontro sobre Ordens Militares, Palmela, 15 a 18 de fevereiro de 2006), Palmela, 2009, p. 549-582.
  • Carraz D., « Pro servitio maiestatis nostre. Templiers et hospitaliers au service de la diplomatie de Charles Ier et Charles II », Z. Kordé, I. Petrovics (dir.), La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Actes du colloque international de Szeged-Visegrád-Budapest, 13-16 septembre 2007, Rome-Szeged, 2010, p. 21-42.
  • Claverie P.-V., « Un exemple de transfert logistique lié à la défense de la Terre Sainte : Le passage en Orient de Guillaume de Roussillon (1275) », M. Balard, A. Ducellier (dir.), Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles), Paris, 2002, p. 475-483.
  • Claverie P.-V., « L'ordre du Temple au cœur d'une crise politique majeure : la Querela Cypri des années 1279-1285 », Le Moyen Âge, t. 104, 1998, 3-4, p. 495-507.
  • Dodu G., Histoire des institutions monarchiques dans le royaume latin de Jérusalem (1099-1291), Paris, 1891.
  • Durrieu P., Les Archives angevines de Naples, étude sur les registres du roi Charles Ier (1265-1285), 1, Paris, 1886, p. 189, p. 202-203.
  • Edbury P. W., The Kingdom of Cyprus and the Crusades, 1191-1374, Cambridge, 1991.
  • Grousset R., Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, 3, 1188-1291. L'anarchie franque, Paris, 1936.
  • Hélary X., « Les rois de France et la Terre sainte, de la croisade de Tunis à la chute d’Acre (1270-1291) », Annuaire-Bulletin de la société de l'histoire de France, 2007, année 2005, p. 21-104.
  • Khamisy R. G., « The Treaty of 1283 between Sultan Qalawun and the Frankish Authorities of Acre : a New Topographical Discussion », Israel exploration journal, 64, 2014, p. 72-102.
  • Major B., Medieval Rural Settlements in the Syrian Coastal Region (12th and 13th Centuries), Oxford, 2016.
  • La Monte J. L., Feudal Monarchy in the Latin Kingdom of Jerusalem (1100-1291), Cambridge (MA), 1932.
  • Mas Latrie J. M. J. L. de, Histoire de l'île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, 1, Paris, 1861, p. 455-480.
  • Prawer J., Histoire du royaume latin de Jérusalem, 2, Les croisades et le second royaume de Jérusalem, Paris, 1969 (rééd. 2001).
  • Purcell M., Papal Crusading Policy : the Chief Instruments of Papal Crusading Policy and Crusade to the Holy Land from the Final Loss of Jerusalem to the Fall of Acre (1244-1291), Leiden, 1975.
  • Riley-Smith J., « The Crown of France and Acre (1254-1291) », D. H. Weiss, L. J. Mahoney, L. Cindrich (dir.), France and the Holy Land : Frankish Culture at the End of the Crusades, Baltimore, 2004, p. 45-62.
  • Riley-Smith J., The feudal Nobility and the Kingdom of Jerusalem (1174-1277), Londres, 1974, p. 225-228, 314.
  • Toomaspoeg K., « Charles Ier d’Anjou, les ordres militaires et la Terre Sainte », I. C. Ferreira Fernandes (dir.), As Ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros. Actas do VI Encontro sobre Ordens militares, 2, Palmela, 2012, p. 760-777.
  • Borghese G. L., « Les rapports entre le royaume de Sicile et l'Afrique du nord (Ifrîqiya et Égypte) sous le règne de Charles Ier d'Anjou (1266-1285) », Grévin B. (dir.), Maghreb-Italie. Des passeurs médiévaux à l’orientalisme moderne (XIIe-milieu XXe siècle), Rome, 2010, p. 49-66.
  • Dufourcq Ch.-E., « La couronne d’Aragon et les Hafsides au XIIIe siècle », Analecta Sacra Tarraconensia, 25, 1952, p. 51-63.
  • Fodale S., s. v. « Lentini, Giovanni da », Dizionario Biografico degli Italiani, 64, Rome, 2005, p. 373-376.
  • Hélary X., La dernière croisade, Paris, 2016.
  • Longnon J., « Charles d'Anjou et la croisade de Tunis », Journal des savants, 1974, p. 44-61.
  • Lower M., The Tunis Crusade of 1270 : a Mediterranean History, Oxford, 2018.
  • Rugolo C. M., s. v. « De Riso, Matteo », Dizionario Biografico degli Italiani, 39, Rome, 1991, p. 132-135.
  • Sternfeld R., Ludwigs des Heiligen Kreuzzug nach Tunis 1270 und die Politik Karls I. von Sizilien, Berlin, 1896.

Contenu espace

Contenu espace

Présentation R. Hongrie

                    Le royaume de Hongrie

Château de Diósgyőr (Miskolc, nord de la Hongrie),
cl. Enikö Csukovits

La Hongrie chrétienne a été fondée par le premier roi hongrois, Étienne Ier en l’an 1000. Les rois issus de sa dynastie, appelée la maison Arpadienne, ont régné entre 1000 et 1301. Le royaume comprenait tout le bassin des Carpathes, c’est-à-dire plus de 300 000 km². Suivant une formule fixée au cours du XIIIe siècle, les rois de Hongrie s’arrogeaient une titulature énumérant les noms de neuf pays ou provinces : « Par la grâce de Dieu, roi de Hongrie, de Dalmatie, de Croatie, de Rascie, de Serbie, de Galicie, de Lodomérie, de Cumanie et de Bulgarie ». Le règne des rois de Hongrie sur la Croatie débuta en 1091, et s’est étendu de 1102 jusqu’à 1918 ; le couronnement comme roi de Hongrie légitimait ipso facto le règne sur la Croatie. Les rois de Hongrie portaient le titre de roi de Dalmatie depuis 1106, mais le territoire en question se trouva tour à tour sous domination hongroise ou vénitienne. Les autres éléments de la titulature ne renvoient qu’à une courte période de domination effective : ils ne sont que des titres présomptifs, au moyen desquels la mouvance de la couronne hongroise pouvait s’élargir. Du fait de l’éloignement territorial, se sont formées deux entités à gouvernement spécial, souvent appelés des pays (regnum) dans les sources, mais qui ne figurent jamais parmi les titres des rois de Hongrie : il s’agit de la Transylvanie aux marches orientales, et de la Slavonie, située au sud du fleuve Drave. On notera que le territoire de la Croatie médiévale et celui de la Croatie actuelle ne correspondent pas : au Moyen Âge, seuls les territoires au sud de la montagne Kapela faisaient partie de la Croatie, ceux situés entre la Kapela et le fleuve Drave relevaient de la Slavonie.

Le Royaume de Hongrie se trouvait sur la frontière de deux aires culturelles différentes : la chrétienté occidentale s’achevaient sur ses marches orientales et méridionales ; en poursuivant sa route, le voyageur gagnait les terres orthodoxes ou même païennes. Jusqu’au milieu du XIVe siècle, le long de la frontière de la Pologne et de la Hongrie se trouvait la principauté de Galicie. Sur sa frontière orientale, s’étendait l’Empire nomade de la Horde d’Or des Tartares. De son territoire, deux principautés autonomes se sont dégagées au cours du XIVe siècle : les deux voïvodats roumains. Les voisins méridionaux de la Hongrie étaient la Serbie et, sur une courte partie du Bas-Danube, la Bulgarie.

Le règne de la dynastie angevine en Hongrie dura presqu’un siècle, trois générations, de 1301 à 1395. Les prétentions de la famille reposaient sur le mariage de Charles II de Sicile, fils de Charles Ier de Sicile, avec la princesse hongroise Marie. C’est en 1292 que le fils de Charles II et de Marie, Charles Martel, prit le titre présomptif de « roi de Hongrie », mais il n’a jamais mis le pied dans le pays. À la suite de sa mort précoce, c’est à son fils Charles, encore enfant, qu’incomba la tâche de conquérir la couronne hongroise. Le jeune prétendant arriva en Hongrie en 1300. Après une âpre lutte armée, il réussit, au début des années 1320, à mettre fin à la longue division du royaume pour s’imposer dans les années 1330 comme l’un des plus puissants princes d’Europe orientale. Dès 1335, il joua un rôle de médiateur entre les deux rois en conflit Casimir III (le Grand) de Pologne et Jean de Bohême.

Château de Diósgyőr, cour intérieure, cl. Enikö Csukovits

Charles Ier de Hongrie laissa sa couronne à son fils aîné Louis, également héritier du trône polonais, en vertu du traité de succession conclu en 1339. En 1333, Charles conduisit personnellement son cadet André à Naples, pour le fiancer avec Jeanne, la petite-fille et héritière du roi Robert de Sicile. Selon l’accord passé entre les deux rois, le jeune couple pourra se succéder au trône de Naples. Après la mort de Charles en 1342, Louis fut couronné roi de Hongrie sans obstacles, mais le projet napolitain échoua : le prince André fut assassiné en 1345.

Louis Ier mena une politique extérieure d’expansion par d’innombrables campagnes militaires. Le fruit de celles-ci ne fut que très rarement l’acquisition réelle et durable d’un territoire. Il s’agit plutôt d’élargir l’aire d’influence du royaume. Sous le prétexte du meurtre de son frère, il mena une campagne contre Naples en 1348, occupa le pays et prit le titre du roi de Jérusalem et de Sicile. Son règne napolitain ne pouvait perdurer : malgré une deuxième campagne et plusieurs victoires militaires, il dut composer avec la reine Jeanne en 1352. Il ne renonça pas à sa prétention au trône, mais ses troupes quittèrent l’Italie. Sur les côtes de la Dalmatie, il rétablit sa domination au cours des années 1356-1357, renforcée par deux accords de paix conclus avec Venise en 1358 et 1381. Après la mort de Casimir III en 1370, Louis fut couronné roi de Pologne, en application du traité de succession. Dans les dernières années de sa vie, les affaires de Naples prirent un tour heureux : en 1381, son protégé le prince Charles de Durazzo s’empara de Naples et se fit couronner sous le nom de Charles III, après avoir fait assassiner la reine Jeanne. En 1385, Charles fut sollicité par un groupe de notables pour ceindre la couronne hongroise, mais il fut lui-même assassiné en février 1386.

Louis le Grand n’avait pas d’héritier mâle, ses deux couronnes sont donc tombées en quenouille : après la mort de son père en 1382, Marie devint la première reine régnante de Hongrie, tandis que sa sœur Hedwige monta sur le trône polonais en 1384. Hedwige dut épouser le grand-duc de Lituanie, Jagellon, tandis que Marie s’unit à Sigismond de Luxembourg. Les deux sœurs moururent jeunes, à la naissance de leurs premiers nés : Marie en 1395, Hedwige en 1399. Elles portèrent leurs titres royaux respectifs jusqu’à leurs décès, mais l’autorité réelle était passée entre les mains de leurs maris respectifs.

 

Enikő Csukovits, Judit Csákó

Carte R. Hongrie
Hongrie
Biblio R. Hongrie

Sources manuscrites

Base de données « Les sources d’archives de la Hongrie médiévale »

Sources narratives éditées

  • Szentpétery E. (éd.), Scriptores rerum Hungaricarum tempore ducum regumque stirpis Arpadianae gestarum, I–II, Budapestini, 1937–1938.
  • Thurócz J. de, Chronica Hungarorum, I, Textus, éd. E. Galántai et J. Kristó, Budapest, 1985 (Bibliotheca scriptorum medii recentisque aevorum. Series Nova, 7)

Sources d’archives éditées, regestes

Ouvrage généraux ou collectifs

  • Csukovits E., Az Anjouk Magyarországon, I, I. Károly és uralkodása (1301–1342) [Les Angevins en Hongrie I, Charles Ier et son règne], Budapest, 2012 (Magyar Történelmi Emlékek, Értekezések)
  • Csukovits E. (dir.), L’Ungheria angioina, Roma, 2013 (Bibliotheca Academiae Hungariae – Roma. Studi, 3)
  • Engel P., Kristó Gy., Kubinyi A., Histoire de la Hongrie médiévale. Tome 2. Des Angevins aux Habsbourgs, Rennes, 2008, p. 19-111.
  • Engel P., The Realm of St Stephen. A History of Medieval Hungary, 895-1526, London – New York, 2001, p. 124-197.
  • Hóman B., Gli Angioni di Napoli in Ungheria, 1290–1403, Versica dall’ungherese di Luigi Zambra e Rodolfo Mosca, Roma, 1938.
  • Kristó Gy., Engel P. et Makk F. (éd.), Korai magyar történeti lexikon (9-14. század) [Dictionnaire de la Hongrie médiévale, 9-14e siècles] Budapest, 1994.
  • Pór A., Nagy Lajos 1326–1382 [Louis le Grand, 1326–1382], Budapest, 1892 (Magyar történeti életrajzok). (1) & (2)
  • Vardy S. B., Grossschmid G., Domonkos L. S. (dir.), Louis the Great, King of Hungary and Poland, New York, 1986 (East European monographs, 194)

Travaux spécialisés (élite politique, histoire institutionnelle et des officiers)

Contenu espace

Contenu espace

Présentation R. Pologne

                    Le royaume de Pologne

Le Royaume de Pologne de la deuxième moitié du XIVe siècle, dominé entre 1370 et 1385 par les Angevins de Hongrie, comprenait un ensemble de territoires formé par la Petite-Pologne (« Nouvelle Pologne », aux alentours de Cracovie et de Tarnów), la Grande-Pologne (« Ancienne Pologne », aux alentours de Gniezno et de Poznań) ainsi que les régions nordiques de la Mazovie et la Cujavie. Ces provinces constituaient le noyau du pays polonais. À l’Est, l’État s’étendait également, grâce aux conquêtes récentes de Casimir III le Grand (1333-1370), à la Galicie, la Podolie et la partie occidentale de la Volhynie. Le royaume, devenu sous la restauration Piast (1320-1385) l’une des puissances les plus importantes de l’Europe centrale, connut pendant les siècles précédents une histoire tourmentée.

Cour du Collegium Majus, Cracovie, cl. Enikö Csukovits

La monarchie polonaise prend ses racines en 966, lorsque Mieszko (963-992), prince de la tribu slave des Polanes établie sur les bords de la rivière Warthe (la future Grande-Pologne), se convertit au christianisme. Son fils Boleslas Ier le Vaillant (992-1025) fonda l’archevêché de Gniezno – ce qui marqua la naissance de l’Église polonaise indépendante de l’Empire – et se fit couronner roi en 1025. À la mort de son successeur Mieszko II (1025-1034), le pays tomba dans le chaos. Le centre du pays se déplaça de la Grande-Pologne en Petite-Pologne. Le morcellement du royaume s’effectua d’abord en 1058 – date à laquelle le pouvoir fut divisé entre les fils de Casimir Ier le Restaurateur (1034-1058). Bien que Boleslas III dit Bouche-Torse (1102-1138) ait réussi à réunifier la Pologne en 1106, ses fils se partagèrent le territoire en 1138 : le démembrement politique se maintient pendant les deux siècles suivants.

C’est au chroniqueur de Boleslas III d’origine franque – connu dans l’historiographie sous le nom de l’Anonyme Gaulois – que nous devons la première mention de l’ancêtre de la dynastie : le prince Piast, qui prêta son nom, dans les œuvres des historiens du XIXe siècle, à la première maison royale de Pologne.

Pendant le XIIIe siècle, en dépit du manque d’unité, les duchés connurent un essor économique grâce aux marchands allemands qui arrivèrent en grand nombre et firent fleurir les villes. En 1226, l’Ordre Teutonique, expulsé de Hongrie, répondit à l’appel du duc Conrad de Mazovie († 1247) et s’établit en Poméranie. Les chevaliers ne se contentèrent pas du rôle de protecteurs des frontières nordiques contre les Prussiens païens, mais fondèrent un nouvel État et coupèrent peu à peu la Pologne de la mer Baltique. En 1241, les Mongols dévastèrent les terres polonaises, mais arrêtèrent leur progression suite à leur victoire sur les armées du duc Henri II le Pieux († 1241) à la bataille de Legnica (Silésie). À la suite de vaines tentatives d’unification, la dynastie tchèque des Přemysl s’empara du pouvoir au tournant du XIIIe et du XIVe siècle, mais s’éteignit quelques années plus tard à la mort de Venceslas III (1305-1306). Cela permit à Ladislas Ier dit Petite-Coudée (« Łokietek » en polonais) d’unifier les duchés dans une longue lutte de deux décennies. En 1320, une fois rassemblées sous son autorité les provinces polonaises, le duc se fit couronner roi à Cracovie.

Sous les règnes de Ladislas Ier (1320-1333) et Casimir III le Grand (1333-1370), le Royaume de Pologne devint un État considérable en Europe centrale, mais les Piast durent faire face aux prétentions au trône des Luxembourg – héritiers du royaume de Bohême –, ainsi qu’au pouvoir croissant de l’Ordre Teutonique dans les régions Baltiques. Ils cherchèrent donc l’alliance du roi angevin de Hongrie, Charles Ier (1308-1342), marié depuis 1320 à Élisabeth, fille de Ladislas Ier. Ce dernier souverain agit comme le médiateur d’un compromis entre Casimir III et Jean Ier de Luxembourg (1310-1346) : selon le pacte de Visegrád (1335), le roi de Bohême renonça au trône de Pologne en échange de la Silésie. Casimir s’entendit également avec les chevaliers teutoniques : l’Ordre promit de payer une indemnité, lors de l’accord de Kalisz conclu en 1343, en compensation de la perte de Gdańsk par les Polonais, et rendit la Cujavie au roi. Le monarque augmenta le territoire de son pays en entamant une guerre contre la Lituanie en 1340.

Le dernier souverain de la dynastie des Piast est connu dans l’historiographie pour avoir consolidé l’État polonais en centralisant l’administration, réformant les institutions judiciaires et réglant les impôts collectés au nom du roi. Casimir fonda l’université de Cracovie en 1364.

En 1370, Casimir III mourut sans descendant mâle et Louis Ier dit le Grand (roi le Hongrie en 1342-1382 et roi de Pologne en 1370-1382) – fils de Charles Ier de Hongrie – lui succéda au trône. La période 1370-1382 est l’époque de l’union personnelle polono-hongroise. Le nouveau monarque fut reçu à Stary Sącz – ville à la frontière du Royaume de Hongrie et du Royaume de Pologne – par une partie de l’aristocratie polonaise, tandis que l’autre partie de l’élite politique assistait aux funérailles de Casimir dans la cathédrale du château royal du Wawel à Cracovie. Ces événements symbolisent les opinions divergentes concernant l’arrivée au pouvoir de Louis : tandis que les seigneurs de la Petite-Pologne accueillirent plutôt favorablement le souverain issu de la dynastie angevine, les magnats de la Grande-Pologne – ceux qui évitèrent d’aller à la rencontre du nouveau roi – auraient préféré l’avènement au trône des Luxembourg. La succession avait été réglée par des traités politiques conclus par Casimir et les Angevins de Hongrie, mais sa parenté avec les Piast assura également le trône à Louis : Casimir laissa son pays au fils de sa sœur Élisabeth. L’image peu avantageuse que l’historiographie polonaise peint du règne de Louis le Grand est grandement due au récit partial de Jean de Czarnków : le chroniqueur, appartenant à l’opposition au monarque angevin, ne montra aucune sympathie à l’égard du successeur du dernier Piast. En 1374, Louis édita sa célèbre charte de Kassa (aujourd’hui Košice en Slovaquie) dans laquelle il régla plusieurs questions liées au gouvernement de l’État polonais. Par ces dispositions, les charges du royaume devaient être remplies par des officiers polonais. Le roi détermina les impôts et l’hérédité de la couronne : à défaut de descendants mâles, ses filles pouvaient monter sur le trône polonais. En son absence, Louis confia les affaires de la Pologne à sa mère, Élisabeth Piast († 1380). Mais l’insatisfaction envers le régime angevin s’illustra dans l’émeute de Cracovie de 1376.

À la mort de Louis, ses filles lui succédèrent dans ses deux royaumes : Marie en Hongrie et Hedwige en Pologne. Hedwige, qui fut couronnée à Cracovie en 1384, dût rompre ses fiançailles avec Guillaume de Habsbourg et épouser, sous la pression de la noblesse polonaise, le grand-duc de Lituanie, Jagellon qui se convertit au christianisme. Leur mariage en 1386 marqua le début de l’union personnelle lituano-polonaise (jusqu’en 1569). Si la reine porta son titre jusqu’à sa mort en 1399, le pouvoir royal fut en fait exercé par son mari (Ladislas II Jagellon, 1386-1434).

Enikő Csukovits, Judit Csákó

Carte R. Pologne
Pologne
Biblio R. Pologne

Éditions de sources

Sources narratives

Sources d’archives           

  • Bartoszewicz J., Bobowski N., Helcel A. S., Muczkowski A. et Rzyszczewski L. (éd.), Kodex dyplomatyczny Polski. Codex diplomaticus Poloniae, I–IV, Varsoviae, 1847–1887.
  • Gąsiorowski A., Jasiński T., Jurek T., Kowalewicz H., Piekosiński F., Skierska I., Walczak R. et Zakrzewski I. (éd.), Kodeks dyplomatyczny Wielkopolski. Codex diplomaticus Maioris Poloniae, I–XI, Poznań – Warsawa, 1877–1999.
  • Kuraś S., Pacuski K., Piętka J., Sułkowska-Kuraś I. et Wajs H. (éd.), Nowy kodeks dyplomatyczny Mazowsza. Codex diplomaticus Masoviae novus, II–III, Warsawa – Wrocław, 1989–2000 (Polska Akademia Nauk. Instytut Historii)
  • Kuraś S. et Sułkowska-Kuraś I. (éd.), Bullarium Poloniae litteras apostolicas aliaque monumenta Poloniae Vaticana continens, I–VI, Romae – Lublini, 1982–1998.
  • Piekosiński F. (éd.), Kodeks dyplomatyczny małopolski. Codex diplomaticus Poloniae minoris, I–IV, Cracoviae, 1876–1905 (Monumenta medii aevi historica res gestas Poloniae illustrantia, 3, 9, 10, 17) (Editionum Collegii historici Academiae literarum Cracoviensis)
  • Piekosiński F., (éd.), Kodeks dyplomatyczny miasta Krakowa 1257–1506. Codex diplomaticus civitatis Cracoviensis 1257–1506. I–II, Kraków, 1879–1882 (Monumenta medii aevi historica res gestas Poloniae illustrantia, 5) (Editionum Collegii historici Academiae literarum Cracoviensis)

La Pologne médiévale

  • Davies N., God's Playground. A History of Poland. I. The Origins to 1795, Oxford, 1981.
  • Halecki O. et Gromada Th. V., Jadwiga of Anjou and the rise of East Central Europe, Boulder, Colo., 1991 (East European monographs, 308) (Atlantic studies on society in change, 73)
  • Jasienica P., Piast Poland, New York, 1985.
  • Jasienica P., Jagellonian Poland, Miami, 1978.
  • Knoll P. W., The Rise of the Polish Monarchy. Piast Poland in East Central Europe, 1320–70, Chicago – London, 1972.
  • Wojciechowski, Z., Mieszko I and the rise of the Polish State, Toruń – London, 1936 (The Baltic Pocket Library)

La dynastie angevine en Pologne

Société et institutions

 

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Albanie

                    

            Albanie Épire – îles Ioniennes

 

 

Après la Quatrième croisade de 1204, l’Épire a constitué l’un des trois États successeurs de l’Empire byzantin, aux côtés de Nicée et Trébizonde. Fondé et gouverné pendant longtemps par une branche de la dynastie impériale des Comnènes, l’État épirote s’étendait initialement de Naupacte à Dyrrachion et s’opposa à la fois aux Latins et aux Nicéens, qui restaurèrent l’empire byzantin en 1261. L’échec des souverains épirotes à restaurer l’Empire à leur profit les conduisit à porter le titre de « despote », le plus important après celui d’empereur. L’Épire constitua donc un pivot essentiel de la politique orientale angevine, en raison de sa position stratégique sur la route de Thessalonique et de Constantinople. Les Angevins cherchèrent alternativement à s’en faire une alliée, à la vassaliser ou à la contrôler directement. Les Épirotes, quant à eux, étaient menacés par les expansionnismes angevin et byzantin et pratiquèrent donc un jeu de bascule, s’alliant successivement aux uns contre les autres afin de préserver leur indépendance.

Les guerres entre Épirotes et Nicéens avaient en effet permis au roi Manfred de Sicile de s’implanter sur le littoral albanais de Durazzo (Durrës) à Valona (Vlora) et à l’intérieur des terres jusqu’à Berat en 1258, puis d’étendre sa domination l’année suivante sur Corfou et le littoral épirote de Chimara à Buthrote. Après sa victoire face à Manfred, Charles Ier d’Anjou prit à partir de janvier 1267 le contrôle de ces territoires, qui servirent de base à une politique orientale expansionniste censée restaurer l’Empire latin de Constantinople selon les termes du traité de Viterbe signé en mai 1267. Ce dernier fit de Guillaume d’Achaïe le vassal de Charles, et le comté de Céphalonie, composé des îles de Céphalonie et Zante, entra alors dans la mouvance angevine.

Dans un premier temps, Charles affermit son pouvoir en Albanie et prit en 1272 le titre de Rex Albaniae. Le territoire du nouveau royaume avait la forme d’un rectangle dont les sommets étaient Tivar (aujourd’hui Bar au Monténégro), Prizren (Kosovo), Ohrid et Valona. Mais dès 1274, une offensive byzantine s’empara de Berat ainsi que du littoral épirote. Face à cette menace, le despote Nicéphore d’Épire prêta serment de vassalité à Charles en 1279, qui récupéra ainsi le littoral épirote et lança l’année suivante une expédition afin de reprendre Berat. Mais l’armée angevine fut anéantie et les Byzantins reprirent l’offensive. En 1284, Durazzo et Valona tombèrent. Les possessions angevines dans la région se limitaient désormais à Corfou et à Buthrote.

Une nouvelle phase commença en 1294, lorsque le prince Philippe de Tarente reçut de son père Charles II Corfou, Buthrote, les droits sur le royaume d’Albanie et la suzeraineté sur la Morée, y compris le comté de Céphalonie. Par son mariage avec Thamar, fille du despote Nicéphore, Philippe obtint également en dot l’Étolie-Acarnanie, ainsi que la promesse d’hériter un jour de l’Épire tout entière. Cette promesse ne fut pas respectée mais permit aux princes de Tarente de porter le titre de despote d’Épire et de revendiquer la province.

Le royaume d’Albanie fut ressuscité en 1304 lorsque Philippe de Tarente parvint à rétablir le régime angevin à Durazzo, mais il se limita, durant toute son existence, à cette ville. En 1332, Robert de Tarente, fils et successeur de Philippe, échangea Durazzo contre la principauté d’Achaïe avec Jean de Gravina, qui devint ainsi Jean de Durazzo (ou de Duras). La nouvelle maison, trop occupée par les intrigues napolitaines et hongroises, échoua à étendre sa domination hors de la ville portuaire. Le prince albanais Karl Thopia, parent des princes de Tarente, s’en empara provisoirement une première fois en 1368, puis définitivement en 1383. La complexité de la société, le manque de soutiens sur place ne permirent pas aux Angevins de créer un État centralisé, à l’image d’autres possessions angevines. Le royaume d’Albanie fit surtout l’objet d’une gestion militaire et économique, dont la présence sur place n’a guère laissé de traces.

Au sud, Corfou et ses dépendances épirotes passèrent en 1373 de la domination des princes de Tarente à celle des rois de Naples, avant d’être occupées en 1386 par les Vénitiens. Le comté de Céphalonie pour sa part changea plusieurs fois de statut. Le comte Nicolas étant devenu despote d’Épire en 1318 et ayant refusé dès lors d’obéïr aux Angevins, Jean de Gravina vint en 1325 occuper le comté, qui fut alors administré conjointement avec la principauté de Morée. En 1357, Robert de Tarente, prince de Morée, l’inféoda à Leonardo Tocco. En 1396, le roi Ladislas détacha le comté de la principauté et en fit un fief direct du royaume de Naples. Les Tocco régnèrent à Céphalonie jusqu’à la conquête ottomane de 1479. Enfin, en Étolie-Acarnanie, les Angevins connurent un important recul territorial à partir de 1314. Naupacte fut perdue durant les années 1360 et seule demeurait alors Vonitsa, confiée aux Tocco. Ces derniers reconquirent une grande partie de la région à partir de 1390, mais les Ottomans s’en emparèrent entre 1460 en 1479.

Comme on peut le constater, chacun de ces territoires connut à l’époque angevine une histoire complexe, passant d’une branche à l’autre de la dynastie et d’un ensemble féodal à l’autre.

 

Brendan Osswald

Carte Albanie

L'Albanie angevine (© I. Ortega)

L'Albanie angevine
Biblio Albanie

 

  • Asonitis S., Η Ανδηγαυική Κέρκυρα [«Corfou angevine»], Corfou, 1999.
  • Asonitis S., Το Νότιο Ιόνιο κατά τον Όψιμο Μεσαίωνα [« Le sud de la mer Ionienne à la fin du Moyen Âge »], Athènes, 2005.
  • Cabanes P. (dir.), L’Histoire de l’Adriatique, Paris, 2001.
  • Cabanes P., L’Albanie, le pays des Aigles, Aix-en-Provence, 1994.
  • Campobasso G., « Alcune fonti per lo studio del Regnum Albaniae degli Angiò : documenti, epigrafi, araldica e visual evidences », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 128/2 (2016).
  • Castellan G., Histoire des Balkans, XIVe-XXe siècle, Paris, 1991.
  • Castellan G., Histoire de l’Albanie et des Albanais, Paris, 2001.
  • Ducellier A., La Façade maritime de l’Albanie au Moyen Âge. Durazzo et Valona du XIe au XVe siècle, Thessalonique, 1981.
  • Ducellier A., « Les Albanais dans les colonies vénitiennes au XVe siècle », Studi Veneziani, X, 1968, p. 47-64.
  • Ducellier A., « Les Albanais dans les colonies vénitiennes au XVe siècle », Ducellier A., L’Albanie entre Byzance et Venise (Ve-XVe siècle) (VR), Londres, 1987, p. 23-26.
  • Geanakoplos D. J., Emperor Michael Palaeologus and the West, 1258-1282. A Study in Byzantine-Latin Relations, Cambridge (MA), 1959.
  • Kiesewetter A., « I Principi di Taranto e la Grecia (1294-1373/83) », Archivio Storico Pugliese, LIV (2001), p. 53-100.
  • Kiesewetter A., L'acquisto e l'occupazione del litorale meridionale dell'Albania da parte di re Carlo I d'Angiò (1279-1283), Rassegna storica salernitana Ser. NS, vol. 32, 63 (2015) p. 27-62.
  • Laiou A. E., Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II (1282-1328), Cambridge (MA), 1972.
  • Lala E., Regnum Albaniæ, the Papal Curia and the Western Visions of a Borderline Nobility, doctorat d’Histoire du Moyen Âge, Central European University, Department of Medieval Studies, 2008 (dactylographié).
  • Metais S., Histoire des Albanais. Des Illyriens à l’indépendance du Kosovo, Paris, 2006.
  • Nicol D. M., The Despotate of Epiros, Oxford, 1957.
  • Nicol D., The Despotate of Epiros 1267-1479. A Contribution to the History of Greece in the middle ages, Cambridge, 1984.
  • Osswald B., « The Ethnic Composition of Medieval Epirus », Ellis S. G., Klusáková L. (dir.), Imaging frontiers, contesting identities, Pisa, 2007, p. 125-154.
  • Osswald B., L’Épire du treizième au quinzième siècle : autonomie et hétérogénéité d’une province byzantine, Roma, 2020.
  • Osswald B., « La stratégie matrimoniale des Tocco de Céphalonie », Nikolov A. (dir.), Proceedings of the 22nd International Congress of Byzantine Studies, Sofia, 2011, vol. 3, p. 71.
  • Osswald B., « S’assimiler pour régner ? Le cas des souverains italiens de l’Épire (XIVe-XVe siècles) », Chevalier M.-A., Ortega I. (dir.), Élites chrétiennes et formes du pouvoir en Méditerranée centrale et orientale, 2017, p. 313-352.
  • Osswald B., « Les armoiries des Tocco de Céphalonie à Arta », Bulletin de Correspondance Hellénique, 2018.
  • Qosja R., La question albanaise, Paris, 1995.
  • Rapatout A., « Charles Ier d'Anjou, roi d'Albanie : L'aventure balkanique des Angevins de Naples au XIIIe siècle », Hypothèses, 2006/1 (9), p. 261-269.

 

 

Contenu espace

Contenu espace

Présentation Morée

 

           Principauté de Morée

La Morée est une péninsule qui tire son nom du mûrier qui y est cultivé, mais elle correspond également à la province ecclésiastique d’Achaïe. Dans l’Antiquité, cet espace appartient à l’Empire romain, puis il passe sous domination byzantine lors de sa division en deux ensembles. C’est un territoire dont les richesses sont majoritairement agricoles, dominé par de grands propriétaires terriens, le plus souvent absents, car préférant leurs palais constantinopolitains.

Chlemoutsi, cl. Fl. Sampsonis

Lorsque les croisés participant à la IVe croisade quittent l’Occident, beaucoup sont originaires du royaume de France. Après la prise de la capitale byzantine en 1204 et le sac de la ville, certains suivent Bonifacio di Monferrato afin de conquérir les territoires des Balkans. Parmi eux Guillaume de Champlitte, ou encore Geoffroy de Villehardouin qui l’accompagnent vers l’ouest et ainsi conquièrent progressivement les places grecques comme Corinthe qui est la seule place forte à résister, tandis que le reste du territoire tombe sans grande résistance.

Entre 1204 et 1206, une grande partie de la péninsule de Morée est détenue par les Latins qui vont ainsi organiser un État féodal sur le modèle occidental. Le premier à prendre le titre de prince est Geoffroy Ier de Villehardouin qui transmet ensuite la principauté au sein de sa dynastie. Durant le règne de son fils cadet, Guillaume (1246-1278), la principauté connaît un âge d’or : les chevaliers moréotes accompagnent Louis IX durant sa croisade (1248-1249), la péninsule du Péloponnèse est complètement conquise après la prise de Monemvasie (1248) et le prince finalise les institutions.

Afin d’aider son beau-père le despote d’Épire, Guillaume de Villehardouin engage son armée à ses côtés pour se battre contre Michel Paléologue. En 1259, lors la bataille de Pelagonia, la chevalerie moréote et le prince lui-même sont battus puis emprisonnés par les Grecs. Ce n’est qu’après la prise de Constantinople et le rétablissement de l’Empire grec en 1261, que Michel Paléologue accepte les négociations. Guillaume est libéré, ainsi que ses chevaliers, en échange de la cession de forteresses au sein de la principauté. La présence des Grecs, en pleine expansion, l’oblige à mener une guerre permanente sur son sol durant la décennie 1260, alors qu’il ne dispose plus d’alliés à l’est.

Chlemoutsi, cl. Fl. Sampsonis

Dans ce contexte, Guillaume de Villehardouin cherche à se rapprocher de la puissance voisine émergente durant cette même période : Charles d’Anjou. À cette fin, il se rend à plusieurs reprises dans la péninsule italienne pour le rencontrer, négocier des aides militaires et économiques, voire apporter son soutien militaire au roi angevin. Ce rapprochement se concrétise en 1267 par le traité de Viterbe qui prévoit, entre autres, le mariage de l’héritière Isabelle de Villehardouin, avec le fils de Charles d’Anjou, Philippe, permettant à ce dernier de devenir le prochain prince de Morée. Il est également stipulé qu’en cas de décès de l’héritier, la couronne passerait aux mains des Angevins. Ainsi, Charles d’Anjou fait de ses descendants les héritiers de la principauté de Morée, mais aussi du titre impérial de Constantinople. Les Balkans sont pour lui une zone intermédiaire, lui permettant d’accéder plus facilement à Constantinople.

Or, la mort de Philippe en 1277 signifie pour Guillaume la perte de la principauté pour ses descendantes directes, conformément au traité de Viterbe. Le prince Guillaume s’éteint lui-même en 1278 signifiant par là-même la cession de la principauté aux Angevins.

 

Isabelle Ortega

 

 

Carte Morée

Péloponnèse - Morée (© I. Ortega)

Peloponnese Morée
Biblio Morée

  • Andrews K., Castles of Morea, Princeton, 1953.
  • Arbel B., Hamilton B., Jacoby D. (éd.), Latins and Greeks in the Eastern Mediterranean after 1204, Londres, 1989.
  • Avraméa A., Le Péloponnèse du IVe au VIIIe siècle. Changements et persistances, Paris, 1997.
  • Avraméa A., « Le Magne byzantin : problèmes d’histoire et de topographie », ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998, p. 49-62.
  • Balard M., « Clarence, escale génoise aux XIIIe-XIVe siècles », Byzance et ses périphéries. Hommage à Alain Ducellier, Toulouse, 2004, p. 185-203.
  • Baudin A., « De la Champagne à la Morée : l’héraldique de la maison de Villehardouin », Villela-Petit I. (dir.), 1204. La Quatrième croisade : de Blois à Constantinople. Éclats d’empires, Paris, 2005, p. 97-112.
  • Bellenger Y. (dir.), Les Champenois et la croisade. Actes des quatrièmes journées rémoises (27-28 novembre 1987), Paris, 1989.
  • Berg B., « The Moreote expedition of Ferrando of Majorca », Byzantion, t. LV, 1985, p. 69-90.
  • Bernard P.-J., « Une source inédite pour la connaissance des élites de la Morée franque : le testament de Marguerite de Mategrifon (1314) », Élites chrétiennes et formes du pouvoir en Méditerranée centrale et orientale (XIIIe-XVe siècle), M. -A. Chevalier, I. Ortega (dir.), Paris, à paraître en août 2017.
  • Bon A., Le Péloponnèse byzantin jusqu’en 1204, Paris, 1951.
  • Bon A., La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté d’Achaïe (1205-1430), Paris, 1969, 2 vol.
  • Breuillot M., Châteaux oubliés de la Messénie médiévale, Paris, 2006.
  • Buchon J.-A. C., Notice sur un atlas en langue catalane de l’an 1374, conservé parmi les manuscrits de la bibliothèque du roi, Paris, 1838.
  • Buchon J.-A. C., Recherches et matériaux pour servir à une histoire de la domination française aux XIIIe, XIVe, XVe siècles dans les provinces démembrées de l’empire grec à la suite de la Quatrième croisade, Paris, 1840.
  • Buchon J.-A. C., « Établissement féodal de la principauté française de Morée », Revue indépendante, 1843, p. 1-33.
  • Buchon J.-A. C., Histoire des conquêtes et de l’établissement des Français dans les États de l’ancienne Grèce sous les Ville-Hardouin, t. I, Paris, 1846.
  • Cerone F., « La sovranità napoletana sulla Morea e sulle isole vicine », Archivio storico per le province napoletane, n. s. II, 1916, p. 5-64 et 193-266 ; n. s. III, 1917, p. 5-67.
  • Cheynet J.-C., Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1990.
  • Chrissis N., Crusading in Frankish Greece. A study of Byzantine Western Relations and Attitudes, 1204-1282, Turnhout, 1212.
  • Chrysostomidès J., « Corinth 1394-1397 : some new facts », Byzantina, t. VII, 1975, p. 81-110.
  • Chrysostomidès J., « Italian women in Greece in the late Fourteenth and early Fifteenth Centuries », Rivista di studi bizantini e slavi, II, 1982, p. 119-132.
  • Chrysostomidès J., « Un unpublished letter of Nerio (30 october 1384) », Byzantina, t. VII, 1975, p. 111-123.
  • Chrysostomidès J., « Was Neri Acciaiuoli ever lord of Vostitsa and Nivelet ? », ΚΑΘΗΓΗΤΡΙΑ, Essays presented to Joan Hussey for her 80th birthday, Camberley-Athènes, 1988, p. 501-514.
  • Feuchère P., « Une lignée coloniale au XIIIe siècle. Les Saint-Omer de Grèce », Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, fasc. 313, t. XVII, 1950, p. 353-367.
  • Geanakoplos D. J., Emperor Michael Palaeologus and the West, 1258-1282. A Study in Byzantine-Latin Relations, Cambridge (MA), 1959.
  • Guérin M., « Femme lige ou de simple hommage. Relation des dames au pouvoir dans la principauté de Morée (XIIIe-XVe siècle) », Élites chrétiennes et formes du pouvoir en Méditerranée centrale et orientale (XIIIe-XVe siècle), M.-A. Chevalier, I. Ortega (dir.), Paris, à paraître en août 2017.
  • Haberstumpf W., Dinasti Latini in Grecia e nell’Egeo (secoli XII-XVII), Turin, 2003.
  • Hetherington P., Byzantine and Medieval Greece. Churches, castles and art of the Mainland and the Peloponnese, Londres, 1991.
  • Horowitz J., « Quand les Champenois parlaient le grec : la Morée franque au début du XIIIe siècle, un bouillon de culture », Goodich M., Menache S., Schein S., Cross Cultural Convergences in the Crusader Period, Essays presented to Arieh Grabois on his Sixty-Fifth Birthday, New-York, 1995, p. 111-150.
  • Ilieva A., The Frankish Morea (1205-1262). Socio-Cultural Interaction between the Franks and the Local Population, Athènes, 1991.
  • Jacoby D., « Catalans, Turcs et Vénitiens en Romanie (1305-1332) : un nouveau témoignage de Marino Sanudo Torsello », Studi Medievali, 3e sér., XV, 1974, p. 217-261.
  • Jacoby D., « Catalans, Turcs et Vénitiens en Romanie (1305-1332) : un nouveau témoignage de Marino Sanudo Torsello »Jacoby D., Recherches sur la Méditerranée orientale du XIIe au XVe siècle. Peuples, sociétés et économie (VR), Londres, 1979, p. 217-261.
  • Jacoby D., « From Byzantium to latin Romania : continuity and change », Mediterranean Historical Review, t. IV-1, 1989, p. 1-44.
  • Jacoby D., « From Byzantium to latin Romania : continuity and change », Jacoby D., Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean (VR), Aldershot, 2001, p. 1-44.
  • Jacoby D., « Italian migration and settlement in latin Greece : the impact on the economy », Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien 37 = Die Kreuzfahrerstaaten als multikulturelle Gesellschaft. Einwanderer und Minderheiten im 12. und 13. Jahrhundert, Munich, 1997, p. 97-127.
  • Jacoby D., « Italian migration and settlement in latin Greece : the impact on the economy », Jacoby D., Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean (VR), Aldershot, 2001, p. 97-127.
  • Jacoby D., « Jean Lascaris Calophéros, Chypre et la Morée », Revue des Études Byzantines, 26, 1968, p. 189-228.
  • Jacoby D., « Jean Lascaris Calophéros, Chypre et la Morée », Jacoby D., Société et démographie à Byzance et en Romanie latine (VR), Londres, 1975, p. 189-228.
  • Jacoby D., « Knightly values and class consciousness in the crusaders states of eastern mediterranean », Mediterranean Historical Review, t. I-2, 1986, p. 158-186.
  • Jacoby D., « Knightly values and class consciousness in the crusaders states of eastern mediterranean », Jacoby D., Studies on Crusaders States and on the Venetian Expansion (VR), Northampton, 1989 .
  • Jacoby D., « Les Occidentaux dans les villes de Romanie latine jusqu’en 1261 : la région balkanique », XXe Congrès international des études byzantines, Collège de France-Sorbonne, 19-25 août 2001, Paris, 2001, t. I, p. 279-290.
  • Jacoby D., « La consolidation de la domination de Venise dans la ville de Négrepont (1205-1390). Un aspect de sa politique coloniale », Maltezou C. A., Schreiner P. (éd.), Bisanzio, Venezia e il mondo franco-greco (XIIe-XVe secolo), Atti del colloquio internazionale organizzato nel centenario della nascita di Raymond-Joseph Loenertz o. p., Venezia, 1-2 dicembre 2000, Venise, 2002, p. 151-181.
  • Jacoby D., « Les archontes grecs et la féodalité en Morée franque », Travaux et Mémoires, t. II, 1965-1967, p. 421-481.
  • Jacoby D., « Les archontes grecs et la féodalité en Morée franque », Jacoby D., Société et démographie à Byzance et en Romanie latine (VR), Londres, 1975, p. 421-481.
  • Jacoby D., « La « Compagnie catalane » et l’État catalan de Grèce. Quelques aspects de leur histoire », Journal des Savants, 1966, p. 78-103.
  • Jacoby D., « La « Compagnie catalane » et l’État catalan de Grèce. Quelques aspects de leur histoire », Jacoby D., Société et démographie à Byzance et en Romanie latine (VR), Londres, 1975, p. 78-83.
  • Jacoby D., La Féodalité en Grèce médiévale, « les Assises de Romanie » sources, application et diffusion, Paris, 1971.
  • Jacoby D., « Les États latins en Romanie : phénomènes sociaux et économiques (1204-1350 environ), XVe Congrès International d’Études Byzantines, Athènes, 1976, p. 1-51.
  • Jacoby D., « Les États latins en Romanie : phénomènes sociaux et économiques (1204-1350 environ), Jacoby D., Recherches sur la Méditerranée orientale du XIIe au XVe siècle. Peuples, sociétés et économies (VR), Londres, 1979, p. 1-51.
  • Jacoby D., « La littérature dans les États latins de Méditerranée orientale à l’époque des croisades : diffusion et création », Essor et fortune de la chanson de geste dans l’Europe et l’Orient latin. Actes du IXe Congrès international de la société Recesvals pour l’étude des Épopées Romanes, (Padoue-Venise, 1982), Modène, 1984, p. 617-646.
  • Jacoby D., « La littérature dans les États latins de Méditerranée orientale à l’époque des croisades : diffusion et création », Jacoby D., Studies on the Crusaders States and on the Venetian Expansion (VR), Northampton, 1989.
  • Jacoby D., « Quelques considérations sur la "Chronique de Morée" », Journal des Savants, 1968, p. 133-189.
  • Jacoby D., « Quelques considérations sur la "Chronique de Morée" », Jacoby D., Société et démographie à Byzance et en Romanie latine (VR), Londres, 1975, p. 133-189.
  • Jacoby D., « Silk production in the frankish Peloponnese : the evidence of fourteenth century surveys and reports », Kalligas H. A. (éd.), Travellers and Officials in the Peloponnese. Descriptions-Reports-Statistics, in Honour of sir Steven Runciman, Monemvasie, 1994, p. 41-61.
  • Jacoby D., « Silk production in the frankish Peloponnese : the evidence of fourteenth century surveys and reports », Jacoby D., Trade, Commodities and Shipping in the Medieval Mediterranean (VR), Aldershot, 1997.
  • Jacoby D., « The encounter of two societes : western conquerors and byzantines in the Peloponnesus after the fourth crusade », The American Historical Review, 78, 1973, p. 873-906.
  • Jacoby D., « The encounter of two societes : western conquerors and byzantines in the Peloponnesus after the fourth crusade », Jacoby D., Recherches sur la Méditerranée orientale du XIIe au XIVe siècle. Peuples, sociétés et économies (VR), Londres, 1979, p. 873-906.
  • Jacoby D., « Un régime de coseigneurie gréco-franque en Morée : les casaux de parçon », Mélanges d’archéologie et d’histoire, publiés par l’École Française de Rome, t. LXXV, 1963, p. 111-125.
  • Jacoby D., « Un régime de coseigneurie gréco-franque en Morée : les casaux de parçon », Jacoby D., Société et démographie à Byzance et en Romanie latine (VR), Londres, 1975, p. 111-125.
  • Kiesewetter A., « Das Ende des ‘Livre de la conqueste de l’Amorée’ (1301-1304). Ein Beitrag zur Geschichte des fränkischen Griechenland zu Beginn des 14. Jahrhunderts », Βυζαντιακά, XVI, 1996, p. 143-190.
  • Laiou A. E., Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II (1282-1328), Cambridge (MA), 1972.
  • Laiou A. (éd.), Urbs Capta. The Fourth Crusade and its Consequences, Paris, 2005
  • Limousin É., « L’administration byzantine du Péloponnèse (Xe-XIIe siècle) », Renard J. (dir.), Le Péloponnèse. Archéologie et Histoire, Rennes, 1999, p. 295-311.
  • Lock P., Sanders G. D. R. (éd.), The Archeology of Medieval Greece, Oxford, 1996,
  • Loenertz R.-J., « Athènes et Néopatras », Byzantina et Franco-Graeca, Articles choisis parus de 1936 à 1969, Rome, 1978, p. 183-394.
  • Loenertz R.-J., « Aux origines du Despotat d’Épire et de la principauté d’Achaïe », Byzantion, 43, 1973, p. 360-394.
  • Loenertz R.-J., « Démétrius Cydonès. De la naissance à l’année 1373 », Orientalia Christiana Periodica, XXXVI, 1970, p. 47-72.
  • Loenertz R.-J., « Hospitaliers et Navarrais en Grèce (1376-1383). Régestes et documents », Byzantina et Franco-Graeca, Rome, 1970, p. 329-370.
  • Loenertz R.-J., Les Ghisi. Dynastes vénitiens dans l’Archipel, 1209-1390, Venise, 1975.
  • Loenertz R.-J., « Les seigneurs tierciers de Négrepont de 1205 à 1280 », Byzantina et Franco-Graeca. Articles choisis parus de 1936 à 1969, Rome, 1978, p. 141-182.
  • Loenertz R.-J., « Marino Dandolo, seigneur d’Andros, et son conflit avec l’évêque Jean », Byzantina et Franco-Graeca, Rome, 1970, p. 399-420.
  • Loenertz R.-J., « Pour la biographie de Jean Lascaris Calophéros », Revue des Études Byzantines, t. XXVIII, Paris, 1970, p. 129-139.
  • Loenertz R.-J., « Pour l’histoire du Péloponnèse au XIVe siècle (1382-1404) », Revue des Études Byzantines, t. 1, 1943, p. 152-196.
  • Loenertz R.-J., « Pour l’histoire du Péloponnèse au XIVe siècle (1382-1404) », Loenertz R.-J., Byzantina et Franco-Graeca, Rome, 1970, p. 227-266.
  • Loenertz R.-J., « Une page de Jérôme Zurita relative aux duchés catalans de Grèce, 1386 », Byzantina et Franco-Graeca, Rome, 1970, p. 371-382.
  • Longnon J., « Domination franque et civilisation grecque », Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à Charles Picard à l’occasion de son 65e anniversaire, Paris, 1949, p. 659-667.
  • Longnon J., Les Français d’outre-mer au Moyen Âge. Essai sur l’expansion française dans le bassin de la Méditerranée, Paris, 1929.
  • Longnon J., « Les Autremencourt, seigneurs de Salona en Grèce (1204-1311) », Bulletin de la Société Historique de Haute-Picardie, t. 15, Laon, 1937, p. 15-48.
  • Longnon J., « Le prince de Morée chansonnier », Romania, 257, t. LXV, 1939, p. 5-100.
  • Longnon J., « Le patriarcat latin de Constantinople », Journal des Savants, Paris, 1941, p. 174-184.
  • Longnon J., « Le rattachement de la principauté de Morée au royaume de Sicile en 1267 », Journal des Savants, Paris, 1942, p. 134-143.
  • Longnon J., L’Empire latin de Constantinople et la principauté de Morée, Paris, 1949.
  • Longnon J., « Les Toucy en Orient et en Italie au XIIIe siècle », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, Auxerre, 1958, p. 33-43.
  • Longnon J., « Les noms de lieu de la Grèce franque », Journal des Savants, Paris, 1960, p. 97-110.
  • Longnon J., « La vie rurale dans la Grèce franque », Journal des Savants, 1965, p. 343-357.
  • Longnon J., « Les premiers duc d’Athènes et leur famille », Journal des Savants, 1973, p. 70-71.
  • Longnon J., « Les seigneurs de Karytaina et leur origine champenoise », Mélanges Antoine Bon, Lyon, 1975, p. 33-35.
  • Longnon J., Les Compagnons de Villehardouin. Recherches sur les croisés de la Quatrième croisade, Genève, 1978.
  • Longnon J., « Problèmes de l’histoire de la principauté de Morée », Journal des Savants, Paris, 1946, p. 77-93, 147-161.
  • Longnon J., Recherches sur la vie de Geoffroy de Villehardouin, suivies du catalogue des actes des Villehardouin, Paris, 1939.
  • Luttrell A., « Aldobrando Baroncelli in Greece : 1378-1382 », Orientalia Christiana Periodica, XXXVI, Rome, 1966, p. 273-300.
  • Luttrell A., « Aldobrando Baroncelli in Greece : 1378-1382 », Luttrell A., Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades 1291-1440 (VR), Londres, 1982.
  • Luttrell A., « La Corona de Aragon y la Grecia catalana (1379-1394) », Annuario de Estudios Medievales VI, Barcelone, 1969, p. 219-252.
  • Luttrell A., « La Corona de Aragon y la Grecia catalana (1379-1394) », Luttrell A., Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades 1291-1440 (VR), Londres, 1982.
  • Luttrell A., « The Latins of Argos and Nauplia, 1311-1394 », Papers of the British School at Rome, XXXIV, Londres, 1966, p. 34-55.
  • Luttrell A., « The Latins of Argos and Nauplia, 1311-1394 », Luttrell A., Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades 1291-1440 (VR), Londres, 1982.
  • Luttrell A., « The Latins and life on the smaller aegean islands, 1204-1453 », Arbel B., Hamilton B., Jacoby D. (éd.), Latins and Greeks in the Eastern Mediterranean after 1204, Londres, 1989, p. 146-157.
  • Luttrell A., « Vonitza in Epirus and its lords : 1306-1377 », Rivista di Studi bizantini e neoellenici n. s. 1 (XI), Rome, 1964, p. 131-141.
  • Luttrell A., « Vonitza in Epirus and its lords : 1306-1377 », Luttrell A., Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades 1291-1440 (VR), Londres, 1982.
  • Magdalino P., « Between Romaniæ : Thessaly and Epirus in the later middle ages », Mediterranean Historical Review, 1, 1989, p. 87-110.
  • Magdalino P., « Between Romaniæ : Thessaly and Epirus in the later middle ages », Magdalino P., Tradition and Transformation in Medieval Byzantium (VR), Cambridge, 1993.
  • Maltezou C. A., « De la mer Égée à l’Archipel : quelques remarques sur l’histoire insulaire égéenne », ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris, 1998, p. 459-468.
  • Maltezou C. A., Schreiner P. (éd.), Bisanzio, Venezia e il mondo franco-greco (XIIe-XVe secolo), Atti del colloquio internazionale organizzato nel centenario della nascita di Raymond-Joseph Loenertz o. p., Venezia, 1-2 dicembre 2000, Venise, 2002.
  • Metcalf D. M., Coinage of the Crusades and the Latin East in the Ashmolean Museum Oxford, Londres, 1983.
  • Metcalf D. M., « The currency of deniers tournois in Frankish Greece », The Annual of British School at Athens, LV, Londres, 1960, p. 38-59.
  • Miller W., Essays on the Latin Orient, Cambridge, 1921.
  • Miller W., The Latins in the Levant. A History of Frankish Greece (1204-1566), Londres, 1908.
  • Millet G., Le monastère de Daphni, histoire, architecture, mosaïques, Paris, 1899.
  • Molin K., Unknown Crusader Castles, New-York-Londres, 2001.
  • Nicol D. M., Les Derniers siècles de Byzance (1261-1453), Paris, trad. 2002 (1re éd. 1972).
  • Nicol D. M., « The date of the battle of Pelagonia », Byzantinische Zeitschrift, 1956, t. 49, p. 68-71.
  • Nicol D. M., The Despotate of Epiros, Oxford, 1957.
  • Nicol D. M., « Symbiosis and integration. Some greco-latin families in Byzantium in the 11th to 13th centuries », Byzantinische Forschungen VII. Amsterdam, 1979, p. 113-135.
  • Nicol D. M., « Symbiosis and integration. Some greco-latin families in Byzantium in the 11th to 13th centuries », Nicol D. M., Studies in late Byzantine History and Prosopography (VR), Londres, 1986.
  • Ντουρου-Ηλιοπουλου Μ., Το φραγκικο πριγκιπατο τησ αχαιασ (1204-1432). Ιστορια, οργανωση, κοινωνια, Thessalonique, 2005.
  • Ντουρου-Ηλιοπουλου Μ., Οι Δυτικοι στη Ρωμανια (13ος-15ος αιώνας). Μια ερευνητικη προσεγγιση, Athènes, 2013.
  • Ortega I., « Geoffroy de Briel, un chevalier au grand cœur », Byzantinistica, III, Spolète, 2001, p. 329-341.
  • Ortega I., « L’inventaire de la bibliothèque de Léonard de Véroli. Témoignages des influences occidentales et orientales dans la principauté de Morée (fin XIIIe siècle) », L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), XXXIXe Congrès de la SHMESP (Le Caire, 30 avril-5 mai 2008), Paris, 2009, p. 196-201.
  • Ortega I., « Les mariages indigènes des nobles moréotes (XIIIe-XVe siècle), ou comment transgresser les frontières établies ? », Textes et frontières, Actes du colloque International (Nîmes, 9-11 juin 2009), J. Raimond, J.-L. Brunel (éd.), Nîmes, 2011, p. 233-254.
  • Ortega I., « La politique de soutien pontifical aux lignages nobiliaires moréotes (XIIIe-XVe siècle) », La papauté et les croisades. Actes du VIIe Congrès de la Society for the Study of the Crusades and the Latin East, M. Balard (éd.), Farnham, 2011, p. 185-200.
  • Ortega I., Les lignages nobiliaires dans la Morée latine (XIIIe-XVe siècle). Permanences et mutations, Turnhout, 2012.
  • Ortega I., « L’évolution de la conception patrimoniale : l’exemple d’Athènes durant l’occupation latine », Les Villes antiques et médiévales : patrimoines matériels et immatériels, Isabelle Ortega (dir.), Paris, 2013, p. 121-137.
  • Ortega I., « Les stratégies matrimoniales et patrimoniales des lignages nobiliaires dans la principauté de Morée au XIIIe siècle », Les stratégies matrimoniales (IXe-XIIIe siècle), M. Aurell (dir.), Turnhout, 2013, p. 193-210.
  • Ortega I., « Legs contraint ou affectif au Moyen Âge : comment le prénom s’inscrit dans le récit genré des lignages en Morée », Le legs des pères et le lait des mères ou comment se raconte le genre dans la parenté du Moyen Âge au XXIe siècle, Colloque tenu à l’université de Nîmes (13-14 juin 2013), Isabelle Ortega et Marc-Jean Filaire-Ramos (dir.), Turnhout, 2014, p. 29-44.
  • Ortega I., « Noblesses moréote et chypriote : des réseaux sociaux avant l’heure », Élites chrétiennes et formes du pouvoir en Méditerranée centrale et orientale (XIIIe-XVe siècle), M.-A. Chevalier, I. Ortega (dir.), Paris, à paraître en août 2017.
  • Ortega I., « Permanences et mutations d’une seigneurie dans la principauté de Morée : l’exemple de Corinthe sous l’occupation latine », Byzantion, t. LXXX, 2010, p. 308-332.
  • Ortega I., « Quelques réflexions sur le patrimoine des lignages latins dans la Principauté de Morée », Byzantinistica, VII, Spolète, 2005, p. 159-180.
  • Ortega I., « Réflexions sur une anthroponymie nobiliaire comparée entre la principauté de Morée et le royaume de Chypre, à travers la Chronique de Morée et les Lignages d’outremer », Centre d’études chypriotes, Cahier 43, 2013, p. 349-361.
  • Parmeggiani A., « Le funzioni amninistrative del principato di Aciaia », Byzantinistica, Rivista di studi bizantina e slavi, I, 1999, p. 91-108.
  • Renard J. (dir.), Le Péloponnèse. Archéologie et Histoire, Rennes, 1999
  • Saint-Guillain G., « Amorgos au XIVe siècle », Byzantinische Zeitschrift, Leipzig, t. 94, 2001, p. 62-189.
  • Saint-Guillain G., « Les ducs de l’Archipel et le coton de Santorin (fin XIVe-début XVe siècles) », Maltezou C. A., Schreiner P. (éd.), Bisanzio, Venezia e il mondo franco-greco (XIIe-XVe secolo), Atti del colloquio internazionale organizzato nel centenario della nascita di Raymond-Joseph Loenertz o. p., Venezia, 1-2 dicembre 2000, Venise, 2002, p. 365-394.
  • Saint-Guillain G., L’Archipel des seigneurs. Pouvoirs, société et insularités dans les Cyclades à l’époque de la domination latine (XIIIe-XVe siècle), thèse de doctorat Université Paris I, 2003.
  • Saint-Guillain G., « Seigneuries insulaires : les Cyclades au temps de la domination latine (XIIIe-XVe siècle) », Îles du Moyen Âge, Médiévales, 47, 2004, p. 31-47.
  • Sakellariou E., « Latin Morea in the late Middle age : observations on its demography and economy », Porphyrogenita. Essays on the History and Literature of Byzantium and the Latin East in Honour of Julian Chrysostomidès, Londres, 2003, p. 301-316.
  • Sampsonis Fl., Recherches sur la Morée a l'époque angevine (fin du XIIIe-milieu du XIVe siècle), Doctorat d’Histoire, Université de Paris I, 2016 (dactylographié).
  • Sampsonis Fl., « La place de la Morée franque dans la politique de Charles Ier d’Anjou (1267-1285) », Revue des études byzantines, 69, 2011, p. 81-109. DOI : 10.3406/rebyz.2011.4929.
  • Sampsonis Fl., « L'administration de la Morée par Charles Ier d'Anjou (1267-1285). L'apport majeur d'une source délicate : les registres angevins », Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge, 120-1 (2008), p. 139-157.
  • Sampsonis Fl., « Charles Ier d'Anjou et l'île de Négrepont : une souveraineté très théorique », E. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot, V. Prigent (dir.), Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, 2008, p. 605-614 (Centre de recherche d’ Histoire et Civilisation de Byzance, Monographies 30).
  • Sanders G. D. R., « Two kastra on Melos and their relations in the Archipelago », Lock P., Sanders G. D. R. (éd.), The Archeology of Medieval Greece, Oxford, 1996, p. 147-177.
  • Savvides A. G. C., « Nauplion in the Byzantine and Frankish periods », Peloponnesiaka, 1998, p. 286-302.
  • Setton K. M., Catalan Domination of Athens, 1311-1388, Cambridge, 1948.
  • Shawcross Th., The Chronicle of Morea. Historiography in Crusader Greece, New-York, 2009.
  • Stahl A. M., « European coinage in Greece after the Fourth Crusade », Mediterranean Historical Review, vol. 4, 1989, p. 356-363.
  • Sturdza M. D., Dictionnaire historique et généalogique des grands familles de Grèce, d’Albanie et de Constantinople, Paris, rééd. 1999 (1re éd. 1983).
  • Thiriet F., La Romanie vénitienne au Moyen Âge, le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (XIIe-XVe siècle), Paris, 1975.
  • Thiriet F., « Recherches sur le nombre de "Latins" immigrés en Romanie gréco-vénitienne aux XIIIe-XVe siècles », Mélanges à Ivan Dujcev, Byzance et les Slaves, étude de civilisations, Paris, 1979, p. 421-436.
  • Topping P., Feudal Institutions as revealed in the Assizes of Romania. The Law Code of Frankish Greece, Philadelphie, 1949.
  • Topping P., « The formation of the Assizes of Romania », Byzantion, t. XVII, 1944-1945, p. 304-314.
  • Tsougarakis N. I., The Latin Religious Orders in Medieval Greece (1204-1500), Turnhout, 2012.
  • Tzavara A., Clarentza. Une ville de la Morée latine (XIIIe-XVe siècle), thèse Université Paris I, 2004.
  • Van der Vin J. P. A., Travellers to Greece and Constantinople. Ancients Monuments and old Traditions in Medieval Travellers’s Tales, Istanbul, 1980, 2 vol.
  • Villela-Petit I. (dir.), 1204. La Quatrième croisade : de Blois à Constantinople. Éclats d’empires, Paris, 2005.

Contenu espace

Contenu espace

Présentation D. Bar et Lorraine

                    Les duchés de Bar et de Lorraine

Le roi René d’Anjou devient duc de Bar à part entière le 23 janvier 1430 au décès du cardinal Louis de Bar, seul héritier de ce duché, qui l’avait adopté, et duc de Lorraine à la disparition du duc Charles II dont il a épousé la fille aînée Isabelle, le 25 janvier 1431. Ces alliances sont le fruit de spéculations politiques développées dans le cadre des rivalités entre Valois et Bourguignons, dans le royaume de France, qui s’imbriquent avec celles établies entre Habsbourg et Wittelsbach dans l’Empire. La région constitue à la fois une frontière et un carrefour.

Les deux duchés jusque-là rivaux et souvent opposés dans les multiples guerres qui mettent aux prises princes laïcs et ecclésiastiques de la région, se trouvent dès lors réunis, dans les mêmes mains ou du moins dans celles des membres d’une seule famille. La présence angevine implique les duchés de Lorraine et de Bar dans la politique internationale au-delà de leur situation de « Pays d’ Entre-Deux Grands » ou de trois…

Jusqu’en 1473, René d’Anjou et ses héritiers en ligne masculine, Jean de Calabre son fils aîné devenu duc de Lorraine à la mort de sa mère en 1453, et Nicolas d’Anjou fils de ce dernier qui lui succède en 1470, ont tous œuvré en Lorraine sans y passer la majeure partie de leur temps.

Deux batailles mémorables ont modifié les enjeux politiques et économiques de la présence angevine, à l’Est du royaume de France. Lors de la première, à Bulgnéville en 1431, René d’Anjou soutenu par son beau-frère le roi de France Charles VII, est battu et fait prisonnier par le duc de Bourgogne Philippe le Bon, allié de son rival à la tête du duché de Lorraine, Antoine de Vaudémont, qui ne peut s’emparer du duché, malgré sa victoire, en raison de l’opposition du roi Sigismond de Luxembourg. Le mariage de la fille aînée de René, Yolande avec Ferry fils d’Antoine, résout finalement ce conflit et donne naissance à René II futur héritier des duchés.

Dans l’intervalle, la nécessité de trouver des fonds pour payer sa rançon, et dédommager de la leur et des pertes subies les grands seigneurs tombés avec lui, guide dans une large mesure la politique menée en Lorraine et Barrois par le roi René, au cours des décennies qui suivent. Les difficultés rencontrées font écho à celles de Charles VII dans la reconstruction nécessaire pour sortir de la guerre de Cent Ans. Les deux hommes s’en entretiennent durant l’hiver 1444-1445 qu’ils passent ensemble en Lorraine, jusqu’au mariage de Marguerite fille de René d’Anjou avec le roi d’Angleterre Henri de Lancastre, censé ramener la paix entre France et Angleterre.

Après avoir cédé quantité de fiefs et d’éléments des domaines ducaux, René annule alors les aliénations et s’efforce de mener à bien un ensemble de réformes pour mieux connaître ses domaines et ses fiefs, s’assurer la fidélité de ses vassaux et l’intégrité de ses territoires, faire des économies de gestion, améliorer la circulation des denrées et défendre ses États et leur insertion dans les échanges avec leurs voisins.

Ces orientations se conjuguent avec ses ambitions méditerranéennes, pour motiver la levée fréquente de fonds sur les populations : la reconquête éphémère du royaume de Naples terminée piteusement en 1442 demeure un objectif tantôt ouvert, tantôt caché derrière l’aide apportée tour à tour à diverses cités italiennes et au roi de France. Jean de Calabre, fils aîné de René d’Anjou, gouverne Gênes en 1458-1464, attaque à diverses reprises Ferrante d’Aragon, s’oppose à Louis XI puis se réconcilie avec lui. Son principal objectif, qui est la reconquête du royaume de Sicile, le conduit finalement en Catalogne où il meurt à Barcelone le 16 décembre 1470. La Lorraine a contribué à ces expéditions, lui accordant des aides financières et l’envoi d’hommes d’armes, participant à la mise sur pieds des expéditions maritimes. Elle est présente dans son entourage immédiat et dans celui de Ferry de Vaudémont son beau-frère, avec lequel il partage la charge des opérations et du gouvernement de ses États, des nobles et grands officiers jusqu’aux secrétaires et membres de l’hôtel. Car Jean de Calabre, au milieu de ses expéditions lointaines, est rentré en Lorraine à plusieurs reprises et ne réussit pas à éviter les luttes d’influences bourguignonnes et françaises dans les duchés, à l’égard des évêchés et des villes comme Epinal. Si l’aide de la France a été indispensable dans ses entreprises extérieures, elle comporte le risque d’absorption, qui se prolonge après sa mort : son fils Nicolas lui succède pour moins de trois ans et meurt le 23 juillet 1473, brutalement, de manière à faire suspecter un empoisonnement commandité par Louis XI, dont il devait épouser la fille, mais qui n’avait plus besoin de cette alliance. Les guerres de Bourgogne trouvent une issue à la bataille de Nancy, en janvier 1477, mais la question essentielle demeure : Louis XI continue à convoiter les duchés de Bar et de Lorraine. Les intérêts bourguignons sont confiés à Philippe le Beau qui tente d’étendre son influence dans les duchés. Le nouveau duc de Lorraine, seul héritier des Angevins par sa mère Yolande à la mort de René d’Anjou et avec l’extinction de la branche du Maine, n’a guère d’autre choix que de louvoyer entre ses puissants voisins, d’essayer d’imposer un statut de « marchis » et de s’efforcer de défendre son bon droit. C’est dans cet esprit qu’il revendique sans désemparer l’héritage de la Provence auprès des rois Louis XI, Charles VIII et Louis XII, toujours en vain cependant. Réduit dans les faits à la possession des duchés de Bar et de Lorraine auxquels s’ajoutent des biens dispersés dans le royaume, René II se résigne lentement à en faire le point d’appui de sa politique. À cheval sur la limite linguistiques et sur la frontière entre l’Empire et le royaume de France, il rapproche progressivement ses États, lutte pied à pied contre les empiètements administratifs, judiciaires, commerciaux, mais aussi politiques et ecclésiastiques de ses puissants voisins, et pose les fondements durables d’une principauté encore admirée au XVIIe siècle.

 

Hélène Schneider

Carte D. Bar et Lorraine
Biblio D. Bar et Lorraine

  • Blanchard J.-C., Schneider H. (dir.), René II lieutenant et duc de Bar (1473-1508), actes du colloque de Bar-le-Duc, 27-28 septembre 2013, Annales de l'Est, 2014, p. 31-44.
  • Brachmann C., Memoria, Fama, Historia : Schlachtengedenken und Identitätsstiftung am lothringischen Hof (1477-1525) nach dem Sieg über Karl den Kühnen, Berlin, Gebr. Mann, 2006.
  • Calmet A., Histoire de Lorraine : qui comprend ce qui s'est passé de plus mémorable dans l'Archevêché de Tréves, & dans les Évêchés de Metz, Toul et Verdun, depuis l'entrée de Jules César dans les Gaules, jusqu'à la cession de la Lorraine, arrivée en 1737, 7 vol., Nancy, 1745-1757, reprint Paris, 1973.
  • Cinq-centième anniversaire de la bataille de Nancy (1477), Actes du colloque organisé par l'Institut de recherche régionale en sciences sociales, humaines et économiques de l'Université de Nancy II (Nancy, 22-24 septembre 1977), Annales de l'Est, 62, 1979.
  • Colin H., « Les royaumes qui se dérobent : gloires et chimères du sud chez le roi René Ier d’Anjou et ses descendants, les ducs de Lorraine, de 1435 au XVIIIe siècle, Le pays lorrain, 2009, p. 291-302.
  • Coudert J., « Des anciennes juridictions aristocratiques aux cours souveraines. Le retard lorrain », C. Leveleux-Teixeira et al. (éd.), Le gouvernement des communautés politiques au Moyen Âge. Entre puissance et négociation : villes, finances, Etat, Paris, Panthéon-Assas, 2011, p. 533-554.
  • Dauphant L., « Les 700 pensionnaires de Louis XI : étude et édition d'un rôle de 1481 », Annuaire-Bulletin de la Société de l'Histoire de France, 2011, 2015, p. 21-77.
  • Dauphant L., « Politique artistique et reconstruction d'un Etat princier : l'exemple de René II duc de Lorraine (1473-1508) », E. Crouzet-Pavan, J.-C. Maire Vigueur (dir.), L'art au service du prince. Paradigme italien, expériences européennes (vers 1250-vers 1500), Rome, Viella, 2015, p. 217-232.
  • Duvernoy É., « La politique des ducs de Lorraine envisagée dans leurs rapports avec la France et l’Autriche de 1477 à 1545 », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 9, 1891, p. 259-263.
  • Duvernoy É., Les États généraux des duchés de Lorraine et de Bar jusqu'à la majorité de Charles III (1559), Paris, A. Picard, 1904.
  • Duvernoy É., Yolande d’Anjou, mère de René II, Bulletin de la Société d’Archéologie lorraine, 21, 1926, p. 72-87.
  • Francois M., « Les mariages de la maison de Lorraine-Vaudémont », Le pays lorrain, 32, 1951, p. 115-131.
  • Fray J.-L., Nancy le Duc : essor d'une résidence princière dans les deux derniers siècles du Moyen âge, Nancy, Société Thierry-Alix, 1986.
  • Freudenthaler I., « René von Anjou (1409-1480) – ein Reichsfürst ? Forschungüberblick und Fragestellung », Stefan Weiß (dir.), "Regnum et Imperium" : die französisch-deutschen Beziehungen im 14. und 15. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg, 2008, p. 249-276.
  • Germain L., « Le chardon emblème de René II et la branche de châtaignier, emblème de la duchesse Philippe de Gueldre », Journal de la Société d’Archéologie lorraine, 44, 1895, p. 243-252.
  • Germain L., « Sur le tombeau de Ferry II de Lorraine, comte de Vaudémont et de Yolande d’Anjou, à Joinville », Bulletin de la Société d’Archéologie lorraine, 1926, p. 80-84 et 110-114.
  • Girardot A., « Bar-le-Duc, une capitale du roi René », H. Patze et W. Paravicini (dir.), Furstliche Residenzen im spätmittelalterlichen Europa, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1991, p. 159-188.
  • Girardot A., « Les Angevins, ducs de Lorraine et de Bar », Le pays lorrain, 1978, 1, p. 1-18.
  • Girardot A., « Les premiers serviteurs de René d'Anjou en Barrois », Mémoire des princes angevins, 2005, 2006, p. 49-77.
  • La Bataille de Nancy, 5 janvier 1477, Exposition présentée au Palais Ducal de Nancy, 5 janvier-11 avril 1977, Nancy, 1977.
  • Le duc de Lorraine René II et la construction d’un État princier, Actes de la journée d'étude organisée à Nancy le 12 décembre 2008, Lotharingia, t. XVI, 2010.
  • Lepage H., Les Offices des duchés de Lorraine et de Bar et la maison des ducs de Lorraine, Nancy, Wiener, 1869.
  • Lepage H., « Commentaires sur la Chronique de Lorraine, au sujet de la guerre entre René II et Charles-le-Téméraire », Mémoires de la Société Archéologique Lorraine, 2e série, 1, 1859, p. 301-420.
  • Lepage H., « Nouvelle note sur l’auteur de la vie de René II imprimée à Saint-Dié en 1510 », Le poète Jean Perrin, Journal de la Société d’Archéologie lorraine, 33, 1884, p. 227-235.
  • Longeaux C.-P. de, La Chambre des Comptes du duché de Bar, éd. baron de Dumast, Bar-le-Duc, Contant-Laguerre, 1907.
  • Marichal P., « Note sur le lieu de naissance de René II, duc de Lorraine », Mémoires de la Société d’Archéologie lorraine, 18, 1890, p. 5-12.
  • Marichal P., « René II et le titre de Roi de Sicile », Journal de la Société d’Archéologie lorraine, 42, 1893, p. 58.
  • Marichal P., « René II, duc de Lorraine, et les possessions de la maison d’Anjou dans le Maine, Revue historique et archéologique du Maine, 65, 1909, p. 137-169 et 66, 1909, p. 70-88.
  • Marot P., « La "brève généalogie" du duc de Lorraine René II (1504-1505) », Annales de la Société d’Histoire et d’Archéologie lorraine, 39, 1930, p. 95-126.
  • Marot P., « Le trépas et les funérailles de René II, duc de Lorraine, Revue historique de la Lorraine, 2, 1931, p. 91-107.
  • Mérindol Ch. de, « La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) à l’égard de la seconde Maison d’Anjou, de la France et de la Bourgogne, d’après le témoignage de l’emblématique et de la thématique », Actes du 113e congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1988, section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, 1990, p. 61-114
  • Olland-Schneider H., « Le personnel de la Chambre des comptes de Lorraine à la fin du Moyen Âge », P. Contamine et Olivier Mattéoni (dir.) La France des principautés : les Chambres des comptes, XIVe et XVe siècles : colloque tenu aux Archives départementales de l'Allier, à Moulin-Yzeure, les 6, 7 et 8 avril 1995, Paris, Imprimerie nationale, 1996, p. 125 133.
  • Reynaud N., « Georges Trubert, enlumineur du roi René et de René II de Lorraine », Revue de l'Art, 35, 1977, p. 41-63.
  • Richard J., « La Lorraine et les liaisons internes de l’État bourguignon », Le pays lorrain, 58, 1977, p. 113-122.
  • Schneider H., « Aspects de la gestion des finances du duché de Lorraine à la fin du Moyen Âge », Annales de l’Est, 1998, p. 19-50.
  • Schneider J., « Le coup de main du duc de Lorraine contre la cité de Metz (9 avril 1473) », Le pays Lorrain, 87, 1990, p. 3-13
  • Schneider J., Lorraine et Bourgogne (1473-1478). Choix de documents, Nancy, 1982.
  • Vienne R. de, « René II et Venise », Le pays Lorrain, 58, 1977, p. 135-145.